Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 mai 2013 1 27 /05 /mai /2013 07:17

photo-copie-1.JPGDe Joan Didion je n'avais lu que L'année de la pensée magique, qui en plus de me bouleverser, m'avait donné l'envie de découvrir les autres écrits de cet auteur dont l'intelligence m'avait impressionnée.

Démocratie n'est pas un roman évident. Allers-retours incessants entre présent et passé, ellipses, dialogues décousus, interventions de l'auteur, réflexion sur le roman, il est facile de perdre le fil du récit et de ne plus rien saisir.

Mais l'atmosphère que crée Joan Didion, mélange de moiteur tropicale d'Hawaï ou d'Asie, de piscines de grands hôtels et de greens de golfs, de vols aériens au-dessus du Pacifique, d'appartement à Central Park et de maison dans les Hamptons, la force qu'elle parvient à insuffler à ses personnages en si peu de mots, nous emportent dans le sillage d'Inez Victor, qui conservera son mystère entier de bout en bout.

L'histoire d'une femme issue d'une famille insulaire, dont les différents acteurs torturés ne peuvent que nous fasciner (à l'image d'une certaine famille Kennedy), qui épousera un homme politique briguant la présidence des Etats-Unis et se pliera à l'exercice des apparences. Campagnes électorales, hommes de l'ombre, voyages luxueux à l'étranger, réceptions mondaines, Joan Didion décrit toutes les facettes d'un milieu politique et mondain, où un article sur la décoration d'un appartement peut avoir autant d'impact qu'un discours à la convention démocrate, le tout avec la guerre du Vietnam en toile de fond.

Joan Didion est également scénariste à Hollywood, et on le comprend sans mal tant on peut imaginer le film qui serait tiré de son récit. Mais l'on ne saurait réduire Démocratie à un script idéal, tant ce récit est maîtrisé, tant son écriture est fine et aiguisée, pleine de sagacité de d'acuité.

Au-delà de la trajectoire si particulière d'Inez, c'est le tableau de l'hypocrisie et l'opportunisme d'une classe politique, de l'ennui et la vacuité d'une classe sociale étouffée par ses propres conventions, que Joan Didion dépeint ici.

Une certaine Amérique qui commence à se fissurer.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by leshumeursdeviolette - dans Lu
commenter cet article

commentaires

George 28/05/2013 21:37

Il est noté depuis que tu l'as présenté au club, j'attendais ton billet et comme tu as aimé, ça tombe bien.

leshumeursdeviolette 02/06/2013 23:58



J'espère que tu aimeras aussi, ce n'est pas une lecture facile - disons que ça ne correspondait clairement pas à ce que j'avais imaginé - mais d'une intelligence et d'une force évocatrice
impressionnantes. Joan Didion, ou l'intelligence incarnée!



Lili Galipette 27/05/2013 10:39

C'est malin, tu me fais regretter de ne pas avoir voté pour ce livre, surtout que la lecture du mois prochain ne m'a pas vraiment emballée...

leshumeursdeviolette 02/06/2013 23:57



J'avoue que Les New-Yorkaises ne m'ont pas emballée non plus... A côté du thème à mon sens. Mais je serais vraiment curieuse de connaître ton opinion sur Démocratie!



Asphodèle 27/05/2013 08:58

J'ai envie de la découvrir mais celui-ci ne me tente pas vraiment !!! L'Amérique est déjà bien fissurée, non ??? ^^

leshumeursdeviolette 02/06/2013 23:54



Tu devrais te laisser tenter pourtant...



LeshumeursdeViolette sur Twitter

LeshumeursdeViolette sur Instagram

Instagram

LeshumeursdeViolette sur Pinterest

LeshumeursdeViolette sur Hellocoton

Suivez-moi sur Hellocoton