Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 mars 2013 1 04 /03 /mars /2013 06:22

photo-copie-11.JPG

 

Il y a des livres dont on se méfie, vis-à-vis desquels on est plein d'appréhension et de préjugés.

A sa sortie le livre de Delphine de Vigan ne m'inspirait rien qui vaille. Trop de bruit autour peut-être... Je n'arrivais pas à accorder de crédit aux bons échos (de critiques ou même d'amis) que j'entendais, je restais bêtement hermétique, j'avais l'impression que tout avait été déjà éventé, que je le connaissais déjà.

En passant à la librairie dernièrement, je l'ai vu en poche sur le coin de la table, et ai décidé de me faire ma propre opinion - mieux vaut tard que jamais. En l'achevant tard dans la nuit, luttant contre le sommeil pour en venir à bout, j'ai pris conscience de ma bêtise, tant cette lecture m'a habitée de bout en bout, et m'a interpellée. 

A la mort de sa mère, Delphine de Vigan n'a eu d'autre choix que d'"écrire sur [elle], autour d'elle, ou à partir d'elle."

Elle, c'est Lucile, une "femme fragile, d'une beauté singulière, drôle, silencieuse, souvent subversive, qui longtemps s'est tenue au bord du gouffre, sans jamais le quitter tout à fait des yeux, cette femme admirée, désirée, qui suscita les passions, cette femme meurtrie, blessée, humiliée, qui perdit tout en une journée et fit plusieurs séjours en hôpital psychiatrique, cette femme inconsolable, coupable à perpétuité, murée dans sa solitude."

Cette mère si particulière, Delphine de Vigan la raconte depuis son enfance jusqu'à sa mort, sans complaisance, mais sans régler ses comptes non plus, avec finesse et lucidité. Finesse dont elle fait également preuve en racontant sa famille si atypique. Une famille haute en couleurs, fascinante et étouffante, sur laquelle le sort semble s'être quelque peu acharné, et dont les épopées prennent des allures de légendes (elle fera même l'objet d'un documentaire à la télévision!).

Tout au long de son récit, Delphine de Vigan essaie de rester fidèle à ses souvenirs, mais aussi à ceux des membres de sa famille qui lui ont raconté Lucile et leur famille.

Ses difficultés à rester au plus près de la vérité, son appréhension de la réaction des siens lorsqu'ils découvriront son livre, tout ce que ce travail remue en elle, Delphine de Vigan les rapporte ici; son texte est à la fois récit et introspection. A travers le vécu de Lucile et du sien, elle s'interroge sur la maternité, la fraternité, les codes et liens qui font et régissent les familles, autant de questions qui interpelleront tout un chacun. Mais aussi sur l'écriture, sa pertinence, son sens, car, sans le savoir, Lucile a conduit sa fille à l'écriture.

Ce récit si fort, "cet élan, de [Delphine de Vigan] vers elle, hésitant et inabouti", est un texte passionnant.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by leshumeursdeviolette - dans Lu
commenter cet article

commentaires

Océane 05/03/2013 00:09

J'ai juste adoré ce récit, je me permets de linker mon billet : http://danslessouliersdoceane.hautetfort.com/archive/2011/10/26/rien-ne-s-oppose-a-la-nuit-delphine-de-vigan.html

C'est encore dans ma mémoire...

leshumeursdeviolette 11/03/2013 16:52



Ton billet est très beau!


Je n'ai pas fini de recommander ce livre autour de moi je pense...



Delphine 04/03/2013 08:23

Moi je suis restée hermétique même après la lecture de ce texte... Trop impudique pour moi, pas assez littéraire.

leshumeursdeviolette 11/03/2013 16:50



C'est sûr qu'il s'agit plus d'un témoignage que de littérature, mais qui m'a conquisemalgré tout (et bien malgré moi, je dois l'avouer).



Lili Galipette 04/03/2013 07:22

Pour le moment, je reste encore bêtement hermétique. On verra plus tard...

leshumeursdeviolette 11/03/2013 16:47



Oui tu verras bien, rien ne sert de se forcer. Mais parfois c'est bien de sortir de ses sentiers.



LeshumeursdeViolette sur Twitter

LeshumeursdeViolette sur Instagram

Instagram

LeshumeursdeViolette sur Pinterest

LeshumeursdeViolette sur Hellocoton

Suivez-moi sur Hellocoton