Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 janvier 2011 3 19 /01 /janvier /2011 14:58

naissance-d-un-pont.jpg Je l’avais acheté à sa sortie, à la rentrée littéraire. J’en avais entendu parler partout, c’était LE livre incontournable de la rentrée, à ne surtout pas manquer.

Et puis les semaines se sont écoulées, et quand son tour vint, il y eut cette émission du Masque et la Plume... Un vrai massacre ou presque : ennuyeux, laborieux,  trop lourd (l'auteur revendique avoir choisi pour ses héros des noms de philospohes et physiciens), une dualité nature/ville trop évidente pour être intéressante… Et surtout, d'après les critiques, on avait créé un phénomène, une surenchère autour de ce livre: LE livre de la rentrée littéraire, à ne pas manquer, une nouvelle écriture française, etc etc... qui ne le méritait simplement pas.

Du coup, pauvre esprit influençable que je suis, je n’avais plus vraiment envie de le lire. Cette histoire de chantier, tout à coup, ne me disait plus rien, voire même m'effrayait un peu.

Et puis, bon; je n'avais rien d'autre sous la main (c'était avant mon casse ), et je me suis quand même rappelée tout ce que j'avais pu lire de bien à propos de ce livre, et aussi que Maylis de Kerengal avait aussi écrit Corniche Kennedy, dont j'avais entendu quelques extraits qui m'avaient plu.

Je me suis lancée.

Et bien m'en a pris (une fois de plus), car je n'ai pas pu le lâcher pendant une semaine (et au vu du rythme d'escargot qui était le mien ces derniers temps, c'est une double victoire).

Je ne l'ai pas du tout trouvé trop long, bien au contraire. J'aurais volontiers fait un bout de chemin supplémentaire avec Katherine, Sanche, Diamantis, Diderot et les autres. Mais en même temps tous les chantiers se terminent un jour, leur durée est déterminée, il n'y a pas forcément d'après, juste une fin.

Les noms des personnages ne m'ont pas dérangée. Alors oui c'est vrai, il y a Diderot et Voltaire. Mais ne connaissant pas les autres, pauvre néophyte que je suis, cela ne m'a aucunement gênée. Peut-être n'était-ce pas nécessaire, mais selon moi cela ne sert ni ne dessert le roman.

 N'étant pas une experte ès lettres, je n'ai pas vraiment d'opinion quant à la brèche novatrice qu'ouvrirait ce roman (ou pas). 

Mais j'ai beaucoup aimé sa langue. Les longues phrases, l'alliage d'un vocabulaire technique presque râpeux et d'une langue sensorielle beaucoup plus douce, même s'il y a un peu trop de métaphores à mon goût (un peu lassant à force).

 

Maylis de Kerengal a réussi à m'intéresser à ce pont (qui l'eût cru?), aux vies des hommes et femmes autour.

Et finalement, le pont laisse la vedette à tous ces personnages, bien vivants, que l'on se surprend à aimer.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by leshumeursdeviolette - dans Lu
commenter cet article

commentaires

George 20/01/2011 10:08


ah tu me rassures, j'ai lu un billet très critique hier sur ce roman et cela m'a effrayé ! du coup il va peut-être émerger de ma PAL prochainement ! bises!


Delphine 19/01/2011 17:50


Et bah, dis donc, tu m'as sacrément donné envie là.....!


Anne 19/01/2011 17:38


Moi aussi, au premier abord, il ne me tentait pas vraiment. E t puis, je n'arrête pas de voir plein de commentaires élogieux et il a reçu tout de même un prix malgré ce que certains pensent des
prix.Donc dès qu'il sort en poche, il sera à moi.


LeshumeursdeViolette sur Twitter

LeshumeursdeViolette sur Instagram

Instagram

LeshumeursdeViolette sur Pinterest

LeshumeursdeViolette sur Hellocoton

Suivez-moi sur Hellocoton