Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 mai 2011 2 31 /05 /mai /2011 23:23

(ou la grosse claque dans ta gueule)

 

 

Animal-Kingdom-copie-2.jpgLes histoires de gangsters, comme les histoires d'amour, finissent mal (en général) (Al Pacino et De Niro sont passés par ici) (pour mon grand plaisir d'ailleurs) (repasseront-ils par là?) (facile, je sais, mais tellement tentant!).

Et pourtant, on a beau s'en douter, ils ont beau s'en douter, on ne peut pas s'empêcher de recommencer.

 

C'est comme une fatalité. On n'échappe pas à son destin.

C'est ce qu'apprend à ses dépens (du moins au début) le jeune J., qui a trouvé refuge chez sa grand-mère et ses oncles après l'overdose de sa mère. 

Ses oncles, c'est pas vraiment du genre qui fait rêver. Petites chemisettes, tongs, et dents de traviole, on est plutôt loin du mythe de la petite frappe sexy...

(cela dit il y en a quand même un qui n'est pas totalement à jeter)

(c'est le plus intelligent, c'est pour ça)

(l'intelligence rend sexy, qu'on se le dise)

(cela dit Demorand n'est pas franchement ultra-sexy)

Et même de la vie hors-la-loi telle qu'on nous la présente souvent: cocaïne, poules de luxe et night-clubs; là c'est plutôt cocaïne en famille dans le salon (devant maman, qui embrasse d'ailleurs tous ses garçons sur la bouche), voitures miteuses et virée au japonais.

 

Une vie presque banale, les tatouages (plutôt efficaces d'ailleurs pour la touche de sexytude) les flics et la peur en plus.

 

Mais résumer Animal Kingdom à un film de gangsters de plus ne serait pas lui rendre justice.

C'est une véritable tragédie, où il est question d'honneur, de folie, de sacrifice, de mort, de justice, de choix, de destinée... Sans jamais tomber dans un manichéisme pur et dur.

 

 

Rajoutons à cela que cette histoire est remarquablement filmée, que la  photo est superbe, la bande originale vraiment réussie, que les acteurs sont tous impeccables - du mutique Josh s'affirmant peu à peu à la grand-mère oedipienne qui devient peu complètement glaçante et angoissante, en passant par le flic idéaliste, sans oublier les oncles (mention spéciale au fou Pope) -, et le scénario vraiment bien ficelé (moi qui suis pourtant difficile, j'ai été en haleine jusqu'à la fin), et vous comprendrez pourquoi c'est à mon sens l'un des meilleurs films de l'année (oui je sais qu'on est même pas en juin, et alors?).

(et aussi que l'accent australient est vraiment charmant)

 

 

Un vrai bijou.

 

 

NDLR: il est judicieux de prévoir une clope/un carré de chocolat/les Bisounours en sortant du cinéma, jusqu'au coucher.

Partager cet article

Repost 0
Published by leshumeursdeviolette - dans Vu
commenter cet article

commentaires

Just Sylvii 23/01/2012 14:37

Bravo pour le Ndlr !! A bientôt! Just Sylvii

leshumeursdeviolette 25/01/2012 10:44



C'est une question de survie après ce film ;)



LeshumeursdeViolette sur Twitter

LeshumeursdeViolette sur Instagram

Instagram

LeshumeursdeViolette sur Pinterest

LeshumeursdeViolette sur Hellocoton

Suivez-moi sur Hellocoton