Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 août 2012 5 17 /08 /août /2012 07:27

voie-rapide.jpg

 

L'avantage du mois d'août, c'est que son désert cinématographique donne leur chance à des films qu'on ne serait pas forcément allé voir le reste de l'année.

(c'est qu'il faut bien amortir sa carte, ma p'tite dame)

 

J'étais tombée sur un article prometteur, je me souvenais avoir découvert Johann Libéreau dans Douches froides, le Masque l'adoubait... j'y suis finalement allée. En mettant mes réticences de côté.

(le tuning n'étant pas vraiment mon univers de prédilection)

(ah vraiment?)

(que voulez-vous, certains épisodes de Strip-tease étaient passés par là)

 

Le scénario est plutôt bien écrit, et original - surtout dans le choix des milieux où évoluent les personnages (on nous montre rarement des personnages en difficulté financière dès le 15 du mois, comme on n'a jamais vu d'amateurs de tuning).

Mais certaines scènes et répliques étant franchement périlleuses, et un peu trop appuyées, ce (premier) film aurait pu être totalement raté.

(je ne préciserai pas lesquelles, sous peine de déflorer le récit)

(déjà que Jérôme Garcin avait défloré un élément tout de même important...)

(je ne vous ferai pas cet outrage)

 

Mais il y a Johann Libéreau, qui crève l'écran.

En jeune homme égoïste, immature et détestable qui, en totale déchéance, va être obligé de faire face à son destin et d'avouer ses faiblesses, pour avancer, il tient le film sur ses épaules. Un autre aurait pu faire de ce fou de tuning une carricature; il campe un Alex terriblement juste, tout en contradictions et maladresses. Il transcende cette trame cousue de fil blanc (et très américaine d'ailleurs) en une rédemption en demi-teintes.

 

Et la mise en scène parfaite de Christophe Sahr.

Qu'il filme une chambre au coucher, un supermarché, une cuisine éclairée au néon, la voie rapide du titre, les étreintes de ses acteurs (de très belles scènes soit dit en passant), leurs engueulades et leurs silences, ou encore les voitures (les scènes de courses sont vraiment réussies, et haletantes, avec vraisemblablement de petits moyens), sa caméra, sensuelle comme froide, est toujours au bon endroit, et ses plans maîtrisés.

Cela faisait (bien) longtemps que je n'avais pas vu ça.

 

Deux hommes à suivre donc...

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by leshumeursdeviolette - dans Vu
commenter cet article

commentaires

LeshumeursdeViolette sur Twitter

LeshumeursdeViolette sur Instagram

Instagram

LeshumeursdeViolette sur Pinterest

LeshumeursdeViolette sur Hellocoton

Suivez-moi sur Hellocoton