Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Les humeurs de Violette

Les humeurs de Violette

Menu
Olivier

Olivier

1367343.jpgSi j'écoute religieusement Le Masque et la Plume chaque semaine, je n'avais jusqu'ici lu aucun livre de son producteur, Jérôme Garcin.

Retard (en partie) rattrapé aujourd'hui avec la lecture d'Olivier, dont la récente sortie en poche est enrichie d'une postface inédite de l'auteur.

Dans ce récit, Jérôme Garcin revient sur la perte de son frère jumeau fauché par une voiture à l'âge de 6 ans, essaie de comprendre dans quelle mesure cette mort a influencé sa vie, et s'interroge sur la gémellité, textes scientifiques et littéraires à l'appui.

Plus qu'un récit, ce texte est une lettre ouverte au jumeau dont le manque se fait toujours sentir en dépit des années, à l'absence qui n'aura pas connu la perte du père (le père de Jérôme Garcin est mort une dizaine d'années plus tard à l'âge de quarante-cinq ans), à l'éternel enfant dont on ne peut s'empêcher d'imaginer ce qu'il serait devenu, ce qu'il aurait dit ou pensé dans certaines situations.

Au-delà de ces interrogations existentielles ("M'as-tu, en disparaissant si tôt, permis de vivre plus, de réussir mieux?") et de ces réflexions sur le fonctionnement des jumeaux qui m'ont vraiment intéressée, j'ai aimé le portrait parallèle de l'auteur, ses tranches de vie qu'il raconte si justement.

La prise de conscience de la perte, l'apprentissage de la vie sans jumeau puis sans père, sa gravité de jeune étudiant préfèrant la compagnie de vieux écrivains aux jeunes de son âge, son amour pour le cheval qui "offre une récréation aux tourments ordinaires", la famille qu'il s'est construit et qu'il chérit, son amour des livres ("la bibliothèque de Bray devint ma seconde maison, mes vacances perpétuelles, mon île au trésor, mon horizon et ma revanche triomphale sur le monde réel"), sa passion pour son métier...

Autant de pans de sa vie évoqués sous sa plume juste et sensible, qui nous rappelle l' "incroyable pouvoir de la littérature, qui à la fois prolonge la vie des disparus et empêche les vivants de disparaître".