Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Les humeurs de Violette

Les humeurs de Violette

Menu
Cartes postales

Cartes postales

On m'a offert un lot de vieilles cartes postales.

Elles étaient jolies, surtout ces deux-là.

 

photo-copie-1

 

J'ai regardé au dos, curieuse de leur provenance... il s'agissait en fait d'un seul envoi.

 

texte-copie-1

 

Quand on est amateur de vieilles cartes, on tombe souvent sur des cartes qui ont une petite histoire.

Mais jusqu'à aujourd'hui,

(enfin pas vraiment aujourd'hui puisque je vous rappelle que là exactement je suis dans le désert)

(vous me détestez, hein?)

(je ne m'en lasse pas)

j'avais plutôt l'habitude des "Bons baisers de Pont-Aven" et autres "Affectueuses pensées du Vercors". Parfois un peu plus développées mais toujours des cartes de politesse, d'information; la bienséance avant tout.

 

Je n'étais donc pas vraiment préparée à ce genre de découverte.

Je n'ai pas pu m'empêcher de tout lire, bien évidemment.

 

Datée du 20 Janvier 1985, soit quelques jours avant ma propre naissance, il s'agit d'une lettre d'anniversaire d'un père à sa fille.

Ce n'est pas une lettre ordinaire, on devine entre les lignes que tout n'est pas simple entre ces deux-là, que la vie semble difficile pour cette Florence qui semble tenir les gens à distance et éluder nombre de questions.

 

Cette lecture, même si j'avais un peu l'impression d'avoir fait intrusion dans une histoire qui ne me regardait pas, m'a émue.

C'est bête, hein, mais les mots de ce père qui cherche à rattraper sa fille, tout ce que j'ai imaginé autour de cette fille (son visage, sa vie, son appartement, ses espoirs...), ça m'a touchée, remuée.

 

Et aujourd'hui je me demande ce qui s'est passé cette année-là, si elle a accepté la visite de son père, si elle est devenue plus heureuse, et ce qui lui est arrivé pour que cette lettre me tombe entre les mains vingt-sept ans plus tard...

 

Car des lettres aussi personnelles, on ne s'en débarasse pas comme ça, on les garde souvent dans des boîtes qu'on empile au fond des placards.

On retombera dessus des années plus tard, ça nous fera tout drôle.

 

Ou quelqu'un d'autre tombera dessus, et se demandera ce que l'on est devenu.