Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
21 janvier 2014 2 21 /01 /janvier /2014 06:51

"Le cinéma avait ceci de merveilleux qu'il vous sortait de vous-même tout en vous donnant l'impression d'être pleinement là."

Richard Yates

 

Repost 0
Published by leshumeursdeviolette - dans Morceaux choisis
commenter cet article
20 janvier 2014 1 20 /01 /janvier /2014 06:32

un-c3a9tc3a9-cold-spring.jpg

Je ne sais pas depuis quand ce roman patientait sur mon chevet, mais après une lecture pénible j'ai eu aussitôt envie de m'y plonger. Non que les romans de Yates soient connus pour leur légèreté, mais je savais que ma lecture serait de qualité - depuis Easter parade, je n'ai plus aucune réserve sur cet auteur dont je regrette qu'il soit aujourd'hui encore méconnu.
Une fois encore, Yates m'a impressionnée avec cette histoire de prime abord banale, mais dont la tension gagne en intensité jusqu'à atteindre son paroxysme lors d'un été aussi interminable qu'étouffant.

Evan Shepard, héros dont la beauté est inversement proportionnelle à son manque de personnalité, s'enferme (presque malgré lui semble-til-parfois) dans une vie qui ne le satisfait pas, sans que cela le détermine à en modifier le cours. Autour de lui, une galerie de personnages à la fois banals et grotesques, empêtrés dans leurs névroses plus ou moins conséquentes, englués dans un quotidien plein d'insatisfactions et d'incompréhensions.

Qu'il s'agisse de jeunes amants trop jeunes mariés, d'un adolescent en plein malaise, d'un homme réalisant qu'il a raté sa vie ou d'un jeune homme trop enkylosé pour agir, Yates fait montre d'une plume acerbe et sagace pour décrire les tourments de ces pauvres humains en proie à un immobilisme qui leur sera fatal - "Presque n'importe quelle activité, n'importe quel moyen de remuer un peu d'air méritaient d'être considérés."

Il y a peu d'espoir avec Yates: les hommes sont incapables de réellement communiquer et de se comprendre, se débattant dans leurs vies sans y mettre suffisamment d'énergie pour que cela en vaille vraiment la peine.

Mais qu'elle en vaut la peine, cette lecture-là!

 

Repost 0
Published by leshumeursdeviolette - dans Lu
commenter cet article
16 janvier 2014 4 16 /01 /janvier /2014 06:45

ravages-de-violette-leduc-946694405_ML.jpg

 

Depuis que j'ai vu Violette, j'avais la ferme intention de découvrir le travail de Violette Leduc, et c'est sur Ravages que j'ai jeté mon dévolu lors d'un passage en librairie.

L'écriture de Violette Leduc est aussi épidermique que son personnage dans le film de Provost. Epidermique et tranchante, profondément dérangeante, à l'image du personnage principal de ce roman, Thérèse, en qui on ne peut que voir un double de l'auteur (relations compliquées avec sa mère, impossibles avec les autres).

Ravages n'est pas une lecture facile, on est souvent irrité, désarçonné, poussé dans ses retranchements par une Thérèse qui n'a de cesse de se faire aimer, tout en aimant si mal. Ce personnage n'a rien de sympathique, ni même de compréhensible au début, et pourtant son chemin douloureux, ravagé, est captivant.

L'écriture de Violette Leduc, violente et âpre, impressionne par son économie et sa lucidité. En une phrase, en une simple phrase, elle raconte toute une vie.
"Une heure dix à l'horloge ronde périclitait. Pendant ce temps-là, la noce que Marc avait photographiée s'abreuvait, le tulle se salissait."

Ravages est un livre dont l'on sort exsangue et sonné, une pointe d'amertume au fond du gosier.

 

Repost 0
Published by leshumeursdeviolette - dans Lu
commenter cet article
15 janvier 2014 3 15 /01 /janvier /2014 12:00

Un

photo-copie-15.JPG

Un, voilà la consigne pour ce mois de Janvier.

J'ai plutôt choisi Une - une fleur pour apporter un peu de couleur à cette journée si grise.

