Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
18 mai 2010 2 18 /05 /mai /2010 20:31

Ça commençait bien.

Une vraie passion.

Je n'arrivais plus à le lâcher.

Je comptais les heures qui me séparaient de nos retrouvailles.


Et puis je me suis lassée.

J'ai été déçue qu'il se révèle si éloigné de ce que nos débuts avaient auguré.

Il a même commencé à m'agacer (!)

 

Je suis tout de même allée jusqu'au bout parce que n'en jetons plus j'avais envie de connaître la fin.

Mais franchement.

Déjà il faut aimer l'Histoire.

Moi j'aime bien l'Histoire, hein (spéciale dédicace à mon Papa), mais bon six pages sur Willy Brandt ou l'industrie pétrolière... hum. Ou alors faut-il avoir été à Sciences-po?

Et puis, forcément, le héros est un solitaire, taciturne même. Forcément, il est brillant et n'écoute personne. Forcément, ses deux meilleurs amis, un garçon et une fille "sélectionnés" comme lui, finissent par tomber amoureux l'un de l'autre. Forcément, son mentor devient son père spirituel (il a perdu le sien étant enfant). Forcément la fin est ouverte, à suivre... Ça ne vous rappelle pas quelqu'un?

Concentrez-vous, vous ne le sentez pas, ce vieux relent d'Harry Potter qui irrite vos narines?


Ouf, Sliv Dartunghuver n'a pas de cicatrice sur le front.

Mais il s'en est fallu d'un cheveu.


Il faut tout de même reconnaître quelques talents à Bello: son récit est extrêmement bien construit, son histoire donne le tournis et développerait une paranoïa même chez l'individu le plus confiant de la terre, et surtout, il parvient (malgré mes réserves ci-dessus) à nous rendre rapidement accros.


Sauf que c'est souvent prévisible, et au final pas tellement original.

Je parie d'ailleurs mon bonnet que notre héros finira par épouser Lena Thorsen, dont les comportements froids et méchants s'expliqueront par une histoire personnelle trop lourde à porter - cf sa question portant sur le salaire: à mon avis elle doit subvenir aux besoins de sa mère/sa soeur/les deux, et en plus elle a (à mon humble avis) certainement été abandonnée par son père à la naissance, d'où sa relation conflictuelle avec tous les hommes qui croisent son chemin.


Je ne sais plus trop qu'en penser.

Sauf que je ne suis pas certaine de lire la suite.


Ou alors pendant mes vacances?

 

9782070355273FS.gif


 

 

Repost 0
Published by leshumeursdeviolette - dans Lu
commenter cet article
17 mai 2010 1 17 /05 /mai /2010 22:39

greenberg-011.jpg

 

Je pensais me détendre et rire.

Je me suis trompée.


Je pensais que ça allait me mettre une pêche d'enfer pour toute la semaine.

Je me suis carrément plantée sur ce coup-là.

 


N'empêche.

Je suis quand même contente de l'avoir vu.


Parce qu'à chaque fois qu'un film se passe à Los Angeles, j'ai l'impression de tout reconnaître.

N'importe quoi, franchement, LA c'est super grand...

Parce que ça fait du bien de voir Ben Stiller autrement qu'en clown, et même que grâce à lui j'ai réussi à m'identifier à un héros masculin pour la première fois de ma vie.

Je pense que ça mérite un voeu; un, deux, trois...

Parce que cette actrice, là, Greta Gerwig est vraiment trop géniale.

greta_gerwig_01.jpg

Super touchante, terriblement attachante, et rafraichissante (pour en finir avec la rime).

Encore une que j'ai vraiment hâte de revoir.

 

Alors oui, c'est vrai.

Roger Greenberg est un peu difficile à suivre, même impossible parfois tant ses comportements paraissent incompréhensibles.

Et l'on ne sait pas toujours où l'on va.

Et des fois c'est énervant.

Et c'est encore plus énervant de sortir du cinéma avec cette envie de pleurer sans trop comprendre pourquoi.

 

 

Mais quelle importance finalement, quand on arrive à oublier pendant deux heures ou presque,

"the bullshit pressure of being successful"...

 


Repost 0
Published by leshumeursdeviolette - dans Vu
commenter cet article
15 mai 2010 6 15 /05 /mai /2010 16:04

cortomalteseL'intermittent n'est pas très bien rasé.

Il a de grandes pattes, parfois une petite créole dorée à l'oreille. D'ordinaire je trouverais ça ringard mais sur lui c'est différent, je trouve qu'il ressemble à Corto Maltese.

L'intermittent porte de grand tee-shirts délavés, dont l'encolure est déformée.

