Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Les humeurs de Violette

Les humeurs de Violette

Menu
Fidelio, l'odyssée d'Alice

Fidelio, l'odyssée d'Alice

17-img_1_l.jpg

 

Sous un soleil de plomb, Alice se baigne nue dans l'eau transparente d'une calanque, avant de rejoindre sur la plage son amant avec qui elle fera l'amour sur le sable.

Dès la première scène, la sensualité et le désir affleurent.
Alice va avoir trente ans, elle est mécanicienne dans la marine marchande, elle a laissé son amant à terre pour naviguer sur le Fidelio avec un équipage totalement masculin.
Equipage dont le commandant n'est autre que son premier amour (sublime Melvil Poupaud).
Désirs charnels, apprentissage, sensualité, indépendance, fierté, difficulté d'aimer, d'apprivoiser ses désirs sans heurter l'autre, Ariane Labed incarne toutes les facettes d'Alice avec une énergie dévorante qui crève l'écran.

Mais Fidelio n'est pas que le portrait d'une femme singulière; face à Alice, tous les hommes existent bel et bien. Melvil Poupaud, évidemment, en premier amour irrésistible; Anders Danielsen Lie (le héros principal du lancinant Oslo, 31 Août) en amant norvégien au langage érotico-polisson; Jean-Louis Coulloc'h en premier mécano attendrissant en quelques scènes à peine; Pascal Tagnati en collègue attachant; Nathanaël Maïni en redoutable salaud... Et à travers le journal qu'il a laissé derrière lui, Le Gall, le mécano mort en mer qu'Alice remplace, un homme au coeur sec de ne pas avoir su aimer, l'opposé d'Alice qui malgré tout la fera grandir peut-être plus que tous les autres.
Une belle palette de personnages masculins tout en subtilité et nuances, aux rôles finement écrits et interprétés.

Et puis il y a le bateau, ce Fidelio du titre, immense carcasse aux mâchoires de fer qui en est à sa deuxième vie, et dont la première a vu la jeune Alice d'alors embarquer pour son premier voyage. Le Fidelio, monstre des mers en bout de course, théâtre d'un véritable huis clos, où les us et coutumes inconnus au commun des mortels n'en finissent pas de nous captiver - équipage international, réveillon, passage de l'équateur, escales endiablées...

Un monde étrange autant que fascinant.

Mais moins fascinant qu'Alice.