Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
9 janvier 2013 3 09 /01 /janvier /2013 07:19

Première résolution de 2013: faire mienne cette devise de Jean-Philippe Delhomme.

"Une chose est sûre, il ne faut pas passer sa vie à attendre.

Attendre, c’est être bloqué, c’est mauvais.

Il faut essayer de rester en mouvement, même si c’est pour partir vers une direction nouvelle."

 

Et aussi: aimer mon prochain bien évidemment (si possible dans le métro), et ne pas lui faire ce que je n'aimerais pas qu'on me fasse (toujours dans le métro, mais s'applique aussi à l'escalator).

 

Et surtout: arrêter de choisir mes vêtements dans le noir sous peine de transformation de camaïeux si subtils à la lumière de ma lampe en ratage total.

 

 

735174_186738758134770_1739175377_n_large.png

Repost 0
Published by leshumeursdeviolette - dans Soit dit en passant
commenter cet article
7 janvier 2013 1 07 /01 /janvier /2013 06:39

"Vous avez un homonyme à Nîmes" me dit la voix au téléphone.

 

J'ai un homonyme à Nîmes.

Un homonyme.

A Nîmes.

 

La sonorité de cette phrase m'étourdit un peu, et la révélation me fait un drôle d'effet.

 

On doit aussi écorcher son nom - deux "L" et un "T", c'est ça?

On doit l'appeler Jeannette de temps en temps elle aussi.

Lui dire qu'on avait une vieille tante qui s'appelait Violette.

 

J'ai un homonyme à Nîmes un homonyme à Nîmes j'aiunhomonymeàNîmes...

et de l'écho dans le cerveau.

 

Quel âge a-t-elle?

A quoi ressemble-t-elle?

Que fait-elle?

 

Est-elle au courant qu'elle a un homonyme?

 

tumblr_m99im9qg9W1r3sa1oo1_500_large.jpg

 

Repost 0
Published by leshumeursdeviolette - dans Disgressions
commenter cet article
4 janvier 2013 5 04 /01 /janvier /2013 06:12

Lectrice de poésie depuis peu, lectrice du dimanche plutôt car la poésie embellit ces après-midi d'hiver, je n'avais pas été touchée de la sorte jusqu'à la lecture d'Ariel.

L'écriture de Sylvia Plath est à vif, crue, violente et sans pitié, ses vers tendus et désespérés. Abeilles, reines et déesses, fleurs voraces, prédateurs, carnivores, autant de créatures mystiques qui se débattent à la lumière d'une aurore blanche et froide. L'angoisse affleure sous la poésie; certains poèmes furent écrits quelques jours à peine avant que Sylvia Plath ne se donne la mort.

Ces poèmes ne sont pas de ceux qui adoucissent les fins d'après-midis.

Ariel ne laisse pas indemne, il vous retourne, vous interpelle, vous malmène, mais surtout vous rappelle que vous êtes en vie.

 

 

"C'est donc cela, la mer, cette immensité hors d'usage.

Le cataplasme du soleil ne peut rien contre ma brûlure.

 

Dans l'air fusent les couleurs électriques de sorbets

Puisées dans la glace par les mains gercées de filles blêmes.

 

Pourquoi est-ce si calme, que veut-on nous cacher?

J'ai mes deux jambes et le sourire pour avancer."

 

5.jpg

 

(premiers vers de Berck-plage)


Repost 0
Published by leshumeursdeviolette - dans Lu
commenter cet article
2 janvier 2013 3 02 /01 /janvier /2013 06:07

"Ecrire, c'était la seule chose qui peuplait ma vie et qui l'enchantait. Je l'ai fait. L'écriture ne m'a jamais quittée."

Marguerite Duras

 

 

Repost 0
Published by leshumeursdeviolette - dans Soit dit en passant
commenter cet article
31 décembre 2012 1 31 /12 /décembre /2012 06:32

Entre Noël et le Jour de l'an, rares sont ceux qui reprennent le chemin du travail.

Alors un lundi 31... autant compter les cheveux sur la tête d'un tondu!

 

Il y a bien Agnèf dont les plaintifs zézaiements trouvent chaque matin du récnonfort dans l'oreille chaleureuse de Gérard - ou plutôt Zérard?