L'intermittent fume des roulées et boit de la bière pas toujours fraîche.

L'intermittent connaît mieux la France que moi.


L'intermittent me fait rêver. Sillonner les routes, partir en tournée, vivre en décalé... 

L'intermittent n'est pas coincé derrière un bureau, il n'a pas d'horaires fixes. Je crois qu'il vit plus fort que moi.

 


Plus qu'être avec lui, j'aimerais être lui.


Juste pour une heure, une semaine, juste un été.



Repost 0
Published by leshumeursdeviolette - dans On a bien le droit de rêver
commenter cet article
13 mai 2010 4 13 /05 /mai /2010 20:07

Je ne regarde jamais Le Grand Journal.

Sauf quand je suis malade.

Ou bien quand c'est le jeudi de l'ascension, qu'il fait froid, moche et gris, qu'à peu près tout le monde a déserté Paris (oué et ben on n'a pas tous la chance de faire le pont), que j'ai une flemme immense (le mot est faible) d'enlever mon kimono pour m'habiller normalement et affronter l'extérieur - ce qui va donner lieu à un dîner, disons, expérimental ce soir... ou comment parvenir à quelque chose avec un frigo presque vide (l'important c'est la présentation, ça fait presque tout passer).

Ce soir donc, épuisée par mes performances de la journée - se laver, s'habiller (enfin j'me comprends), se faire à manger (mais pas la vaisselle, faut pas déconner), lire et surtout dormir; une riche journée, vraiment...

Ce soir donc, épuisée par cette journée particulièrement riche sur le plan physique comme intellectuel, j'ai (naïvement) décidé d'offrir mon temps de cerveau disponible à Canal+.

Il faut également savoir que, contrairement à nos habitudes, Mister Cafard et moi ne pourrons pas regarder la Cérémonie de clôture cette année (des affaires divines nous attendent en Bretagne). Alors quand j'ai pris conscience de ce rendez-vous manqué, du manque qui s'en ensuivra fatalament (et que le podcast du Masque et la plume ne parviendra pas à combler), j'ai décidé de me consoler avec Canal+, la montée des marches et tout. Un peu de paillettes ne pouvait pas me faire de mal.

Bien mal m'en a pris.

Non seulement je n'ai pas eu mon quota de paillettes (heureusement, Mathieu Amalric avait un super chouette costard en velours bleu qui m'a presque fait oublier ses dents jaunes et ses cheveux gras), mais Le Grand Journal a déçu tous mes espoirs.

Je ne saurais pas vraiment dire ce qui était le plus agaçant: le générique genre "C'est nous les stars de Canal", les silences qui devenaient de plus en plus difficiles à combler au fil de l'émission, et les questions bêtes mais bêêêêêtes d'Ariane Massenet (entre autres, mais elle mérite vraiment la plame)........................

"Tim (NDLR: Burton, le pauvre il avait vraiment l'air de se demander ce qu'il faisait là), je sais que c'est une question horrible, mais si vous ne deviez garder qu'un seul de vos films, lequel choisiriez-vous?"

"Tim, je vais vous demander un cadeau, faîtes-moi un dessin".

Et de lui amener une feuille et un stylo.

Non mais franchement, Ariane, tu crois vraiment que le pauvre Tim avait envie de faire un dessin en live, et sur commande en plus?

Et je passe le moment où elle lui a offert des chaussettes rayées...

(en plus elle ne savait pas comment se dépatouiller avec ses vertigineux talons)


***Soupir***


J'ai été obligée d'aller me passer les nerfs sur Outfitters et Asos (mais pourquoi les robes sont-elle si courtes? N'ont-ils aucune pitié pour les complexées du genou comme moi?).

J'aurais vider mon compte et leur envoyer la note, ou bien les attaquer pour "déréglement du cerveau entraînant des pulsions consuméristes incontrôlables", ça leur aurait fait les pieds.

 

***


Heureusement, il y a Russell Crowe sur France 3, sa virilité va me faire le pus grand bien après toutes ces billevesées.


Force et honneur les mecs.

russell_crowe_gladiator_008.jpg

Repost 0
Published by leshumeursdeviolette - dans Vu
commenter cet article
12 mai 2010 3 12 /05 /mai /2010 13:15

Les filles à chevalières me fascinent.

Sur les hommes, je trouve ça franchement répugnant. Pour moi, les hommes à chevalières sont épais, abjects et pas très reluisants (preuves concrètes à l'appui, disponibles sur demande).

Le bureau des pleurs/réclamations/dépôts de plainte est ouvert du lundi au vendredi, de 10h à 16h.

Mais sur les femmes?!?


