Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Les humeurs de Violette

Les humeurs de Violette

Menu
Lira bien qui lira le dernier

Lira bien qui lira le dernier

nyssen-lira-bien-qui-lira-le-dernier.jpg

 

Cette Lettre libertine sur la lecture s'adresse à Mlle Esperluette, une lectrice préoccupée par l'avenir de la lecture et des livres. Et Hubert Nyssen de développer, entre souvenirs et projections plus ou moins pessimistes, de nombreuses pistes sur la littérature et ses acteurs, de l'écrivain au lecteur en passant par le monde de l'édition, et ses marchands sans scrupules.
Si le style de Nyssen est fluide et élégant, cette lecture n'a pas été aussi simple que je ne le pensais, ses longues phrases m'ont parfois perdue en route et je ne saisissais pas forcément toutes les références. Mais qu'il est agréable de se reconnaître dans les mots d'un autre, de s'imaginer être la destinataire de cette lettre! Cette demoiselle Esperluette si inquiète, c'est un peu moi après tout, et j'ai pris beaucoup de plaisir à être réconfortée par la plume d'Hubert Nyssen.
Car c'est aussi de plaisir qu'il est question ici, un plaisir presque sensuel et pas seulement intellectuel: la lecture "répond à cet appétit de vivre, d'éprouver, de ressentir, de connaître, [...] elle répond au désir par le plaisir." 
Et j'ajouterais même que ce plaisir alimente de nouveaux désirs de lectures, preuve en est faite avec ce texte qui m'a donné l'envie de découvrir des auteurs que je ne connaissais pas comme de me plonger dans les essais qu'Hubert Nyssen a rédigés sur son expérience d'éditeur.
"si l'on veut vraiment lire on peut lire, on peut lire au lit, dans le train, en avion, lire sur la plage ou dans les antichambres, sur le ventre et sur le dos, [...] malgré le cinéma, la radio, la télévision, les disques, on peut toujours prendre le temps de lire."
Car l'essentiel est bien de lire, d' "y chercher
[son] plaisir et le faire partager."

 

La proposition de George pour le premier Prix du Club des Lectrices.