"F'est vraiment court de rentrer le 25, la plupart des zens rentrent le 26."

"Nan mais quand même elle exzazère, f'est pas à elle de prendre fe zenre de défzizion."

"Et puis z'en ai vraiment marre de la facturafion."

 

Et puis il y a l'agent RATP de La Défense, celui (ou celle?), qui profite de l'absence de son collègue pour reprendre les choses en main.

Pas pour s'occuper de l'escalator en panne depuis deux mois, non!

Remplacer la rituelle RTL par Virgin Radio, tel est son plaisir coupable dont nous, voyageurs un peu aigris en cette fin d'année, sommes les témoins impuissants.

Que ce soit l'une ou l'autre, rien de plus déprimant de toute façon qu'attendre le prochain train - on manqué le précédent, à deux minutes évidemment - en entendant un tube médiocre dont la prétendue gaieté résonne dans le froid et le noir de la gare.

 

Mais aujourd'hui cela m'est bien égal.

Dès mercredi tout va changer: 2013 est mon année.

C'est Grazia qui l'a dit.

 

aquarius-245x301_large.jpg

Repost 0
Published by leshumeursdeviolette - dans Soit dit en passant
commenter cet article
26 décembre 2012 3 26 /12 /décembre /2012 13:28

La famille Tarot s'est chamaillée trois heures durant à propos d'obscures histoires d'atout.

(non, je ne sais pas jouer au tarot)

(oui, on a déjà essayé de m'apprendre)

(d'autres questions?)

(non?)

(bien)

 

La famille Tarot a descendu plusieurs paquets de chips de 18h à 20h30 le soir du 25 décembre.

(alors que la France entière est en phase de digestion)

(et sans même parler de notion de faim, comment peut-on avoir envie de chips de la voiture bar après deux jours d'agapes foie grasesques?)

(un métabolisme hors du commun, je ne vois que ça)

 

La famille Tarot s'est émerveillée sur la taille du parking d'Avignon pendant au moins une demi-heure.

("non mais il est iiimmense!")

("tu as vu? il s'étend jusqu'à perte de vue")

("il est plus grand qu'à Carrefour")

("non mais il est iiiiiimmense, c'est in-croy-able")

(et la boucle recommençait)

 

C'est à ce moment-là que j'ai décidé de me réfugier dans le sommeil.

(en priant pour ne pas rêver d'immensités chipsiennes où le valet de coeur me poursuivrait)

 

tumblr_ly00q4hBF81qbl1z7o1_500_large-copie-3.jpg

Repost 0
Published by leshumeursdeviolette - dans Pérégrinations
commenter cet article
20 décembre 2012 4 20 /12 /décembre /2012 21:33

Oyez, oyez!

 

Vous êtes peut-être déjà au courant: avec mes acolytes nous organisons notre premier Prix des Lectrices, dont le verdict sera rendu public en novembre 2013 pour les trois ans du Club.

(longue vie au Club!)

(enfin, si nous survivons à l'apocalypse de demain)

(mouhahaha)

 

Suite à quelques sollicitations,

(oui je sais j'ai pompé le début de cette phrase sur le blog du Club)

(mais en même temps si vous voyiez les cernes que j'ai aujourd'hui vous m'accorderiez une AEP)

(Autorisation Exceptionnelle de Plagiat)

(réservée aux seuls membres du Club, comme de bien entendu)

nous vous proposons de participer au challenge des Lectrices Amies:

(la littérature, ciment de l'amitié, mythe ou réalité?)

(...)

(craquage de fin d'année)

lire la sélection et proposer votre lauréat.

 

Petit rappel des livres en compétition:

(Cannes spirit)

(peut-être même que Gad Elmaleh viendraremettre le trophée au vainqueur)

(d'ici-là, il faudra se contenter des paillettes de saison: guirlandes, boules de Noël et autres cheveux d'ange)

 

prixdeslectrices.png

 

Le Vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire de Jonas Jonasson, le choix de Claire

La Folie du Roi Marc de Clara Dupont-Monod, le choix de Lili Galipette

Lira bien qui lira le dernier d'Hubert Nyssen, le choix de George

Suite française d'Irène Némirovski, le choix d'Accalia

Le boulevard périphérique d'Henry Bauchau, le choix de Delphine

Du Domaine des Murmures de Carole Martinez, le choix de Marjolaine

Entre ciel et terre de Jon Kalman Stefansson, le choix de Missbouquinaix

J'ai pour ma part proposé Certaines n'avaient jamais vu la mer de Julie Otsuka.

