Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
14 décembre 2011 3 14 /12 /décembre /2011 23:02

tumblr lqryk2fm8s1qg4kx9o1 500 large

 

Je m'étais prise pour Cendrillon...

Mon futur ex-opérateur m'ayant annoncé la portabilité de ma ligne le 8, j'avais cru qu'à minuit poum patatras youplaboum abracadabra mon iphone scintillerait et me tendrait les bras...

(je lui aurais dit: "c'est toi?")

("iphone chéri, c'est bien toi?")

(et il m'aurait répondu : "oui Violette, c'est moi")

(et après on se serait envolés pour tourbillonner dans les airs)

(un peu comme à la fin de la Belle et la Bête)

(quand on entend les cloches, tout ça)

(...)

 

23h59, je commence le décompte.

J'avais prévu de me coucher tôt, au niveau des cernes ça m'arrangeait, mais bon en même temps il y a des priorités dans la vie.

Avec ces histoires de sommeil à rattraper, j'avais loupé le bip fatal: 00h02.

...

C'est étrange, je n'entends pas de cloches...

...

Et mon vieux téléphone capte toujours.

...

Trois minutes plus tard, j'avais compris: le 8, ça signifiait juste dans la journée du 8.

(ah oué?)

(et oué)

(pas de réflexion malvenue sur mon temps de réaction, merci)

Je me sentais bafouée, maraboutée, perdue.

Rien n'allait se passer comme prévu, rien ne fonctionnerait jamais, je me voyais déjà en pleine bataille avec tous les opérateurs de la terre, interpellant l'UFC Que Choisir, nouvelle pasionaria des pauvres consommateurs victimes de leur fixette consumériste.

Je décidai donc de laisser mon protégé au chaud dans sa boîte, et partis au turbin la tête pleine d'idées noires.

(et si ça ne marchait pas, et si, et si...)

(depuis que je n'ai plus la télé, je ne regarde plus TF1, j'ai donc du temps de cerveau disponible à revendre)

(mais maintenant mon cerveau s'est empli de poésie, merci)

 

Sauf que je m'étais érigée en victime un peu trop rapidement.

Et au milieu de la journée j'eus la chique coupée, ou plutôt ma ligne.

On était bien le 8, dans la journée.

Après quelques secondes de stupéfaction, d'annonces à la ronde ("je suis liiiiiiiiiiiiiibre"), je réalisai que je ne serais pas joignable pendant un petit moment.

Et finalement j'ai plutôt apprécié cette injoignabilité.

Quand on oublie son téléphone chez soi, on se souvent un peu vide, presque nu.

(et si tout le monde m'appelait aujourd'hui?)

(si je ratais la chance de ma vie parce que je n'ai pas mon téléphone?)

(et si mes parents alertaient la police?)

Mais là rien de tel.

J'ai bien aimé cette petite sortie du système.

(genre l'anarchiste)

(c'était pour mieux y replonger tête la première après, mon enfant)

(soit dit en passant...)

 

C'est donc la tête froide que je retrouvai mon cher & tendre plus tard dans la soirée.

Et c'est brûlante que je me couchai, après avoir réalisé que je ne pourrai pas l'activer avant le lendemain... Etant donné la vintagitude de mon mac.

 

Cette déception passée (c'est fou cette capacité que j'ai d'occulter les mauvais souvenirs, ça m'épate), l'activation s'étant bien passée (l'enfant et la mère vont bien, merci), il a fallu s'apprivoiser.

 

Reconnaître sa douce voix me signalant que j'avais reçu un message ("ah, c'est moi?"), mettre à jour mon répertoire, m'énerver parce que je n'y comprends rien, avoir peur de le toucher, acheter une housse, enlever les adhésifs protecteurs (ils bouchaient le haut parleur, j'ai du m'y résoudre) (après avoir pesté parce que je n'entendais rien même en réglant le volume à fond) (...) et tout le reste...

 

Maintenant tout va bien, merci.

J'ai un sourire béat et niais accroché sur la figure; j'ai un iphone.

 

tumblr_lmxfa2U6tP1qgdsopo1_500_large.jpg

Repost 0
Published by leshumeursdeviolette - dans Disgressions
commenter cet article
7 décembre 2011 3 07 /12 /décembre /2011 23:08

4 large

 

Il fallait bien que ça m'arrive un jour.

