Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Les humeurs de Violette

Les humeurs de Violette

Menu
Fascinée par le crime?

Fascinée par le crime?

Mais que donc deviendrait France 2 sans les records d'audience de Chrisophe Hondelatte?
C'est la question que je me suis posée lorsque j'ai échoué devant Faîtes entrer l'accusé dimanche soir. Ce n'est pas bien glorieux, je sais (enfin, c'est quand même moins pire que La ferme célébrités), mais à mon corps défendant je n'avais pas sommeil, et surtout: TF1 n'avait diffusé que deux épisodes des Experts au lieu des trois habituels, et ce le soir du départ de Grissom!!!

NDLR:  je suis accro aux Experts. Attention, seulement les Experts Las Vegas (bon ok, parfois je craque pour Horatio, mais avec Las Vegas c'est de l'ordre de l'irrationnel). C'est la seule série dont j'ai vu tous les épisodes (bon ok, avec Urgences).

Alors là, le départ de Grissom, après la mort de Warrick, c'était le coup de grâce. Heureusement pour mon petit coeur sensible, il s'en va retrouver Sarah, donc j'étais plutôt réjouie, une fois de plus l'amour avait triomphé! Mais bon, il va quand même falloir que je fasse mon deuil de Grissom, et pour couronner le tout je n'aime pas Laurence Fishburne (il a des traces d'acné, et ça lui va moins bien qu'à Brad Pitt).

Bref, je me retrouve à zapper pour noyer mon chagrin. Et me voilà devant Christophe Hondelatte et sa petite veste (parce que ça fait sérieux).
Ce n'est malheureusement pas la première fois que cela m'arrive. La dernière fois, j'avais regardé (en entier, on ne m'y reprendra plus) l'épisode sur le tueur belge qui découpait ses victimes et les jetait dans je ne sais plus quelle rivière (une rivière belge a priori). Pendant trois semaines, je n'ai  plus osé me lever la nuit et je rêvais de mains (en décomposition, bien évidemment) qui se dirigeaient inéluctablement vers moi dans de l'eau verdâtre... Brrr.
Dimanche dernier c'était (un peu) moins glauque, enfin jusqu'au développement final - il faut croire que le critère de sélection est le découpage des victimes (à bon entendeur... si vous voulez rencontrer Christophe, vous savez ce qu'il vous reste à faire). Comme d'habitude, c'était ultra-kitsch: reconstitutions de mauvais goût  ("son 4x4 était garé dans la rue": plan sur un 4x4 dans la rue, les phares allumés, merci Christophe de nous prendre pour des nouilles sans imagination aucune), musique grand-guignolesque... et surtout, Christophe lui-même: sa compassion affectée, sa tête penchée vers la gauche (signe d'empathie), ses yeux plissés (marque d'intérêt)... Un vrai poème.
Et les descriptions des coupables sont tellement banales: "Il était le commerçant le plus apprécié du quartier", bla bla bla... "Mais quand même, des fois il sortait de ses gonds" , "Il était un peu bizarre"... que c'était en train de devenir carrément inquiétant. "Il sortait de ses gonds", "Il s'énervait tout seul", "Il était dans son monde"... Hum. Comme moi en fait... Brrr

C'en était trop, j'ai éteint ma télé...

... pour me plonger dans la lecture de Femelles de Joyce Carol Oates (NDLR: mon écrivain préféré, c'est la meilleure), un recueil de nouvelles mettant en scène des femmes meurtrières...