Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Les humeurs de Violette

Les humeurs de Violette

Menu
Dans le train de Noël

Dans le train de Noël

 

 

merry_christmas_by_dinagreen-d4k3zsp_large.png

 

J'ai croisé:

 

- un crâneur, sympathique certes, mais un peu crâneur quand même,

qui a exacerbé ma fâcheuse tendance à la jalousie

alors que j'étais en mode esprit de Noël (paix/joie/amour sur la terre);

("je suis arrivé de Tokyo dans la nuit")

("j'ai passé quatre mois au Japon, c'était super")

("en fait j'habite en Afrique du Sud, je partage mon temps entre le Cap et le Japon")

("du coup ma vie est un peu compliquée")

(sans blague)

(je vous hais)

(vous êtes très sympathique, ça m'ennuie, j'aurais aimé vous haïr davantage)

(mais quand même je vous hais)

 

- des gangsters;

(enfin c'est ce que je me suis dit)

(de vraies gueules tardiesques)

(en plus ils étaient taiseux)

(j'ai imaginé leurs vies pendant tout le trajet)

(tout en priant pour qu'ils ne dessoudent personne entre deux wagons)

(...)

(n'importe quoi)

(en même temps il fallait bien que je m'occupe, vu que ma lecture était distraite par crânman et son portfolio)

("alors ça c'est en Tanzanie, ça au Japon...")

(arrêtez!)

(je sais, la jalousie est un bien vilain défaut)

 

- une famille avec bébé et un chat;

(ils avaient envie de se faire des potes, ceux-là)

(heureusement, ils étaient en haut, moi en bas)

(mouhahaha)

(mais quand même sur le quai je ne faisais pas la mariole)

 

- une dame au goût exquis à qui j'aurais bien volé son Bobi et son blouson en lapin;

(je sais, la jalousie...)

(n'empêche...)

(bref)

 

- un monsieur bizarre qui regardait tout ce que je faisais;

(mon téléphone, mes livres, mes journaux, mes clémentines...)

(ahum...)

(comment dire....)

(HELP!)

(j'aurais presque préféré avoir pour voisin l'un des gangsters précédemment cités)

 

- une vieille dame assez drôle

("le problème avec Paris, mon chou, c'est qu'il faut en partir")

(NDLR: mon chou désignait son mari)

("l'air y est tellement mauvais")

(mari qui s'est acharné sur la même grille de mots croisés pendant les trois heures de trajet)

(voire même plus, étant donné qu'il était déjà dans le train quand j'y suis montée)

("toute ma vie j'ai gardé mes clés dans mes poches sans les perdre... je ne comprends pas ce qui s'est passé")

(dix minutes plus tard: "mais quand j'ai mis la main dans ma poche, je n'ai pas eu la perception qu'elles n'étaient plus là)

(cinq minutes plus tard: "elles auraient dû tomber, ça ç'aurait été plus logique, je ne comprends pas")

(...)

 

 

Le moins qu'on puisse dire, c'est que l'esprit de Noël ne m'aura pas habitée longtemps!

 

Ahum...

 

tumblr_lu6d8v6Ub71r0atdvo1_500_large.jpg