Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 mars 2010 3 24 /03 /mars /2010 20:17
les-annees annie-ernaux 080725105713Car, évidemment, il ne peut pas s'agir des nôtres, mais plutôt de celles de nos parents.

Je n'avais rien lu d'Annie Ernaux, je ne la connaissais même pas. Je me souviens d'avoir lu des articles sur ce livre à sa parution, mais je ne les avais pas découpés - NDLR: je découpe tout ce que j'aime: images, adresses, bons mots ET les critiques des livres qui m'intéressent, que je plie en huit avant de les glisser (religieusement) dans mon Moleskine (chéri), et que je ressors ensuite en librairie.

Bref. A l'époque, pas si lointaine d'ailleurs (un an à tout casser), je n'avais pas accroché. J'avais une mauvaise impression:ce serait barbant, je ne voyais pas ce que cette lecture pouvait m'apporter.
Peut-être ai-je lu ces critiques en diagonale.
Ou bien peut-être qu'elles étaient juste ratées.
Quoi qu'il en soit,  j'aurais manqué quelque chose si j'étais passée à côté de ce livre.

Heureusement pour moi, j'ai eu une seconde chance! Il y a peu, je tombais dessus dans une de mes librairies préfèrées. Aucun ouvrage de ma fameuse liste n'étant disponible, et n'ayant aucune envie de les commander, je me retrouvais dépitée et, il faut bien l'admettre, un peu frustrée.

 *** NDLR: je n'aime pas commander dans une librairie, je ne sais pas si c'est parce que ça me rappelle trop les rentrées scolaires de mes années collège, ou bien si c'est à cause de ma timidité maladive (les libraires me font toujours un peu peur, allez savoir pourquoi); je pencherais plutôt pour l'option de la contrainte qui me mine, devoir repasser dans cette même librairie deux jours plus tard me déplaît, rien que cette idée
m'esclave, comme dirait Agrippine (celle de Bretécher, évidemment) ***

Retour dans la librairie où j'erre, à l'affût de livres susceptibles de combler ma (grande) déception de n'avoir pas trouvé ceux pour lesquels j'étais entrée - vous suivez?
Et là je l'ai vu, dans le coin des poches. La couverture m'a plue, l'extrait de la quatrième de couverture aussi, alors je l'ai pris.

J'ai commencé à le lire le jour-même, pour ne plus le lâcher jusqu'à l'avoir terminé.
C'est le genre de livres qu'on essaie de ne pas finir trop vite pour faire durer le plaisir.

Ca ressemble à une autobiographie, sans en être véritablement une. C'est impersonnel tout en ne l'étant pas.
C'est un mélange de souvenirs, d'événements, de détails dans lesquels on se retrouve souvent.
Annie Ernaux mêle le collectif à l'individuel, et on comprend mieux (enfin, cela n'engage que moi) ce qu'ont vécu nos parents, ce qu'ils ont traversé.
C'est un roman français, en fait (certainement plus que celui de Beigbeder à mon humble avis).

Il m'est difficile d'en dire plus, il faut juste le lire, et vite!

Partager cet article

Repost 0
Published by leshumeursdeviolette - dans Lu
commenter cet article

commentaires

LeshumeursdeViolette sur Twitter

LeshumeursdeViolette sur Instagram

Instagram

LeshumeursdeViolette sur Pinterest

LeshumeursdeViolette sur Hellocoton

Suivez-moi sur Hellocoton