Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Les humeurs de Violette

Les humeurs de Violette

Menu
Le boulevard périphérique

Le boulevard périphérique

bauchau-boulevard.jpg

 

Difficile pour moi d'évoquer cette lecture, tant elle a suscité de sentiments contradictoires en moi .

Comme presque toutes les lectures du Prix - du moins jusqu'à présent, je l'appréhendais (comme quoi, il faut dépasser ses peurs, jeune Padawan). Il faut dire qu'entre le cancer, la mort, l'occupation et la guerre, il y avait de quoi tout de même; et c'est finalement le soleil radieux du mois d'août qui m'a donné le courage de me lancer.

Dès la deuxième page, Henry Bauchau m'avait ferrée avec le récit de sa première ascension. J'ai du mal à expliquer véritablement pourquoi, mais cette lecture était comme une révélation: j'en parlais à tout le monde, tellement impressionnée par ce que l'écrivain parvenait à partager sans rien appesantir.

Et puis un peu après la moitié ma lecture a commencé à patiner. Les rencontres du narrateur avec l'effroyable Shadow me laissaient perplexe et me lassaient un peu, sans doute trop cérébrales à mon goût. Mais je me suis accrochée, et pense en être aujourd'hui encore récompensée.

Plus qu'à son écriture, j'ai été sensible à l'art de raconter d'Henry Bauchau, à sa précision, au regard sans fard qu'il porte sur lui-même comme sur les autres, à l'importance qu'il accorde aux souvenirs qui nous construisent, à ses aller-retours incessants entre passé et présent, entre êtres aimés et inconnus, entre grands moments et contrariétés quotidiennes. A sa manière si juste de dépeindre la vie en somme.

Et aujourd'hui, alors que je l'ai terminé depuis plusieurs semaines, je ne cesse d'y revenir encore et, à sa manière, il m'accompagne.

"Je voudrais faire l'économie de toutes ces morts que j'ai vécues, de celles que je devrai vivre encore. Je ne peux pas, je suis dans ce temps, dans ce monde, il n'y en a pas d'autre."


La proposition de Delphine pour le premier Prix du Club des Lectrices.