Depuis le temps que je le convoitais.

Et puis avec mes antécédents c'était prévisible.

 

J'ai donc fini par céder,

pris mes cliques et mes claques,

fait mes adieux au passé,

et succombé à la tentation.

(mais n'est-ce pas le meilleur moyen d'y succomber, comme dirait notre cher Oscar?)

 

Fin du Premier acte.

(jusqu'ici tout va bien)

 

***

 

Je reçois enfin le colis-messie.

Je n'ose même pas ouvrir la boîte tellement c'est beau, tellement c'est blanc, tellement tout en fait...

Je n'en crois pas mes yeux: il est entré dans ma vie, il est là, il y aura maintenant un avant et un après.

 

Bon, faut pas que je m'emballe; adieux au passé oblige, mon cher et tendre est assigné à demeure pour quelque temps.

En même temps ça me laisse le temps de m'habituer à ma nouvelle vie.

 

Fin du Second acte.

(jusqu'ici tout va bien)

 

***

 

Ça y est, le moment tant attendu est arrivé: j'ai reçu un sms, c'est officiel, ma nouvelle vie va commencer dans quelques jours.

Emoi.

Hébétement.

Profonde reconnaissance.

 

Interlude musical rendant grâce aux dieux pour leur mansuétude à mon égard, moi qui ne suis après tout qu'une pécheresse de plus.

 

Fin de l'Interlude.

(ne vous fiez pas aux apparences, tout va toujours très bien)

 

***

 

Voilà nous y sommes.

Demain à la même heure ma vie aura basculé.

 

En attendant, puisque j'en ai justement marre d'attendre (je ne m'appelle pas Pénélope après tout), je prépare le terrain.

C'est là que ça commence à se gâter.

 

Je n'ose pas le sortir de sa boîte, je finis par m'y résoudre, mais à la condition de laisser tous les adhésifs protecteurs (car même si j'ai eu le temps, je n'ai pas encore acheté de housse) (paradoxe incompréhensible de ma personnalité), du coup je laisse tous les adhésifs protecteurs, même celui autour des écouteurs, du chargeur et du cordon usb (ben oui faut rester un peu cohérent tout de même) (le paradoxe, oui, l'incohérence, non) (heureusement que je n'envisage aucune carrière politique...).

Dans le manuel est écrit la procédure à suivre pour installer la carte sim: au moyen d'un trombone ou de l'outil d'éjection sim.

...

Je n'ai pas d'outil chez moi.

Je commence à fouiller sur mon bureau, je trouve un vieux trombone poussièreux et un peu rouillé.

Eurêka!

...

Mais quand même ça m'embête d'introduire un vieux trombone rouillé dans mon iphone tout neuf.

...

Je relis le mode d'emploi.

Apparemment, l'outil d'éjection est fourni dans le coffret.

Ah bon.

...

Après de longues minutes, je réalise que non, ce n'est pas un élément du packaging (genre attache parisienne), mais que cet outil est sous mes yeux depuis... disons longtemps.

...

Au moins il n'est ni poussièreux ni rouillé.

Je l'introduis dans l'orifice (en plus il est ergonomique) (trop forts ces Californiens) (je me répète que j'ai vachement bien fait de ne pas avoir utilisé le trombone, et d'avoir opté pour la relecture du guide).

 

Il ne se passe rien.

Je sens qu'il y a du jeu.

Mais je n'ose pas forcer, le casser avant même de l'avoir utilisé, ce serait vraiment dommage quand même.

J'ai besoin d'aide; j'envoie des sms, je cherche des vidéos sur internet.

On me répond carte sim (alors que ma question concerne l'ouverture du tiroir, soit dit en passant) (dans le stress je m'explique très mal), et je tombe sur une vidéo canadienne de dix secondes totalement inutile et donc désespérante.

J'ai besoin d'aide.

 

Je me calme, après une tisane bio tout va mieux, le tiroir s'ouvre comme par magie.

(c'est là que j'aperçois dans le coffret un shéma explicatif)

(...)

Problème: par rapport au shéma la carte s'insère dans l'autre sens.

Angoisse.

Sueurs froides.

