Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 octobre 2010 6 09 /10 /octobre /2010 12:24

9782707148995.jpgIl y a des livres dont l'on connaît la fin dès les premières pages, sans que cela soit un problème.

Car au final, peu importe le dénouement, ce sont les rebondissements qui comptent. C'est ce que j'avais découvert avec Jane Austen: on sait très bien que l'héroïne va se marier, parfois même avec qui; mais le plaisir consiste à subir et déjouer avec notre héroïne les embûches qui se dressent sur le merveilleux chemin du mariage (je tiens à rappeler que j'évoque ici Jane Austen, n'y voir aucun lien avec mes opinions réelles).


C'est ce plaisir que je viens de retrouver grâce à Edith Warthon.

Je savais pertinemment que cette pauvre Charity allait tomber amoureuse de Lucius, qu'il ne l'épouserait pas, et qu'elle se retrouverait fatalement enceinte par-dessus le marché.

Ainsi résumé, ce roman peut laisser présager un ennui mortel.

Et bien non.

Car Charity est loin d'être une idiote sentimentale, et elle savait très bien elle aussi (et dès le début) que Lucius ne l'épouserait jamais.

Ni mélo ni miévrerie à l'horizon donc.


Juste le bonheur de lire le sentiment amoureux si justement décrit (et le plaisir physique évoqué sans détours, ce qui provoqua un tollé à la parution du livre), et une héroïne qui se révèle au fil des pages terriblement moderne et d'autant plus attachante.

Et même si la fin est grise, j'ai été bien heureuse de prolonger l'été grâce à Charity et Lucius.

Partager cet article

Repost 0
Published by leshumeursdeviolette - dans Lu
commenter cet article

commentaires

LeshumeursdeViolette sur Twitter

LeshumeursdeViolette sur Instagram

Instagram

LeshumeursdeViolette sur Pinterest

LeshumeursdeViolette sur Hellocoton

Suivez-moi sur Hellocoton