Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Les humeurs de Violette

Les humeurs de Violette

Menu
Texaco

Texaco

photo-2-.JPG

 

Vous dire que j'ai souffert durant toute cette lecture serait un doux euphémisme.

Mais je ne pouvais pas le laisser de côté, par peur de lui faire définitivement prendre la poussière (comme ce cher Kerouac par exemple).

 

J'ai trouvé la langue de Chamoiseau difficile d'accès pour la métropolitaine que je suis, et ai vite été fatiguée par ce créole, même si j'ai découvert sa richesse évocatrice, et sa mélodie chantante.

Je me suis donc vraiment accrochée jusqu'au bout, curieuse de cette histoire de la Martinique de l'esclavage aux temps modernes (histoire que je ne connaissais pas, et que l'on ne nous apprend pas à l'école) (ce que je trouve d'ailleurs assez incroyable), curieuse de la vie antillaise, de ses contes, curieuse de cette identité créole.

 

Heureusement j'ai dans mon acharnement été récompensée par de vraies perles:

"L'amour habille la vie, colore la survie, dissipe les crasses accumulées. L'amour c'est coeur accéléré, coups de boutou à l'âme. [...] Je sus les abandons, je fis souffrir des gens, on me fit souffrir tout, je me trompai souvent et pris un saut de chair pour du sentiment. J'appris à écrire des lettres, à me faire douce pour un nègre qui n'en valait pas la peine, à me faire douce quand même sans trop savoir pourquoi..."

"Les vies n'ont pas de sens en fait, elles vont et viennent souvent comme des tsunamis, avec le même fracas, et elles drainent des débris qui croupissent dans ta tête comme autant de reliques, qui te semblent des trésors et ne tiennent pas la position."

"Faut-il dire le temps que l'on ne voit pas passer [...]... parler de la vie avec quelqu'un qui n'écoute pas, prendre des nouvelles pour vivre d'autres vies et partager la sienne, vouloir être autre chose, se haïr, puis s'aimer, apprendre à se mettre debout-droit dans ses chairs... quel travail que de vivre..."