 

 

Si ça vous tente (même si c'est juste pour voir Gad Elmaleh),

filez vous inscrire sur le blog du Club!

 

 

 

Repost 0
Published by leshumeursdeviolette - dans Club des lectrices
commenter cet article
18 décembre 2012 2 18 /12 /décembre /2012 06:09

photo-copie-8Ann et Willie forment "le couple idéal" de Hollywood, fruit d'une mise en sène peaufinée avec la complicité des producteurs et journalistes.

En réalité, Willie aime désespérément Ann, dont il a fait une vedette; et pour celle-ci ce mariage est juste "une signature de plus sur un papier où, pour une fois, et à part la date, aucun chiffre ne figurait." Depuis Willie vit dans la crainte maladive (au sens propre, crises d'asthme et d'urticaire allant de pair avec son anxiété perpétuelle) qu'elle rencontre l'amour, celui qui lui permettrait de sortir d'elle-même et de faire voler en éclats sa cage hollywoodienne. Ce qui ne manquera pas d'arriver...

Les clowns lyriques est mon premier Romain Gary, et ce fut une telle découverte que je n'en ai pas d'abord saisi toute la portée.

L'amour beau car éphémère ("l'amour n'est peut-être à ses débuts hésitants que deux rêves d'amour qui se ménagent"), la force libératrice du burlesque à travers Willie, clown blanc malgré lui ("Willie enfin heureux, ce ne serait plus du tout drôle"), un monde de l'après-guerre "rongé par sa réalité" (blocus de Berlin, camps sibériens, guerre en Corée...)... Autant de facettes de ce roman dont je prends la pleine mesure aujourd'hui, quelques temps après sa lecture, toute éblouie que j'étais par ma découverte de Gary.

Sèche et entière, tendre et ironique, lucide, parfois désespérée, si humaine finalement, son écriture m'a touchée à vif:

 

"Se libérer du monde et de soi-même par la bouffonnerie [...], dans cette dimension où l'on peut tout désamorcer par le burlesque et tomber de la lune sur la terre sans se faire une bosse."


Repost 0
Published by leshumeursdeviolette - dans Lu
commenter cet article
16 décembre 2012 7 16 /12 /décembre /2012 12:53

photo-2--copie-1.JPGIrène Némirovsky fait partie des auteurs que j'affectionne particulièrement et dont je me retiens de lire tous les livres d'une traite, essayant de fractionner le plaisir pour le faire durer davantage.

J'aime son écriture précise et tranchante, son regard sans condescendance ni mépris qu'elle pose sur nos travers humains, et suis à chaque fois impressionnée par son intelligence.

 

La lecture de Jézabel était différente, sans doute car le sujet est nettement plus dérangeant.

Gladys Eysenach, richissime et belle veuve, est accusée du meurtre de Bernard Martin, jeune étudiant de vingt ans.

Au travers des interrogatoires se dessine le portrait d'une "femme du monde, d'une grande beauté, riche, adulée", issue d'une "société mouvante, cosmopolite, qui n'a d'attaches ni de foyer nulle part"... mais la réalité est autrement plus douloureuse.

Difficile d'en dire plus sans divulguer la suite du roman, où l'on va peu à peu découvrir la personnalité de Gladys.

Eprouvant au départ une réelle compassion pour ce personnage (le déroulement de son procès y ayant largement contribué), je fus progressivement à la fois fascinée et écoeurée par cette femme dans le contrôle permanent, se perdant dans la poursuite éternelle de sa jeunesse (il faut dire qu'avant la Première Guerre une femme était finie à quarante ans). Une femme mue par le désir de plaire aux hommes, mais aux femmes aussi, une femme voulant être aimée plus qu'aimer ("Vous vous laissiez aimer"), prête à tout pour continuer à exercer ce pouvoir si grisant...