 

Nous sommes le 15, il est midi, heure de Paris: c'est la photo du mois.
Pour voir les autres participations c'est par ici:

Woocares, Gizeh, Xoliv', The Parisienne, Eurydice, Rythme Indigo, J'adore j'adhère, Chat bleu, Gilsoub, Ava, Isaquarel, Sephiraph, E, Angélique, Louisianne, A'icha, Morgane Byloos Photography, Testinaute, SecretAiko, Cara, InGrenoble, Claire's Blog, Marie-Charlotte, Alice Wonderland, Arwen, dreamtravelshoot, Mimireliton, Champagne, Laurent Nicolas, Trousse cadette, Fanfan Raccoon, Agathe, eSlovénie, Thalie, Calamonique, Zaza, Marie, Tuxana, Mes ptits plats, Cricriyom from Paris, Crearine, Cécile - Une quadra, Chloé, Julie, El Padawan, hibiscus, Bestofava, MissCarole, Lyonelk, Mamysoren, Josiane, Renepaulhenry, Alexinparis, Ileana, Giselle 43, Grenobloise, Cekoline, Alban, Oscara, Tataflo, BiGBuGS, Guillaume, Nicky, Laulinea, François le Niçois, Une niçoise, La Dum, Photo Tuto, Sailortoshyo, DelphineF, La Fille de l'Air, The Singapore Miminews, Maria Graphia, Dr. CaSo, Pixeline, LisaDeParis, MauriceMonAmour, Lucile et Rod, Isa ToutSimplement, Agnès, Hypeandcie, Sophie Rififi, Filamots, Nie, Lavandine83, Anne-Laure, princesse Emalia, Cocosophie, Un jour, une vie, Béa, Dame Skarlette, Galinette, Lau* des montagnes, Frédéric, LaRoux, Lavandine, Thib, CetO, Blogoth67, Homeos-tasie, AnneLaureT, FloRie, Pica Moye, Krn, Les bonheurs d'Anne & Alex, Viviane, Akaieric, Cécile Atch'oum, Ti' Piment, Anne, Mahlyn, Isa de fromSide2Side, Elodie, Stephane08, Wolverine, Christophe, Violette, magda627, Pilisi, Céline in Paris, KK-huète En Bretannie, Vanilla, La Nantaise à Paris

 

Repost 0
Published by leshumeursdeviolette - dans La photo du mois
commenter cet article
13 janvier 2014 1 13 /01 /janvier /2014 06:41

affiche-du-film-yves-saint-laurent-11047051tudjo.jpg

 

On a beau essayer de ne pas se laisser influencer, de ne pas lire de critiques avant de s'être fait son propre avis, difficile d'éviter les gros titres qui pullulent partout.
Quand on abuse de superlatifs quant au jeu des acteurs, on peut légitimement avoir des craintes quant à la qualité du film à proprement parler. Surtout lorsque le film en question fait parler de lui depuis des mois, alimentant savamment la machine à buzz.

Je ne m'attendais pas à un miracle, mais certainement pas à ça: un film sans aucun rythme ni construction, d'une longueur épouvantable dont la voie off asphyxie le spectateur, dont la musique totalement ratée (n'en déplaise aux aficionados d'Ibrahim Maalouf) étouffe le film de la première à la dernière scène jusqu'à l'écoeurement - ne parlons pas de cette dernière scène aussi navrante qu'inutile.

Alors, oui, le jeu de Pierre Niney est plus qu'impressionnant: il parvient à ressusciter un Yves Saint Laurent particulièrement ambigu et émouvant malgré tout. Guillaume Gallienne n'est pas en reste; il campe un Pierre Bergé nuancé et parfois même plus humain que Saint Laurent (à un tel point parfois que l'on se demande où donc est passée l'objectivité de Jalil Lespert). Au-delà de ça, on peut s'amuser à "qui joue qui", un jeu qui atteint malheureusement ses limites assez rapidement.

Le véritable problème d'Yves Saint Laurent, c'est que l'on se demande tout au long du film quel en est l'intérêt. Si l'on est tant soit peu intéressé par l'homme, ce ne sont pas les biographies ou autres essais qui manquent, nous permettant d'entrevoir de manière plus subtile et complète qui était cet artiste hors du commun.
Ici Jalil Lespert fait le portrait d'un écorché sur la corde raide, totalement dépendant d'un Pierre Bergé protecteur, ramenant son génie créatif à de brèves scènes à la limite du ridicule (la genèse des robes Mondrian entre autres), sans parvenir à éveiller un quelconque intérêt.

Beaucoup de bruit pour rien, se dit-on en quittant la salle.

 

 

Repost 0
Published by leshumeursdeviolette - dans Vu
commenter cet article
6 janvier 2014 1 06 /01 /janvier /2014 06:28

 

Parce que le lundi c'est pourri,

parce que le lundi le ciel est souvent gris,

parce que le lundi on a rarement envie,

je dédie cette petite ode aujourd'hui

à celui qui sauve mes lundis.

