Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Les humeurs de Violette
Les humeurs de Violette
Menu
Les New-Yorkaises

Les New-Yorkaises

images.jpgJe l'avoue, j'ai commencé cette lecture avec un peu de mauvaise volonté. J'ai découvert Edith Wharton il y a peu, et n'avais lu jusqu'à présent que deux de ses romans, Eté et La splendeur des Lansing, que j'avais beaucoup aimés.

Mais ces New-Yorkaises, je l'avoue m'inspiraient assez peu (sans doute étais-je également sous le contrecoup de l'overdose gatsbyenne qui dure depuis quelques semaines maintenant).

C'est donc de mauvaise grâce que je m'y suis mise, alors que j'avais envie de tout autre chose, tout en espérant par devers moi qu'Edith Wharton me donnerait tort - il n'en fut malheureusement rien.

Aucun des personnages ne parvint à me toucher particulièrement: Pauline m'épuisa dès sa première apparition (même s'il s'agit là d'une volonté - réussie - de Wharton, c'est agaçant à la longue), Nona me séduisit d'abord puis me lassa aussi avec ses poses de gardienne de la raison et de garante du bonheur de ceux qui l'entourent, Lina aurait gagné en crédibilité si son caractère avait été moins prévisible et plus ambigu, Jim aussi inconsistant que transparent, la bonhommie de Dexter m'a endormie, l'Amalasuntha m'a presque autant fatiguée que Pauline, j'aurais aimé que son Michelangelo pointe le bout de son nez et ajoute un peu de piment dans ces bavardages sans fin, et je crois avoir préféré Cedarledge à New-York qui d'habitude me fait tant rêver...

Bien sûr, l'écriture d'Edith Wharton est plaisante et fine comme à son habitude, sa peinture acerbe des rapports humains et le regard féroce qu'elle porte sur ses contemporains et leurs lubies est souvent jouissif, mais cela n'a pas pris dans ce roman. Le canevas de base n'étant pas d'une originalité folle, les scènes répétitives sont lassantes et les rebondissements prévisibles. Sauf celui de la fin dont je n'ai malheureusement pas vu ni compris l'intérêt dramatique...

Et ma déception s'est accentuée au regard du thème que nous avions choisi au Club. Certes, l'action se déroule aux Etats-Unis et non dans cette vieille Europe, mais en dehors de cette situation géographique, Les New-Yorkaises n'apportent pas d'éclairage particulier sur la société américaine - dommage.