Panique.

J'ai besoin d'aide: je renvoie des sms, je cherche à nouveau des vidéos sur internet.

On me dit: "essaie", alors j'essaie.

 

Apparemment tout va bien.

Mais il est trop tôt, mes efforts n'auront servi à rien.

 

Le stress retombe, j'ai besoin de chocolat.

Je croque mon carreau en me disant qu'il faut vraiment que j'arrête de l'idéaliser, c'est idiot ça me paralyse.

Qu'en dirait mon psy?

 

Suite au prochain épisode...

 

NDLR: à l'heure où nous écrivons ces lignes, nous n'avons aucune nouvelle de l'évolution de la situation, le mystère reste entier...

 


Repost 0
Published by leshumeursdeviolette - dans Disgressions
commenter cet article
20 novembre 2011 7 20 /11 /novembre /2011 22:45

(presque à la bougie, pour faire plaisir à Delphine)

 

bibli.jpg

 

Il y a beaucoup de romans, quelques livres pour enfants, beaucoup de livres sur la mode et le textile, des livres sur le design, la photo, la peinture...

Mais aussi des bougies (...), des cartes postales, des boîtes et du papier d'Arménie.

 

bibliotheque

 

Mes livres sont d'abord classés par genres, puis à nouveau classés par familles: les romans sont classés par zones géographiques (les anglais, les asiatiques, etc.), les livres pour enfants rassemblés avec quelques bandes dessinées, les beaux-livres sont classés par thèmes (la mode, les arts décos, puis le design, etc...).

Les guides de voyage sont exilés dans l'entrée sur mon vide-poches géant piano - les pauvres (mais un jour viendra où j'aurai plus de place...) (on y croit) (objectif des dix prochaines années: avoir une chambre).


Mes livres occupant deux rangées, j'ai trouvé un système pas très orthodoxe mais très pratique pour surélever la seconde rangée.

(ou comment transformer du vulgaire Ikea en sur mesure)

(modus operanti que j'aurais dû faire breveter d'ailleurs)

(ça m'aurait peut-être permis de me payer une bibliothèque sur mesure, qui sait?)


Comme je suis une grande malade fille de bibliothécaire, au sein de chaque sous-catégorie je regroupe les livres par auteur, puis par préférence, et enfin par thématique.

(soit un classement arbitraire et incompréhensible à part par moi)

(mais soyez rassurés, cela ne m'empêche pas de dormir la nuit)

(même lorsque de nouveaux venus viennent perturber l'ordre établi)

J'aime classer régulièrement tous mes livres (car oui, ils ne sont qu'à moi) (même si mon nom n'est pas écrit à l'intérieur, en dépit du conseil d'Harry).

 

Tous les heureux élus de ma bibliothèque ont été lus (il faut bien mériter sa place au soleil); pour les autres il faut passer par les fameuses piles de ma table de chevet:

(que je ne classe pas, faut pas pousser non plus)

(respectons les limites de ma pathologie)

(les limites de la pathologie... intéressant... poursuivez...)

 

PAL.jpg

 

 

Mais sinon tout va bien, merci.

 

 

 

Repost 0
Published by leshumeursdeviolette - dans Disgressions
commenter cet article
23 octobre 2011 7 23 /10 /octobre /2011 17:43

 

l'aviez-vous remarqué?

 

 

- J'ai un cheveu blanc.

 

 

Dernier dimanche à l'heure d'été.

 

 

last-sunday.jpg

 

 

Repost 0
Published by leshumeursdeviolette - dans Disgressions
commenter cet article
8 septembre 2011 4 08 /09 /septembre /2011 09:28

S'il y a bien quelque chose que j'aime bien faire, c'est mon sac avant le départ.

 

tumblr_lqk10chyZg1qza0fjo1_500_large.jpg

 

Etaler tous les vêtements sur le lit,

faire le choix des associations et en tirer les conséquences,

(cad emporter les accessoires & maquillage adéquats)

choisir le(s) livre(s) du voyage,

emporter des carnets parce qu'on ne sait jamais,

empaqueter le tout à la soviétique (héritage maternel récemment évoqué )...

 

C'est un art dans lequel j'excelle désormais, et où je bats mon record de vitesse à chaque fois.