 

Celui qui m'épargne de douloureux dilemmes,

celui qui de sa douceur enveloppe mes problèmes,

celui dont la chaleur soigne ma flemme.

 

Longue vie au pull du lundi!

699a2f6b34f9017eaa6c7cd73b6ef3af_large.jpg

 

Repost 0
Published by leshumeursdeviolette - dans Soit dit en passant
commenter cet article
31 décembre 2013 2 31 /12 /décembre /2013 06:00

"Nous sommes tous obligés, pour rendre la réalité supportable, d'entretenir en nous quelques petites folies."

Marcel Proust

 

large-copie-2.jpg

 

 

 

Repost 0
Published by leshumeursdeviolette - dans Morceaux choisis
commenter cet article
30 décembre 2013 1 30 /12 /décembre /2013 07:19

Du-cote-de-castle-rock.jpg

 

J'ai commencé ce roman avec appréhension, mes camarades du Club ayant toutes beaucoup de mal avec cette lecture.

Il est vrai que le premier chapitre n'est pas très engageant, mais dès que les Laidlaw mettent le pied sur le bâteau pour traverser l'Atlantique j'ai été embarquée dans l'histoire de cette famille - tout en renonçant rapidement à tenter d'en démêler la généalogie. Peu importe d'ailleurs de démêler le vrai du faux dans cette fiction ancrée uniquement dans la réalité de noms et de lieux oubliés depuis longtemps; Alice Munro brode des scènes autour de fantômes, se créant une mythologie personnelle plus que familiale.

Mais le récit m'a vraiment emportée à partir du moment où Alice Munro commence à parler d'elle. Lorsqu'elle raconte son enfance d'abord; une enfance parfaitement exotique pour moi (l'époque, le pays...) qui m'a totalement fascinée; puis cette dernière partie plus proche de moi et qui m'a vraiment touchée. Le déclin de son père, la révélation de sa maladie à elle, son désir de remonter le temps à la recherche de ses aïeux qui ont traversé l'Atlantique...

Autant de problématiques contemporaines qui m'ont donné envie de découvrir davantage cet écrivain.

 

Repost 0
Published by leshumeursdeviolette - dans Club des lectrices
commenter cet article
23 décembre 2013 1 23 /12 /décembre /2013 20:07

f09962cd37a3a2c548f22301abce2152.jpg

 

Demain c'est Noël, et je ne sais pas si c'est à cause du temps si doux que l'on a eu cette année,

à cause de ces derniers mois qui ont flié si vite,

ou bien parce que j'ai déjà la tête dans le printemps,

mais je n'arrive pas à y croire.

 

Et pourtant demain soir ce sera Noël,

ma soeur aura la bouche rouge et sentira Poème,

mon frère débouchera le vin,

mon père s'activera en cuisine et ma mère fera toute la vaisselle le soir même.

Les enfants demanderont à quelle heure on ouvrira les cadeaux,

je pesterai contre l'insert de la cheminée et on boira du champagne.

 

Pour l'heure mon placard déborde de cadeaux; il est temps de faire ma valise.

 

 

Repost 0
Published by leshumeursdeviolette - dans Disgressions
commenter cet article
18 décembre 2013 3 18 /12 /décembre /2013 07:46

On en était .

Sauf que la réalité s'est avérée plus complexe que mes supputations.

Rhum arrangé raté, blé s'obstinant à ne pas pousser, brushing loin d'être parfait... j'avais beau être passée maître (ou presque) dans le pliage de samoussa (excusez du peu), me faire des oeufs brouillés en semaine le main (!) et avoir trouvé tous mes cadeaux de Noël dix jours avant la date fatidique, le spectre de Bree s'éloignait peu à peu.

C'est en fumant une cigarette tout en enfournant mes samoussas que j'ai eu la révélation: ce n'était pas à Bree que je ressemblais.

Comment avais-je pu être aussi naïve?

En fait je suis en train de devenir ça:

Betty-Draper.jpg

 

Ce qui signifie qu'un beau matin je peux aussi faire ça:

betty-draper-2.jpg

 

A bon entendeur...

 

Repost 0
Published by leshumeursdeviolette - dans Disgressions
commenter cet article

LeshumeursdeViolette sur Twitter

LeshumeursdeViolette sur Instagram

Instagram

LeshumeursdeViolette sur Pinterest

LeshumeursdeViolette sur Hellocoton

Suivez-moi sur Hellocoton