Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Les humeurs de Violette
Les humeurs de Violette
Menu
Sagan, le film

Sagan, le film

de Diane Kurys

 

Asphodèle ayant eu la généreuse idée (merci!) de faire tourner ce dvd, je l'ai reçu la semaine dernière dans ma boîte aux lettres (merci Séverine!).

Je n'ai pas été tellement déçue, mais plutôt irritée.

 

testud-sagan.jpgEn dehors de la performance d'actrice de Sylvie Testud, vraiment impressionnante (surtout à la fin, parce qu'au début, les tics de langage et de la main dans le cou sont un peu agaçants; même si véridiques, ils semblent un peu artificiels), le reste reste terriblement superficiel.

On passe d'une période à une autre, sans jamais rien approfondir.

D'où une incompréhension de ses choix de vie, et des liens qui la rattachent aux autres.

Peut-être aurait-il mieux valu ne s'attacher qu'à une époque, au lieu d'avoir l'ambition de retracer une vie entière.

Ajoutez à cela un défilé incessant d'acteurs connus, que l'on s'amuse à reconnaître (tiens, Podalydès, et voilà Balibar...), une mise en scène plus que plate (ah le dialogue entre le fils et l'infirmière à la fin, on dirait un téléfilm sentimental de la Trois) (mais d'où sort donc cet affreux acteur?), une musique dégoulinante omniprésente assez désagréable qui gâche selon moi les meilleurs moments du film, et un coucher de soleil final mystico-sentimentalo-kitsch, et vous prendrez la mesure du dommage...

 

Surtout après avoir lu Avec mon meilleur souvenir, on se dit qu'il y avait là une matière autrement plus riche que ce roman-photo joliment illustré (blague à part, les costumes sont vraiment réussis), qui ne fait à mon sens que renforcer le cliché habituel, et ne rend as vraiment justice à la Sagan que l'on découvre au travers de ses écrits.

 

Heureusement, il y a Sylvie Testud. N'ayant pas connu le personnage Sagan de son vivant, j'ai quand même été bluffée par son jeu; elle a su faire vivre cette femme, me la rendre réelle et plus proche.

Et tous les passages en voix off, où on la voit écrire, sont à mon sens les plus réussis (si l'on parvient à faire abstraction des violons, bien évidemment).

Et donnent envie de se replonger vite fait bien fait dans l'un de ses livres! Ce qui n'est déjà pas si mal...

 

Pour finit, une phrase saganesque à méditer: "Bien sûr on a des chagrins d'amour, mais on a surtout des chagrins de soi-même".

 

...