 

Quelle satisfaction d'admirer son sac bien ficelé, prêt à partir!

Pour peu il me tendrait les bras.

 

Quand il s'agit en revanche de faire le chemin inverse, la tâche n'est pas aussi aisée.

Lui comme moi sommes récalcitrants, rien ne s'imbrique plus correctement, le sac de linge sale vient bouleverser la donne, les fermetures éclair sont mises à rude épreuve, et l'humeur est morose.

 

Si même les sacs se mettent à donner leur avis maintenant... 

 

Repost 0
Published by leshumeursdeviolette - dans Disgressions
commenter cet article
7 juillet 2011 4 07 /07 /juillet /2011 10:26

car j'ai failli rechuter.

 

En pensées seulement, mais quand même...

 

Ma télé a failli me manquer.

 

Comme quoi il en faut peu pour que ma volonté vacille:

- une journée de travail comme une autre;

- un séjour dans un métro bondé (mais quand partiront-ils enfin en vacances, ces @#$*§! de parisiens?!?);

- la perspective trop lointaine des vacances;

- le corps détendu après un cours de gym (ah la gym et moi, il faudra un jour que je creuse ce sujet);

- la flemme de lire (parce que Zola c'est bien, je n'arrive pas à le lâcher, mais c'est pas super gai non plus hein) (et parfois il vaut mieux se séparer un peu pour mieux se retrouver) (et toc);

- la flemme tout court...

 

... et j'ai repensé à Horatio.

(fatalement)

(ça se passe souvent comme ça, vous avez remarqué?)

(un moment de faiblesse, et les revoilà!)

(qui ça? ♬♪♫ Les fantômes de l'ennui ♬♪♫)

(trop de mariages a tué mon inconscient)

(depuis samedi dernier je ne suis qu'amour et images)

(haha, haha)

 

A nos longues soirées ensemble...

(trop longues?)

C'était bien, c'est vrai, mais en même temps on a déjà un peu fait le tour de la question...

(et le réchauffé, ça craint)

(en plus ça ne tient jamais)

A quoi bon s'acharner à préserver une flamme déjà morte?

(c'est bien ce que je disais)

D'un autre côté ça ne me ferait pas de mal non plus...

(on est pas sorti de l'auberge)

 

Je le rappelle ou pas?

 

J'en étais là, quand je me suis rappelée la petite phrase de ma soeur, me conseillant d'aller voir ça:

 

 


 

 

Inutile de préciser que j'ai retrouvé Zola avec un plaisir infini, voire même décuplé...

 

 

 

Repost 0
Published by leshumeursdeviolette - dans Disgressions
commenter cet article
5 juillet 2011 2 05 /07 /juillet /2011 08:23

h-4-1071906-1212041796

 

Gare de Lyon, premier vendredi de Juillet.

 

Des gens partout.

Des familles, des valises, des guitares, des animaux, des cris, des soupirs, des pleurs, des vieux, des bébés, des amoureux, des prétentieux, des laids, des beaux, des petits, des gros.

Partout, la foule.

 

Où que l'on soit, on est toujours sur le chemin de quelqu'un.

Pardon, excusez-moi, désolé, je voudrais passer; mais vous êtes en plein milieu bon Dieu!

 

Le wagon plein à craquer.

Les bébés qui pleurent, les chats qui miaulent, les pépettes qui téléphonent, les ronflements, les effluves étranges des plats du wagon bar, le sifflement strident de la porte qui ne cesse de s'ouvrir.

Les passages incessants, dans un sens, puis dans l'autre, tiens ce sont toujours les mêmes.

 

103345_700b_large.jpg

 

Les gens m'amusent.

 

[Minute Strip-tease: un jeune boutonneux à casquette écoute sa messagerie, le haut-parleur activé: "Aujourd'hui à 15h44: allo c'est maman, je suis au tribunal pour la comparution devant le juge, il faut que tu viennes; il faut que tu viennes tout de suite". Silence gêné. Je ne sais pas si je dois rire ou pleurer.] 

 

A ma droite, un couple de jeunes tourtereaux. Lui prépare son examen de pompier, elle s'endort sur son épaule. 

