Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
2 mars 2010 2 02 /03 /mars /2010 22:20
C'est comme la cérémonie de clôture du Festival de Cannes. Chaque année, ça me fait un effet boeuf.
Au début, ça commence bien. J'adore ce rendez-vous, alors je me prépare: téléphone éteint, plateau-repas, et plaid
(même pour Cannes au mois de mai, une soirée télé sans plaid est une hérésie) ; je me cale dans mon canapé et c'est parti.
J'aime regarder les actrices, leurs coiffures, leurs robes; je m'amuse à deviner qui a habillé qui. J'aime aussi regarder les acteurs, même si c'est moins drôle: beaucoup moins de fantaisies capillaires (quoique), et puis ils sont tous en smoking! (ce qui me permet toutefois de bénir à chaque fois Hedi Slimane et ses costumes branchés qui me donnent limite envie d'être un mec - j'ai dit limite, ne nous emballons pas). Bref, tout ce petit monde défile, les monstres sacrés, ceux qu'on admire, ceux qu'on aime moins, les jeunes premiers, les petites nouvelles... et moi, enfouie son mon plaid, je me régale.
La cérémonie commence, et c'est le moment que choisit Mister Cafard pour prendre
discretos l'ascenseur, sur la pointe des pieds, direction mon douillet perchoir. Les récompenses pleuvent, les larmes coulent sur les joues des heureux élus, les remerciements n'en finissent pas, et Mister Cafard frappe à ma porte. On a nos petites habitudes tous les deux maintenant, alors je ne résiste pas. Il vient s'installer avec moi, sur le canapé - mais pas sous mon plaid quand même, faut pas déconner!
On a plus d'une fois la larme à l'oeil (j'ai une fâcheuse tendance à l'empathie extrême), on pleure au moins une fois. Et puis on finit toujours par se demander pourquoi on se fait chier à aller bosser tous les jours, du lundi au vendredi, alors que franchement on pourrait jouer la comédie et avoir de super belles robes, gagner un César... et pourquoi pas un Oscar d'abord!?!
Et puis ça y est, c'est fini, ils vont faire la fête au Fouquet's, fini les paillettes! J'essaie de me débarasser de Mr Cafard qui aimerait bien s'incruster pour la nuit; ça ira mieux demain.

Normalement ça se passe comme ça.

Sauf que samedi dernier, en plus de toutes ces émotions, les Césars m'ont empêchée de dormir.
Bon d'accord, il y avait aussi cette foutue tempête, le boucan d'enfer dans mes vieux volets (51 ans d'âge, qui dit mieux?)...
Mais quand même: LE regard de la soirée a volé mon sommeil!
Celui que Raphaël a posé sur Mélanie Thierry quand elle a appris qu'elle était le Meilleur Espoir Féminin de l'année. Un mélange de fierté, d'amour bien sûr, et un je ne sais quoi mêlé à plein d'autres choses que je ne saurai pas trop décrire (NDLR: sans blague, on n'avait pas remarqué). Bon, j'extrapole peut-être, j'idéalise sans doute. Mais on a bien le droit de sublimer, non? Et avec les stars, c'est permis, non?
Il faut aussi resituer le contexte: déjà, je ne savais même pas qu'ils s'étaient remis ensemble, d'où un premier choc, purement people certes, mais un choc quand même; alors ce regard en plus c'est la cerise de la soirée!
Du coup maintenant je me dis:
pourquoi je me fais chier à aller bosser tous les jours, du lundi au vendredi, alors que franchement je pourrais jouer la comédie et avoir de super belles robes, gagner un César... et un mec chanteur trop beau, qui m'aimerait tellement fort que ça en crèverait l'écran et que le monde entier le saurait! (à supposer que le monde entier regarde la remise des Césars ce soir-là)
Me voilà bien rendue. Mister Cafard commence limite à se foutre de ma gueule tellement c'est énorme.

Bon, ok, j'avoue, je le trouve quand même super beau gosse ce Raphaël; c'est sur que si ça avait été Gérard Depardieu ça ne m'aurait pas fait le même effet.


