Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Les humeurs de Violette

Les humeurs de Violette

Menu
J'ai acheté Be

J'ai acheté Be

C'est fou ce qu'on peut faire par amitié, hein.

 

Imaginez l'épreuve.

 

D'abord j'ai dû aller l'acheter. Je préfère acheter Le Monde, au moins c'est ma minute de gloire intellectuelle hebdomadaire (ben oui, je ne vais pas l'acheter tous les jours non plus, il faut ménager mon pêtit cerveau, surtout à l'approche des vacances). 

Mais Be.

En plus quand on se pointe chez le buraliste toute pomponnée et les ongles bien faits, bonjour le cliché!

 

Bref, l'affaire s'est malgré tout rapidement conclue, sans dommage extérieur.

 

Après j'ai pris le métro.

Et là il a fallu le lire malgré tout. Non parce que je ne l'avais pas acheté pour rien tout de même, je cherchais désespérément un article dans tout ce fatras. J'essayais comme je pouvais de cacher la couverture - je suis normalement experte en la matière, déjà en CE2 je lisais "Jo" en cachette à la bibliothèque en le dissimulant derrière la couverture d'un Tintin.

Sauf que là je n'avais pas de Tintin dans mon sac, et bien évidemment j'ai grimpé dans LE wagon où tout le monde lisait Courrier International, Proust ou un recueil de poèmes japonais... Avec mes ongles faits, mes lunettes de soleil

(parce que même s'il n'y a pas de soleil à Paris au mois d'Août je les porte quand même, obéissant à la loi du "on ne sait jamais" et à ma méthode Coué personnelle, je défie les dieux à ma façon quoi, je pense pouvoir gouverner la météo, tout ça depuis le métro, bref)

et mon pantalon fleuri, je n'étais pas à mon avantage intellectuel.

Le ridicule ne tuant pas, j'ai décidé d'assumer (même si je mourrais d'envie de sortir mon tee-shirt "Kant is my homeboy").

Je suis donc sortie du métro, mon Be à la main, tel un chien de collection (si j'avais eu un chapeau, si j'avais été grande et blonde, on aurait presque cru Paris Hilton, c'est dire à quel point je me suis impliquée dans cette mission).

 

Donc la morale de l'histoire c'est qu'on n'en meurt pas.


 

Passionnant Paris au mois d'août, n'est-ce-pas?