Devant moi, un jeune couple de catholiques très amoureux. Chevalières au petit doigt, ils n'arrêtent pas de s'embrasser, entre un article de Paris Match et une inviation de l'Union de franche-Comté (une découverte pour ma part, au programme diaboliquement tentant: bridge, rallye automobile, j'en passe et des meilleures). Il va lui chercher à manger, alors que de l'autre côté du couloir monsieur laisse madame se débrouiller pour trouver une autre place libre lorsqu'il s'avère que la sienne ne l'est pas (ensemble ou pas, quelle muflerie tout de même...).

 

J'ai même vu un jeune homme traverser tout le wagon un Marc Levy à la main, sans être autrement gêné (!).

 

...

 

La morale de cette histoire, c'est qu'il fait bon prendre ses quartiers d'été en Septembre.

Asociale, moi?

Si peu...

Repost 0
Published by leshumeursdeviolette - dans Disgressions
commenter cet article
14 juin 2011 2 14 /06 /juin /2011 00:00

Après l'intermittent, il fallait bien que je m'attaque à ce phénomène...

 

Ou comment un mec au physique lambda, de par sa simple localisation géographie (= une scène), peut:

- devenir très très beau (magie des spotlights);

- rendre la transpiration sexy (second effet des spotlights);

- abolir les frontières de l'âge (qu'il soit jeune ou vieux, avec lui tout devient possible);

- réduire à néant tous nos principes féministes ("j'arrêterai de travailler pour te suivre, cher amour", "et on ménera une vie de bohème", "je deviendrai folle à force de t'attendre d'hôtel en hôtel mon amour" et autres âneries qui nous traversent l'esprit sous l'emprise d'un beau saltimbanque);

- donner envie de se transformer en chemise à carreaux ("pour être plus près de toi et de ton torse transpirant, mon amour"), marche aussi avec la guitare, le micro, la bouteille d'eau;

- déringardiser le port de la veste en jean avec un jean (oui oui vous avez bien entendu).

Bref, vous l'aurez compris, la magie de la scène rend tout possible (surtout quand il fait 40°, après quelques bières).

 

Le chanteur reste LA valeur sûre, mais si vraiment les spotlights ne peuvent rien pour lui (ça peut arriver) (Vincent Delerm, par exemple...), on lui préférera un batteur ou bien un bassiste (il y en a toujours au moins un acceptable) (qui ressemble vaguement à Corto Maltese) (de loin, dans le coin le plus sombre de la scène) (essayez la prochaine fois, vous verrez; c'est fou le nombre de Corto Maltese qui errent dans les salles de concerts de nos jours...).

En cas de difficultés à gérer la surdose émotionnelle, il est recommandé d'imaginer la rock star dans un affreux trois-pièces grisâtre aux rayures non-identifiées: "Bonjour, je suis M.Durand, votre conseiller"... Résultats garantis.

En effet, quand les lumières se rallument, et que l'on croise son idole au bar, beaucoup de choses nous paraissent souvent impossibles tout à coup hors contexte (how bizarre...).

 

Sauf s'il s'agit d'une Rock Star à Fort Potentiel Hors Contexte... (ou RSFPHC), espèce particulièrement dangereuse, vous l'aurez compris.

 

(soupir)

 

Il faut beaucoup de sang froid pour ne pas devenir une groupie.

 

elvis_2_large.jpg

Repost 0
Published by leshumeursdeviolette - dans Disgressions
commenter cet article
25 mai 2011 3 25 /05 /mai /2011 22:56

L'avantage avec mon mur délicatement moucheté de taches jaune pipi couleur vanille et mes ampoules défuntes (et toujours pas remplacées depuis quinze jours) (je sais) (quinze jours déjà? ce que le temps passe, c'est fou), c'est que je peux m'imaginer en poète maudit.

(pourquoi pas en poètesse, me demanderez-vous) (à raison)

(première hypothèse: j'ai toujours inconsciemment voulu être un garçon, et ce désir secret s'exprime de temps à autre bien malgré moi)

(étant donné mon goût semble-t-il insatiable pour les sacs, chaussures, vernis et autres folies du même acabit nous prouvent le contraire)

(preuves matérielles à l'appui si besoin - tickets de carte bleue, collections à trois chiffres...du dossier, vous l'aurez compris, sans contrefaçon de surcroît) (ha ha)

(seconde hypothèse: mon esprit est tellement imprégné du machisme ambiant de notre société actuelle qu'il en a inconsciemment assimilé les codes, jusqu'à les exprimer de manière totalement naturelle)

(la seconde hypothèse a clairement ma préférence)

(notons tout de même que dans les deux hypothèses l'inconscient joue un rôle fondamental)

(...)