N'empêche... elle en avait de la chance, Mélanie Thierry, ce soir-là!
Repost 0
Published by leshumeursdeviolette - dans On a bien le droit de rêver
commenter cet article
1 mars 2010 1 01 /03 /mars /2010 23:07

... ça commençait bien. Les années 40, l'ambiance mi-gothique mi-polar,
le héros torturé (pas trop de suspense de ce côté-là, mais bon c'est un héros de film noir après tout)... dans mon fauteuil, je suis enthousiaste. La musique et les lumières aidant, je sens bientôt oppressée (bien joué, Martin), et commence à prier pour que Di Caprio ressorte vivant de cette île maléfique, j'ai un mauvais pressentiment...
Heureusement pour ma petite âme sensible, on ne le quitte pas d'une semelle: Leo interroge les patients, Leo interroge le personnel, Leo est hanté par son passé, Leo fait des cauchemars, Leo se douche (ça j'ai bien aimé, il est devenu vachement musclé depuis le Titanic), Leo se perd dans le cimetière, Leo escalade les rochers... Il est de tous les plans! En même temps ce n'est pas plus mal: sans prendre en compte les cinq minutes où j'ai admiré son torse et où je me suis demandée si ses tatouages étaient vrais ou pas, s'il n'avait pas été le héros ça aurait été quand même vachement moins bien. Parce qu'il est bon, vraiment bon, ça je ne peux le nier, et rien que le fait d'imaginer ce que ça aurait pu donner avec un acteur médiocre me donne des frissons...
Bref, le plus important, c'est que l'enquête de Leo progresse, et de rebondissement en rebondissement je crois qu'on se rapproche de la vérité. Grave erreur. Les aventures de Leo au pays des fous criminels durent deux heures et dix-sept minutes.
Et oui, c'est long.
Mais en même temps comment ai-je pu croire que tout aurait été plié en une heure et demie?
Donc bon voilà, les rebondissements commencent à me lasser (voire même à me gonfler, à la fin). Plus le film avance, plus les ficelles deviennent grossières. Parfois on frôle carrément le grotesque, ça devient presque embarassant: doit-on être subjugué par le bond sensationnel que l'enquête vient de faire ou doit-on en rire tellement c'est énorme?
Non mais franchement, le coup de l'arroseur arrosé, depuis Le sixième sens et Les autres, c'est devenu un classique! Ca m'agace.

... c'est de la belle ouvrage. Un film de genre parfaitement maîtrisé: décors et costumes soignés, belle photo, musique redoutablement efficace, tout est impeccable. Les acteurs sont excellents,
mention spéciale à Michelle Williams dont les apparitions sont trop rares à mon goût.

... j'y ai cru, à plusieurs reprises. Quelques scènes m'ont redonné espoir.
Les cauchemars du héros (qui m'ont fait penser à du Burton, allez savoir pourquoi), à la limite du ridicule parfois ("je tiens ma défunte épouse dans mes bras, quand elle se transforme en petit tas de cendres"), m'ont touchée sans que je me l'explique. J'ai même eu peur à certains moments!
Je me suis dit que je m'étais trompée, que je me fiais trop à mes premières impressions, que quand même c'était un Scorsese, que les critiques éaient bonnes... Mais non. Trop c'est trop. Trop grossier, trop lourd, trop long - deux heures et dix sept minutes tout de même!

Et pourtant, j'aurais aimé l'aimer ce film!

http://cine-serie-tv.portail.free.fr/actu-cine/23-07-2009/shutter-island-le-poster-ou-il-manque-du-monde/shutter_island_5.jpg

Mais non.


Repost 0
Published by leshumeursdeviolette - dans Vu
commenter cet article
1 mars 2010 1 01 /03 /mars /2010 11:43
tahar.jpg
Repost 0
Published by leshumeursdeviolette - dans Sans paroles
commenter cet article
26 février 2010 5 26 /02 /février /2010 15:45
Il y a comme ça des petites phrases comme ça qui me mettent à genoux.
Des phrases de rien du tout, des phrases banales, que certains n'entendent même pas.
Des petites phrases anodines qui, l'air de rien, réduisent mes espoirs à néant.
 
" Mais il n'y a pas quelque chose que tu aies vraiment envie de faire? "
...
" Je vais bientôt partir "
...
" Et ton boulot, ça va? "
 
... Euh ...


noir c'est noir copie
 

Et là, en une fraction de seconde, la réalité me rattrape.
Cruellement, bien évidemment. 
Avec son lot d'interrogations, bien entendu.
Et de réflexions absolument non productives, comme d'habitude.



J'étais bien, dans le désert.
Repost 0
Published by leshumeursdeviolette - dans Disgressions
commenter cet article
24 février 2010 3 24 /02 /février /2010 17:28

manege.jpg                                


… jusqu’aux prochaines vacances
... jusqu’au prochain voyage
... jusqu’à la prochaine valise que je fermerai


                             ***

          Jusqu’à ma prochaine évasion !