Comme l'obsession de Gladys, la tension va crescendo tout au long du livre, et il est difficile de le lâcher malgré le malaise qui s'installe.

J'ai été dérangée par cette lecture, sans doute parce que cette question du temps qui passe, du contrôle, qui restent finalement très contemporaines (voyez Madonna), a touché quelque chose en moi. L'angoisse du temps qui s'écoule, ses dommages et les disparitions qu'il entraîne sur son passage, son acceptation sont autant de questions qui me préoccupent, même si cela peut sembler risible au vu de mon âge.

Si j'ai été soulagée en refermant ce roman, j'ai surtout été impressionnée par Irène Némirovsky, qui réussit à dépeindre ce monstre à la fois humain et dépourvu d'humanité qu'est Gladys sans la condamner, faisant une fois de plus la preuve de son talent.

Repost 0
Published by leshumeursdeviolette - dans Club des lectrices
commenter cet article
15 décembre 2012 6 15 /12 /décembre /2012 12:00

photo-copie-8.JPG

C'est peut-être un détail pour vous (facile),

mais c'est pour moi celui qui, de loin,

me met du baume au coeur chaque matin.

 

Nous sommes le 15, il est midi, heure de Paris: c'est la photo du mois.

Envie d'autres détails? C'est par là:

Renepaulhenry, Misscarone, Filamots, LaFamilleD , magda627, Mistinguett, Akaieric, Lyonelk, Sephiraph, DelphineF, Gizeh, Anita, Alexanne, AngÈlique, Skipi, Krn, Champagne, Tambour Major, Clara, Narayan, Lo, Stephane08, Batilou, Isabelle et Gilles, Dame Skarlette, Melting Pot, Cessna, oui !, Djoul, Lauriane, Nana, Les petits supplices !, Dorydee, La Nantaise, Anne, Carnets d'images, David et MÈlanie, Bestofava, Cathy, Alban, Lavandine, Laure, Cara, Jean Wilmotte, Agrippine, Anne Laure T, Nicky, Christeav, MaÔder, Nataru, Giselle 43, Kyoko, Mamysoren, Viviane, Olivier, Ori, CÈliano, Lisa dorÈ, Violette, El Padawan, Caterine, Alice Wonderland, Nikit@, Guillaume, Laurent Nicolas, Supalisa, Josiane, Marion, Lhise, MaÔeva Voyage, Les voyages de Lucy, Hibiscus, Louisianne, Carole In Australia, Titem, scarolles-and-co , The Mouse, Une niÁoise, Cherrybee, Cekoline, LaGodiche, Emma, Marmotte, Isaquarel, Nora, 100driiine, E, Vanilla, Karrijini, Pat QuÈbec, Kob, Pilisi, Xoliv', Annick, Gilsoub, Mgie les bons tuyaux, Cindy Chou, Alexinparis, Dr. CaSo, Sophie Rififi, FranÁois le NiÁois, A'icha, Blogoth67, FrÈdÈric, Les bijoux de Sandra, Thalie, Sinuaisons, Un jour une rencontre, Leviacarmina, Zaza, LisaDeParis, Galinette, Virginie, A&G, Fanfan Raccoon, Eloclemence, Les voyages de Seth et Lise, La Messine, Cook9addict, Caro, Flo, Calamonique, La Fille de l'Air, Arwen, La Flaneuse, J'adore j'adhËre, Lucile et Rod, N, Dreamteam, Xavier Mohr, Nathalie, Testinaute, Coco, La Parigina, Valentine, Cynthia, Caprices de filles, Solveig, Happy Us, Le Mag ‡ lire, Ava, Cricriyom from Paris, CÈline in Paris, La Papote, Cocosophie, Shandara, Eurydice, Zapo, Chris et Nanou, Juriste-in-the-city , SÈbastien.

Repost 0
Published by leshumeursdeviolette - dans La photo du mois
commenter cet article

LeshumeursdeViolette sur Twitter

LeshumeursdeViolette sur Instagram

Instagram

LeshumeursdeViolette sur Pinterest

LeshumeursdeViolette sur Hellocoton

Suivez-moi sur Hellocoton