Ça me dépasse.

Surtout lorsque la fille est jolie.

Si c'est le profil bleu-marine, coupe au carré même pas dôle, foulard hermés, mocassins & co, ok je rends les armes, je comprends. Enfin non, je ne comprends pas mais je conçois. Ou plutôt j'arrive à imaginer comment ça peut être possible. Ce qui revient au même en fait... hum, disons plutôt que j'admets.


Mais, franchement: sur une jolie jeune fille?!?!?!? Limite branchée en plus!

Héritage familial?

Valeur sentimentale?

Arme de poing?

Signe d'appartenance à une société secrète? (suis en train de lire Les faussaires d'Antoine Bello, du coup ma paranoïa est au taquet)

Ou bien bijou tellement cliché qu'il en devient ultra-pointu?

...

Il n'y a rien à faire, je ne comprends pas.

 


...


Damned


...


Je viens de réaliser que ma grand-mère porte une chevalière.

Repost 0
Published by leshumeursdeviolette - dans Soit dit en passant
commenter cet article
8 mai 2010 6 08 /05 /mai /2010 13:36

Cette fois c'est sûr, j'ai un don de divination.

 

Je devine toujours qui est le coupable avant Tim Roth.

 

Et ouais, je suis comme ça, moi.

Hyper perspicace.

Et non, non, et non, les séries ne sont pas cousues de fil blanc, c'est bien de ma perspicacité légendaire qu'il est question ici.

Ou bien de ma faculté cachée, qui étouffe de rester dans l'ombre et l'anonymat depuis toutes ces années...

 

Quoi qu'il en soit, rien n'égale le plaisir de battre Tim Roth sur son terrain. Heureusement pour lui, il ne se doute pas que, de mon salon - enfin, de mon unique pièce, n'oublions pas que je suis une jeune active parisienne -, je devine la suite avant lui:

"Mais Tim, enfin, c'est son fils, c'est évident!"

"C'est la psy, ma main à couper que c'est la psy!"

.. ça lui mettrait le moral dans les chaussettes, le pauvre. Et entre nous, il n'a pas tellement besoin d'avoir le moral dans les chaussettes, il est suffisamment perturbé comme ça.

En même temps, il va m'être difficile de le lui cacher plus longtemps. Il demeure malgré tout LE maître, et serait capable de débusquer ma planque parisienne.

 

Alors voilà mon deal, Tim, avant que tout ça n'aille trop loin :

Choix 1: embauche-moi, j'ai un don, je suis trop fortiche. Aucune intrigue ne résiste à ma perspicacité aiguë, à mon sens de la psychologie et de l'observation (pas mal cette phrase, je devrais la recycler pour mes futures lettres de motivation). Et je peux vous manger tous crus, toi et ton équipe, parce que:

- je suis à Paris, tu reconnaîtras que c'est quand même plus chic que Philadelphie, et moreover l'accent frenchy est so sexy, isn't it? ;

- j'ai peut-être des bureaux plus petits, mais qui dit petit dit moindres frais, je peux casser les prix si j'en ai envie;

- à moi toute seule, j'abats votre boulot à tous, je suis super balèze (oué oué oué, second round jeudi prochain, je suis prête, tu verras ça).

Alors embauche-moi, embauche-moi, embauche-moi, embauche-moi, embauche-moi s'il te plaît...............

 

Choix 2: présente-moi the Mentalist et on pourra (peut-être) trouver un accord. Parce que bon, le prends pas mal Tim, mais il est quand même vachement plus sexy que toi. Et lui au moins n'a pas l'âge d'être mon père. Bien sûr, il faudra nous aider à neutraliser John Le Rouge, je ne tiens pas à finir en macchabée aux ongles peints de son propre sang juste parce que je suis la nouvelle femme du Mentaliste.

Alors présente-moi, présente-moi, présente-moi, présente-moi, présente-moi s'il te plaît...............

 

Choix 3: trouve-moi le même mari qu'Alison Dubois, soit ultra patient, ultra gentil, ultra attentionné, ultra compréhensif, ultra amoureux, ultra tout sauf chiant.

Mais en plus beau steuplé.

Et aussi: qui ne dorme pas avec un tee-shirt antisexe.

Alors trouve-le moi, trouve-le moi, trouve-le moi, trouve-le moi, trouve-le moi s'il te plaît...............

 

Et je te ficherai la paix!

...

J'attends.

Repost 0
Published by leshumeursdeviolette - dans Disgressions
commenter cet article
30 avril 2010 5 30 /04 /avril /2010 16:10

 

… où rien ne va.

Où plutôt : où tout va de travers.

