Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 octobre 2012 5 12 /10 /octobre /2012 07:13

photo-copie-5.JPG

 

Moi qui ai plutôt de douloureux souvenirs de musique,

(un joli combo terribles cours de solfège/oraux stressants/professeurs tout sauf pédagogues qui a eu raison de mon intérêt pour la musique)

(mais qui m'a permis de briller en flûte à bec au collège)

(l'honneur était sauf)

j'ai dévoré ce livre avec un plaisir croissant, happée par le destin de Claude, wunderkind puis interprète et compositeur de génie, et par les différentes étapes qui vont jalonner son passage à l'âge adulte et son irrésistible ascension.

Irrésisitible car Claude a un véritable don, et aussi la chance de son côté. Béni des dieux, il fera les bonnes rencontres aux bons moments.

Au-delà de ce destin hors normes, c'est le tableau de l'Amérique d'après guerre que dresse Frank Conroy: un pays où la paranoïa et la chasse aux sorcières font partie intégrante de la vie, où la ségrégation est omniprésente et le mélange des classes une chimère. Et à travers ce pays le portrait de New York en pleine mutation, en proie à d'importants travaux de "modernisation". Difficile cependant pour nous, pauvres humains du XXIème siècle à qui NY évoque les films de Woody Allen et les séries américaines, d'imaginer ce qu'était vraiment la ville à cette époque.

Mais tout cela serait bancal et froid sans les protagonistes de l'histoire. Claude d'abord, auquel on s'attache rapidement sans aucun sentimentalisme, M.Weisfeld bien sûr, Fredericks, Catherine, Lady... jusqu'aux personnages de second plan comme Peter qui fait froid dans le dos ou la piquante Eva qui va déniaiser le jeune prodige. Peu importe finalement que certaines ficelles soient un peu épaisses (on se croirait parfois au cinéma)!

Et si l'écriture de Conroy est somme toute assez simple (mais efficace), elle sort de ses gonds dès qu'il s'agit de musique à proprement parler! Je ne suis pas une professionnelle, mais il m'a semblé qu'il avait justement dépeint ce que peuvent ressentir les artistes d'un tel niveau (les murs auxquels ils se heurtent avant de les dépasser, leurs moments de grâce, de blues), réussissant même à me passionner pour la technique de la musique!

J'ai refermé ce livre à contre-coeur, forcée de quitter bien malgré moi le magasin de musique et son studio, les universités d'été et Carnegie Hall, mais avec l'envie de (re)découvrir les oeuvres évoquées avec mon oreille toute neuve.

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by leshumeursdeviolette - dans Lu
commenter cet article

commentaires

Asphodèle 12/10/2012 14:56

Ce livre a eu le mérite de réussir là où la pédagogie de tes profs a échoué !!! Il m'a l'air pas mal du tout...

leshumeursdeviolette 14/10/2012 21:59



La non-pédagogie comme principe premier résume assez bien la politique du conservatoir où j'allais enfant...Je te conseille vraiment ce livre, il est passionnant!



George 12/10/2012 10:21

Je l'ai acheté depuis pas mal de temps mais j'ai une certaine appréhension n'y connaissant absolument rien en musique, j'ai peur d'être perdue. Ton billet me rassure un peu ;) !

leshumeursdeviolette 14/10/2012 22:00



J'ai fait de la musique pendant quelques années, mais je pense que c'est parfaitement à ta portée ;)


 



LeshumeursdeViolette sur Twitter

LeshumeursdeViolette sur Instagram

Instagram

LeshumeursdeViolette sur Pinterest

LeshumeursdeViolette sur Hellocoton

Suivez-moi sur Hellocoton