Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 août 2011 1 29 /08 /août /2011 22:43

(haha haha)

(je parie que je ne suis pas la seule à avoir cédé à la tentation)

(même si m'est avis que les autres auront préféré le mauvais esprit)

(bref)

 

les-bien-aimes-21232-1475593661.jpg

 

J'attendais ce film avec impatience, c'est vrai, on le sait, toute à ma réconciliation toute neuve avec Honoré.

Entre les interviews, les extraits, les critiques, ceux qui trouvaient le film trop long, ceux qui l'ont adoré, ceux qui l'ont détesté, j'avais peur d'avoir une sensation de déjà-vu.

 

Alors au début, oui c'est vrai, d'autant plus que Ludivine Sagnier, toute mignonne qu'elle soit, n'a pas la présence de Catherine Deneuve ni de Chiara Mastroianni.

Cette première partie, avec un intermède pragois pas franchement réussi selon moi, m'a laissée une impression pastelle un peu artificielle (en dehors de la scène d'ouverture avec les chaussures Roger Vivier, irrésistible pour les folles de chaussures comme moi).

Mais dès que Catherine Deneuve apparaît, le film prend son envol.

Elle ne m'a jamais autant impressionnée que dans ce film je crois. Pas forcément par son jeu (car elle est excellente dans tellement de films!), mais plutôt par sa présence, majestueuse et imposante.

La reine du cinéma français.

Chiara Mastroianni n'est pas en reste, troublante et courageuse (car pas du tout à son avantage dans ce film) (et aussi vraiment maigre).

Même Louis Garrel ne m'a pas agacée! (mais quand même: qu'est-ce que c'est que cette coiffure à la fin???)

 

Les chansons d'Alex Beaupain sont justes, simples et belles (surtout les paroles de "Who do you love?", tellement vraies!). Et donnent envie de chanter pour un oui ou pour un non, on essaie d'inventer des paroles pour n'importe quelle situation ("j'ouvre la porte...", "où sont mes clés?").

(ah bon, ça c'est que moi?)

(autant pour moi)

(n'empêche que ça embellit le quotidien)

(à l'heure où tous les hebdomadaires nous abreuvent de conseils pour pimenter le quotidien toute l'année, voilà une bonne idée à prendre)

(plus sympa qu'aller au supermarché déguisée en fée avec ses filles)

(lu dans ELLE cette semaine)

(ah, après les feuilletons people/policier/anorexique de l'été, le numéro de la rentrée spécial enfants)

(... que du bonheur)

(qu'est-ce qui m'attend ce vendredi, honnêtement je ne saurais le dire)

 

Sous ses airs de ne pas y toucher, ce film n'est pas qu'une simple comédie musicale sur l'amour, ses détours et ses peines.

En tous cas, il a touché quelque chose en moi, au-delà des éternelles questions: vaut-il mieux aimer, être aimé, aimer pour toujours, être libre...

 

Comme le dit si justement Catherine, répondant à sa fille qui lui demande si elle sera enfin heureuse pour de bon avec son père: "ça on ne peut le savoir qu'à la fin, autant penser au moment présent".

 

 

Et en bonus cette très belle reprise des Pretenders:

(car la BO, en plus des chansons originales d'Alex Beaupain, est sublime)

 


 

Partager cet article

Repost 0
Published by leshumeursdeviolette - dans Vu
commenter cet article

commentaires

Océane 31/08/2011 20:53


ça donne envie de chantonner ^^


leshumeursdeviolette 01/09/2011 17:21



Et bien depuis que je l'ai vu je n'arrête pas de chanter la première chanson.


Toute la journée...


♪♫ attends un peu qu'on se déteste ♪♫



LeshumeursdeViolette sur Twitter

LeshumeursdeViolette sur Instagram

Instagram

LeshumeursdeViolette sur Pinterest

LeshumeursdeViolette sur Hellocoton

Suivez-moi sur Hellocoton