 

Repost 0
Published by leshumeursdeviolette - dans Disgressions
commenter cet article
18 février 2010 4 18 /02 /février /2010 17:32

Là, en ce moment, je suis dans les dunes.


Il fait chaud le jour, froid la nuit, et le ciel est rempli d'étoiles.


Pas d'ordinateur, pas de téléphone, pas de maquillage... juste le sable, les étoiles, et moi.


desert03.jpg

Repost 0
Published by leshumeursdeviolette - dans Pérégrinations
commenter cet article
13 février 2010 6 13 /02 /février /2010 00:22
... car elle nous permet de faire des déclarations telles que: "Je me suis offert un boyfriend hier".
Repost 0
Published by leshumeursdeviolette - dans Soit dit en passant
commenter cet article
11 février 2010 4 11 /02 /février /2010 16:27
CIRCUSsarahmoon


A chaque fois c'est pareil.

Une soirée au spectacle, et je me rêve en comédienne, danseuse de claquettes, meneuse de revue... parfois même en clown blanc.

Dans ma loge, je me maquille.

"C'est à toi"

...

Et la valise jamais défaite
Et les journées à tailler la route
Et la vie en décalé

...

Dans ma salle de bains, je me démaquille.




photo Sarah Moon: http://www.photoarts.com/Visavis/moon.html

Repost 0
Published by leshumeursdeviolette - dans On a bien le droit de rêver
commenter cet article
10 février 2010 3 10 /02 /février /2010 11:46

metro-ligne-12

... on découvre une nouvelle tribu chaque semaine.
Parfois c'est évident, parfois pas du tout.
 
Alors on se perd en conjectures:
d'où viennent ces messieurs là-bas, avec leurs gros anoraks et leur accent? Que font-ils? 
...
Je me rapproche, essaie d'écouter leurs conversations; j'échafaude des hypothèses, je me raconte leurs histoires. 
...
Celui-ci est jeune marié, celui-là secrètement amoureux de sa collègue... Et cet autre a profité de cette escapade parisienne pour enlever son alliance et prendre un peu de bon temps!


***

C'est un sport très amusant, imaginer la vie des gens.

Mais Montparnasse arrive toujours trop vite, et je descends.

Repost 0
Published by leshumeursdeviolette - dans Dans le métro
commenter cet article
8 février 2010 1 08 /02 /février /2010 15:05

Coup de cœur pour cette série de documentaires de Loïc Prigent, dont le dernier volet est passé sur Arte jeudi dernier.

A chaque fois la même histoire, et à chaque fois on se laisse embarquer.
Dès le départ, les signes annonciateurs de la fièvre imminente sont là. La tension monte, nous gagne peu à peu... On est ému.
Par la masse d’efforts de toute une équipe, parce qu’on a l’impression d’en être, parce que preuve est faite que la mode, c’est peut-être de la frivolité et des frou-frous, mais aussi et surtout du travail.

Chez Rykiel, c’est une histoire de femmes. La mère et la fille, bien évidemment, duo complémentaire à la tête de la maison, mais aussi les petites-filles. Une belle tribu, la liberté en héritage.
J'ai trouvé ce volet particulièrement touchant - NDLR: je suis une âme sensible, j’ai la larme facile.

 ***

Après coup, j’ai réalisé que leur principal souci était le beau.
Ils ne prennent pas le métro, ne font pas la queue au supermarché, ni la vaisselle…
Juste le beau.
Est-ce pour cela qu’ils y parviennent si bien ? Doit-on se lover dans une bulle, protégé des réalités triviales, pour sublimer les femmes ?

 

Moi j’aimerais bien avoir une petite place dans une de leurs bulles, bien au chaud, loin des boîtes mails pro, des courriers de la banque… (soupir)

 ***

Considérations hautement philosophiques en ce froid jour de février ; le ciel est si jaune aujourd’hui, à croire qu’une pluie toxique va nous tomber sur la tête…

 

Repost 0
Published by leshumeursdeviolette.over-blog.com - dans Vu
commenter cet article

LeshumeursdeViolette sur Twitter

LeshumeursdeViolette sur Instagram

Instagram

LeshumeursdeViolette sur Pinterest

LeshumeursdeViolette sur Hellocoton

Suivez-moi sur Hellocoton