Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Les humeurs de Violette
Les humeurs de Violette
Menu
Le choeur des femmes

Le choeur des femmes

pl2014-winckler-le-choeur.jpg
Ça ne commençait pas mal. Une pirouette efficace autour du personnage principal, un style facile à lire, un suspense prometteur, j'étais bien accrochée et les pages s'enchaînaient les unes après les autres - le matin, le soir, dans le métro et dans mon lit, dès que je le pouvais.

Et puis, la première partie terminée, un sentiment de répétition qui laisse peu à peu place à la lassitude. L'émerveillement de la découverte passé, les défauts apparaissent: les personnages dont les "mystères" sont finalement trop caricaturaux (la complexité apparente de Jean, la bienveillance surnaturelle de Karma), les ressorts de l'intrigue rapidement trop prévisibles, les coïncidences s'accumulant jusqu'à l'invraisemblance, les bons sentiments qui commencent à dominer l'ensemble du roman... Cela commençait à m'agacer. Les révélations et rebondissements rocambolesques de la fin eurent raison de ma clémence, et le dénouement bienheureux m'a achevée. 
Mais quel dommage!

Car au-delà de ces défauts d'écriture, Le choeur des femmes m'a interpellée. En tant que femme, forcément, mais pas que. J'ai été au début passionnée par ces voix de femmes qui se racontent (ou pas), par ces itinéraires de vie si différents les uns des autres et qui en même temps se rejoignent dans une certaine forme d'universalité. Mais les ficelles si grosses de Martin Winckler ont progressivement remis en question mon enthousiasme premier, avant de me laisser perplexe.
Tous les médecins, sauf Karma et ses amis (soit, quoi, 1% des médecins français?), seraient-ils donc bêtes et méchants? Si l'on a tous croisé à un moment ou un autre des médecins peu psychologues et pas forcément à l'écoute, sont-ils si nombreux? Comment faire si l'on ne connaît pas de Dr Karma? Me voilà même en train de douter des compétences de ma gynécologue, à remettre en cause ses conseils...

Je ne suis pas médecin et suis peu familière de cet univers, et me voilà maintenant face à tant de questions dont je n'ai pas les réponses. Et surtout en proie à un doute inconfortable: la position de Winckler qui me semble un poil exagérée, dans quelle mesure est-elle proche de la réalité?

 

La proposition de Delphine pour le second Prix des Lectrices.