Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 octobre 2015 5 09 /10 /octobre /2015 08:26

L'année dernière, ou peut-être était-ce celle d'avant, j'avais lu plusieurs articles sur les textes de Charlotte Delbo. Cela m'avait fait peur.
J'avais cru que ses textes étaient inaccessibles, hors de ma portée.

J'avais tort.

Une année ou deux ont passé, et c'est dans mes chères Cévennes que mon regard s'est posé sur le premier opus d'Auschwitz et après.

Vu de près, ce texte n'avait plus l'air inaccessible ni hors de ma portée.

Et à cause, ou plutôt grâce à cette année ou deux, j'avais oublié ce que j'avais lu sur Charlotte Delbo, tout, et c'est sans attente aucune que j'ai entamé ma lecture.

 

Comment parler de l'indicible, comment raconter l'innommable, comment parler d'Auschwitz ?

 

Charlotte Delbo ne raconte pas, n'explique rien. Qui elle est, qui elles sont, ce qu'elles ont fait pour arriver là, on ne le saura pas. On tentera de se le figurer, tout en sachant qu'on ne le peut pas, que c'est impossible d'imaginer quoi que ce soit pour qui n'est pas passé par là. On sera saisi par cette suite de courts récits, par ces vers, par ces mots si intenses, si durs et doux à la fois, entiers, remuants, retournant nos tripes de chanceux qui n'avons pas connu cette horreur-là.

Et comme l'a écrit François Bott, « cette voix une fois entendue vous obsède, ne vous quitte plus. […] Cette douloureuse et bouleversante incantation est de ces livres rares qui laissent soudaine le lecteur en pays étranger à lui-même. »

 

Partager cet article

Repost 0
Published by leshumeursdeviolette - dans Lu
commenter cet article

commentaires

MissG 09/10/2015 10:36

Les trois livres de Charlotte Delbo "Auschwitz et après" font partie de mes lectures fortes sur la Shoah.
Je me souviens encore de la partie consacrée à la soif, je souffrais en lisant, un sentiment plutôt rare; ou encore celui sur l'appel du matin.
Le troisième est également intéressant car il traite du retour, de la perception qu'elle a du monde qui l'entoure et vice-versa, du monde vis-à-vis d'elle, de son apparence et de son vécu.
C'est un aspect peu évoqué de la Shoah.
Je lirai aussi un jour son autre roman "Le convoi du 24 janvier".

LeshumeursdeViolette sur Twitter

LeshumeursdeViolette sur Instagram

Instagram

LeshumeursdeViolette sur Pinterest

LeshumeursdeViolette sur Hellocoton

Suivez-moi sur Hellocoton