Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Les humeurs de Violette

Les humeurs de Violette

Menu
Le jour où j'ai dû faire mon Rocky-out

Le jour où j'ai dû faire mon Rocky-out

Minimalist movie poster - Rocky

 

C'est la fin de l'été, tout le monde le dit, le serine.
Pas de colchiques dans les prés, ou plutôt pas de prés en ville, mais plus aucune envie de porter ses robes blanches et fleuries, et un programme roboratif au menu des magazines: résolutions de rentrée, comment vaincre le blues de rentrée, prolonger son bronzage à la rentrée, conserver les bienfaits des vacances après la rentrée...
Autant d'injonctions qui, conjuguées aux feuilles mortes qui jonchent nos trottoirs*, me collent le bourdon.

Un besoin pressant d'endorphines pour mater le bourdon, donc.
Pour cela, pas envie de m'asperger de monoï comme le font certaines filles dans le métro. Non, moi, j'ai opté pour une solution à 5,99€: la corde à sauter.
Pas si facile que ça en a l'air en fait, la corde à sauter. Entre le rythme à maintenir, la chaleur corporelle qui monte plus rapidement que dans le désert des Mojaves et les pieds qui se prennent dans cette satanée corde (riez, riez autant que vous voudrez, mais que celui qui n'a pas essayé se taise à tout jamais), la promesse des endorphines se rapproche - comme celle des courbatures du lendemain.

Forte de cette première expérience, les endorphines appelant les endorphines, je décide de sauter chaque jour, puis j'envisage (effrayant) de m'y mettre dès potron-minet. Si je saute le matin, lis-je, le bénéfice endorphinesque sera double. Qu'à cela ne tienne! Cela fait déjà une petite semaine que je me presse un citron chaque matin, un réveil à 6h45 sera parfaitement compatible avec ma nouvelle vie de californienne healthy.

Le grand matin arrive, donc.
Le réveil sonne, 6h45, je ne me rendors même pas (les californiennes healthy ne se rendorment jamais), j'enfile mes baskets et le reste (les californiennes healthy ne sautent pas en chemise de nuit du 19ème), et c'est parti!
Bon, mes pieds rippent un peu. Il faut dire que je saute avant le jus de citron, mes sens ne sont pas encore totalement éveillés, et puis j'ai laissé les volets fermés parce que bon, sauter à 6h45 chez soi, ok, mais devant témoin, ben en fait NON (les californiennes healthy sont mystérieuses).
Mais je tiens bon, je pense au jus de citron, la journée va bien se passer.
Je tiens bon, je tiens bon, pfff ça fait du bruit quand même, il est tôt, j'espère que...
 
*TING*
 
J'ai un message.
 
A 6h55?
 
Encore deux tours.
 
Bon ok je regarde.
 
C'est ma voisine.
 
 
Affichage de FullSizeRender.jpg en cours...
 
 
Option 1: mentir.
Option 2: dire la vérité.

 ...............
 
J'ai choisi la vérité.
 
 ...............
 
Voilà, ma voisine me prend pour une folle, j'ai dû faire mon Rocky-out.
Pour me remettre de toutes ces émotions, je me suis fait un petit jus de citron.
 
 

* cela dit, cet été il y a eu des feuilles mortes au sol depuis Juillet, à cause des stomates (aka les pores des feuilles) qui se sont bouchées suite aux trop fortes chaleurs du début de l'été pour survivre - merci France Inter, et pardon Messieurs-dames les scientifiques si j'ai tout compris (et expliqué) de travers.