Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Les humeurs de Violette

Les humeurs de Violette

Menu
Bande de filles

Bande de filles

bande-de-filles-girlhood-22-10-2014-4-g.jpg

 

Une semaine plus tard je peine toujours à m'exprimer clairement et justement  quant au dernier film de Céline Sciamma. Un film à la fois gai et plombant, plein d'espoir et de désespoir, émouvant et glaçant, inspirant et inspiré.

Je ne connais pas les cités où évoluent les héroïnes pleines de fougue de Bande de filles (je me demande d'ailleurs comment la réalisatrice a écrit son scénario, n'étant elle-même pas issue de ce milieu), je n'ai jamais eu à me débattre en milieu hostile, je n'ai pas eu à m'occuper de petites soeurs après l'école; j'en ai été d'autant plus impressionnée par l'énergie et la rage de survivre de ces héroïnes, qui de leur propre aveu ne vont "nulle part" et en même temps si loin, qui sont obligées d'en faire des tonnes pour s'en sortir.
Échec scolaire, grand frère dictant sa loi, petit copain dépassé par la situation, Marieme traverse les épreuves comme autant de cerceaux en feu. Avec bravoure et panache, et un instinct de survie qui laisse admiratif.

Superbes portraits de filles incarnées par des actrices au charisme indéniable (mention spéciale à Assa Sylla que je ne suis pas prête d'oublier), dont on reverra bientôt j'espère la fougue mordante sur nos écrans où les filles noires sont curieusement absentes (ironie dans le texte).
Film sur l'adolescence, film témoin d'une époque où la précarité et les inégalités sont la norme, film d'une force incroyable, Bande de filles ne se raconte pas, mais doit être vu.