("poursuivez...")

 

 

Je lis donc mes livres à la lueur vacillante des bougies, dont les flammes dansantes exacerbent sur mes murs les ombres de ma misère (et oui, au pays des poètes maudits les flammes ont le pouvoir d'exacerber les formes) (et toc) et sonnent les cloches cruuelles de mon éternel sort (et oui, on ne craint pas l'éternité non plus) de papillon errant, ma destinée de pantin de la fortune... la condition humaine...

(aïe aïe aïe ma mère pourquoi m'as-tu fait naître?*)

(ayayayayayayaya)

(yeuh)

 

 

Il est temps que j'aille me fournir en ampoules.

(à défaut d'absinthe)

(ç'aurait été plus rigolo)

(mais bon)

(on est pas là pour rigoler)

(ah bon?)

 

5596208705_2a161c1d6b_z_large.jpg

 

 

* hommage à Astérix en Hispanie

Repost 0
Published by leshumeursdeviolette - dans Disgressions
commenter cet article
18 mai 2011 3 18 /05 /mai /2011 12:07

tumblr lf8e74Okmm1qf4poko1 500 large-copie-1

 

Quel bonheur plus grand que faire sa déclaration de sinistre avec son propriétaire et sa voisine maraboutée au beau milieu de ses culottes qui sèchent?

Quel bonheur, hein, plus complet que celui de les voir entrer dans son salon/sa chambre/sa pièce chez soi de manière totalement imprévue un mardi soir.

Mardi soir étant synonyme de futon non replié, lessive à détendre, menus papiers à classer...

Ajoutez à cela une petite pile de fringues à ranger (oh ça va hein c'est tombé juste la fois où je ne les avais pas rangées dimanche) (pour cause de fatigue intellectuelle intense) (et un peu de flemmingite aigüe), un petit tas de vaisselle à faire (petit, le tas) (faut quand même pas exagérer), un tas d'ampoules grillées (non remplacées... pour certaines depuis moins de 24h, pour une autre depuis bientôt... deux ans) (hum) (en même temps faut voir la taille de l'ampoule) et une chatte qui s'enfuit en courant chez les voisins (mais est-ce qu'un chat court?) (this is the Tuesday's question)...

 

Et vous aurez l'idée de mon état face à mes interlocuteurs.

 

- " Tu peux allumer?

- Heu alors en fait... euh... comment dire... tout a claqué hier soir et je n'ai pas eu...

- Attends mais t'as pas une autre lampe qui marche? (après deux tentatives stériles)

- Heu... alors tu sais en ce moment je bosse beaucoup alors bon... les ampoules..."

 

"Excusez-moi, hein, d'habitude c'est mieux rangé... Enfin, il n'y a pas de linge qui sèche... Oui oui je travaille tellement en ce moment..."

 

Avec en fond sonore mon estomac qui crie famine car il est 22h et je n'ai toujours pas dîné...

 

Voilà comment on se retrouve à écouter une émission nocturne sur l'évolution de la prononciation du mot "Yahvé".

(avec un spécialiste dont la voix ressemble étrangement à celle du professeur dans The Mask)

(mais si rappelez-vous: "lé masqué qué nous portons... nous portons tous un masqué")

(sauf que là c'est plutôt: "nous n'avons pas d'affirmation sémantiqué... il faut plutôt rester à l'idée d'une forme verbale non accomplie)

(cela permet de faire un lien avec les fameux chassou)

(les fameux chassou?!??!)

(??????)

 

...

 

Fissure du mardi soir, espoir?

Repost 0
Published by leshumeursdeviolette - dans Disgressions
commenter cet article

LeshumeursdeViolette sur Twitter

LeshumeursdeViolette sur Instagram

Instagram

LeshumeursdeViolette sur Pinterest

LeshumeursdeViolette sur Hellocoton

Suivez-moi sur Hellocoton