Où tout me fait mal, où tout m’ennuie.

Où je voudrais partir en Australie.

 

Sans que je sache vraiment pourquoi.

 

Aujourd’hui, c'est le cas.

Gonflée à l’helium, je crois bien que je tuerais pour m'envoler par la fenêtre du bureau...

Et je flotterais… jusqu’à Sidney !

ballons

 

Ça ira mieux demain.  

Repost 0
Published by leshumeursdeviolette - dans Disgressions
commenter cet article
29 avril 2010 4 29 /04 /avril /2010 12:38

la_comtesse_12.jpgJe suis allée voir La Comtesse.

Parce que j’aime bien Julie Delpy.

Parce que ça correspond bien à ma problématique du moment - les rides, le temps qui passe, la quête obsessionnelle de la perfection, tout ça... oui, je sais.

Parce que j’aime vraiment bien Julie Delpy, donc ça compte double (comme au scrabble).

 

C'était parfois un peu trop trash pour mon petit cœur sensible, j'ai dû me cacher les yeux (ce qui m’a d’ailleurs rappelé ma première fois au cinéma).

C’était Robin des Bois, avec Kevin Costner. Sur ordre maternel, ma sœur avait placé ses mains sur mes yeux dès la première scène - en même temps ce film commence par l’amputation de la main du compagnon d’infortune de Kevin… un peu hardcore quand on est au CP.

 

 Bref, ce film m'a secouée, et ce pas seulement au niveau des images.

A mon avis certainement parce que comme (très) souvent (presque toujours en fait) je me suis totalement identifiée à l'héroïne, qui en l'occurence fait froid dans le dos…

Une héroïne un peu bizarre, pleine de névroses et un peu folle ?  -> Processus d'identification entamé 

Ça marche avec presque tous les films (le taux de probabilité est beaucoup plus faible quand il s’agit d’héros masculins, mais j’y travaille).

 

Bref, je me suis quelque peu reconnue en Elisabeth. Pas totalement, certes (encore heureux!), mon sens de la répartie étant beaucoup moins développé que le sien (sans blague), tout comme mon sens des affaires.

Je trouve en général la réponse qui tue deux heures après, toujours trop tard en fait. Et je vis un peu au pays des bisounours des fois. 

 

En fait c’est surtout dans sa folie que je me suis reconnue. J’ai très (trop?) bien compris comment elle pouvait être obsédée par son miroir, comment le regard qu’elle portait sur son corps pouvait se déformer en fonction de ses angoisses, comment elle pouvait totalement perdre le contrôle et succomber à la déraison.

 

Alors maintenant j’ai un peu peur.

Jeunes vierges, éloignez-vous de moi, c’est un conseil d’ami.

Repost 0
Published by leshumeursdeviolette - dans Vu
commenter cet article
27 avril 2010 2 27 /04 /avril /2010 11:46

Je n’avais jamais vu aucun film de Miyazaki (oui, je sais, n’en jetez plus ; merci).

Alors, quand on a vu qu’Arte rediffusait tous ses films, mes mouchoirs et moi avons décidé de nous poser devant Princesse Mononoké .

 

Bon.

 

C’est vrai qu’esthétiquement parlant c’est très beau.

 

Mais franchement.

 

Entre 

- "Que cherches-tu?

- Rien, je promène un regard sans haine"

et  « Les hommes et la nature doivent vivre en paix ! »

 

...

 

Heureusement, il y avait Dame Eboshi.

2075_Dame-20Eboshi.jpg

Ha, Dame Eboshi … Sa force de caractère, sa beauté, son aura…  Belle, charismatique… et féministe en plus !

Elle a sauvé ma soirée.

 

Une semaine plus tard, je me demande si j’aurais également préféré le féminisme à la nature dans un contexte vide de toute polémique « badinterienne »…

Repost 0
Published by leshumeursdeviolette - dans Vu
commenter cet article
21 avril 2010 3 21 /04 /avril /2010 12:53

Aux infiltrés hier soir (j’ai un gros rhume alors je comate souvent devant la télé en ce moment) :

David Pujadas répond à une mère de toxico qui, au bout de quinze ans, a réussi à dialoguer avec son fils : « oui, enfin, vous l’avez eu votre dialogue ! »

Je suis sans voix, dîtes-moi que je rêve. 

Réveillez-moi.

Repost 0
Published by leshumeursdeviolette - dans Vu
commenter cet article

LeshumeursdeViolette sur Twitter

LeshumeursdeViolette sur Instagram

Instagram

LeshumeursdeViolette sur Pinterest

LeshumeursdeViolette sur Hellocoton

Suivez-moi sur Hellocoton