Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 mai 2013 5 17 /05 /mai /2013 07:07

la-folie-du-roi-marc-47000-250-400.jpgOn a tous lu au moins une fois l'histoire de Tristan et Yseut.

Enfant, j'avais découvert une version simplifiée; au lycée je l'avais redécouverte en étudiant le texte de Béroul.

A chaque fois, on est forcément du côté du couple, du côté de l'amour, cela va de soi, le roi Marc n'étant réduit qu'à un obstacle à l'irrésistible amour qui unit les deux jeunes gens. On imagine un roi beaucoup trop vieux, une espèce de brute épaisse et repoussante, un véritable méchant en somme.

Et s'il n'était qu'un amoureux éconduit, un homme déchiré, pétri de contradictions humaines? Juste un homme comme les autres, ou presque? (il est tout de même roi).

Ce long monologue me faisait peur, et pourtant dès que je l'ai commencé (dans la foulée Du domaine des Murmures, j'étais d'humeur médiévale cette semaine-là) j'ai été happée (bien malgré moi, je dois bien l'avouer) par la voix de Marc (dont on oublie parfois qu'il s'agit d'un roi) que j'imaginais rocailleuse.

J'ai redécouvert les épisodes de la légende en repensant à mes cours de lettres: le roi Marc juché dans un arbre pour épier le couple, Yseut donnée aux lépreux, le serment de Blanche Lande, l'intervention du roi Arthur, Yseut aux Blanches Mains.... Totalement emportée par cette atmosphère de légende arthurienne que j'aime tant: le domaine de Tintagel, ses falaises, ses vergers et son ruisseau qui court dans la chambre royale, la mystérieuse Yseut, sa beauté surnaturelle et ses dons si particuliers pour les plantes et autres herbes, la forêt du Morois...

Mais surtout, j'ai été touchée par la modernité du texte, les considérations de Marc qui sembleraient presque contemporaines: "J'ignore si mes rêves ne peuvent décidément pas s'accorder au monde, ou si c'est toi qui n'es pas à la hauteur de mes rêves. Qui est responsable? La réalité, ou mes idéaux?"

"Je me demande qui a inventé la vie comme une pièce de monnaie, à deux faces, où le bonheur est l'envers de la souffrance, où les caresses ne vont pas sans les cris, où la joie d'avoir n'est rien sans la douleur de perdre."

Un monologue déchirant de réalité, si bien servi par la plume de Clara Dupont-Monod, tour à tour lyrique, lucide, parfois cruelle, reflétant à merveille les tribulations des pauvres êtres que nous sommes.

Un texte qui renforce le pouvoir d'une légende millénaire en la dotant d'un éclairage contemporain inédit.

 

La proposition de Lili Galipette pour le premier Prix du Club des Lectrices.

 


Partager cet article

Repost 0
Published by leshumeursdeviolette - dans Club des lectrices
commenter cet article

commentaires

Océane 26/05/2013 19:06

C'est vrai qu'on pense rarement au roi Marc et à ses propres tourments intérieurs. Je note le livre pour une future lecture.

leshumeursdeviolette 02/06/2013 23:54



Et oui, pauvre roi Marc, justice lui est enfin rendue ;)



Lili Galipette 17/05/2013 07:36

Comme tu en parles bien !!! :)

leshumeursdeviolette 22/05/2013 17:54



Venant de toi c'est le plus beau des compliments ;)



LeshumeursdeViolette sur Twitter

LeshumeursdeViolette sur Instagram

Instagram

LeshumeursdeViolette sur Pinterest

LeshumeursdeViolette sur Hellocoton

Suivez-moi sur Hellocoton