Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
2 mars 2017 4 02 /03 /mars /2017 12:20

 

Est-ce que ça arrive si souvent d'aimer une collection toute entière?
De s'imaginer tout porter?
Sans être obligée de s'imaginer une vie d'oisive, hors de la réalité?

Est-ce que ça arrive si souvent, une collection dans laquelle on peut se projeter à n'importe quel âge?
Une collection qui nous affranchisse du mythe de la jeunesse éternelle et du spectre de la vieillesse?
Une collection qui nous respecte à ce point?
 
Toutes les silhouettes de cette collection sont désirables. Le raffinement extrême des matières, des imprimés mixant les époques et les influences contenus par la rigueur de coupes masculines, des motifs floraux que viennent heurter des lignes purement géométriques, la fourrure qui se frotte au velours côtelé, la folle nuit où nous entraîne un tissu irisé tempérée par la simplicité d'une toile de jean...

Ou l'équilibre parfait entre sophistication extrême et moderne simplicité.
 



 
 
Repost 0
Published by leshumeursdeviolette - dans Histoires de chiffons
commenter cet article
27 février 2017 1 27 /02 /février /2017 08:53

 

Des silhouettes monochromes, qui font la part belle aux matières.

Duveteux, lisse, mat, flammé, poilu, soyeux, brillant, métallisé, transparent, épais, l'important c'est l'aspect, la texture de la couleur plus que la tonalité elle-même - ce qui n'est pas sans rappeler la perception des couleurs au Moyen-Age expliquée par Michel Pastoureau dans ses ouvrages.

Des silhouettes rouges, camel, gris souris, anthracites, beiges, noires évidemment, de jais ou d'encre, d'une simplicité sophistiquée mais surtout d'une sensualité palpable.

La faute aux étoffes, à ces velours, ces draps de laine et autres fourrures, à ces tricots si fin qui s'enroulent autour des cous et dévoilent en transparence la pointe d'un sein.

 

Le feu sous la glace, ce cliché vivace d'une femme torride qui aurait les traits de Jessica Chastain.

 

Repost 0
Published by leshumeursdeviolette - dans Histoires de chiffons
commenter cet article
27 février 2017 1 27 /02 /février /2017 08:30

 

Une paire de bottes.
Des bottes rouges qui luisent et collent à la jambe.

Une jupe longueur midi.
Craquante sous les doigts, et soyeuse.

Des couleurs qui s'entrechoquent.

La fourrure du col et, éparpillés dessus, des cheveux longs qui ont pris le vent
et le temps de s'emmêler dans de grosses créoles.

 

L'audace, la liberté, un souffle électrique.

Repost 0
Published by leshumeursdeviolette - dans Histoires de chiffons
commenter cet article
21 septembre 2016 3 21 /09 /septembre /2016 13:11

Marchant sur de vieux tapis fanés, ces dandys-marquis des siècles derniers et de notre ère, aux superpositions étudiées (manches ultra-longues, rayures sur coton, précieux jacquards, velours aux teintes écrasées), ont l'indolence excentrique. De jeunes héros égoïstes, insolents, qui noient leur torpeur dans les substances illicites.

Décadence 70's, romantisme XIXème, jabots et poignets à volants pur XVIIIème, les époques se rencontrent et s'accouplent pour donner naissance à ces hommes hybrides, un peu Mick Jagger, un peu Casanova, un peu Plantagenêt.

Burberry, September Collection
Repost 0
Published by leshumeursdeviolette - dans Histoires de chiffons
commenter cet article
20 septembre 2016 2 20 /09 /septembre /2016 14:16

Une manière de relever le col de sa chemise, d'un seul côté seulement, de la boutonner à la naissance de la poitrine, de la basculer sur le côté pour mieux révéler la ligne de l'épaule, une clavicule saillante, et déséquilibrer la rigueur d'une popeline au rayé tranchant.

Une manière de porter le pull marin, comme enfilé à la va-vite, d'en retrousser les manches comme pour aller plonger les bras dans le sable, dans les herbes, et laisser le col ouvert sur la chemise austère.

Une manière de se débrailler prétendument sage, une sensualité faussement désincarnée qui sent la lande anglaise, la fin des terres devant la mer, le gris des nuages dans le ciel.

Margaret Howell, Printemps-Eté 2017
Repost 0
Published by leshumeursdeviolette - dans Histoires de chiffons
commenter cet article
14 septembre 2016 3 14 /09 /septembre /2016 11:45

La première silhouette se fait l'annonciatrice: graphique, épurée, acérée.

Tout ce qui, pour moi, est caractéristique de Proenza Schouler, se verra sublimé dans cette collection.

L'aplomb des pièces, les matières texturées, les jeux de maille presque techniques, les couleurs qui claquent, la singularité des volumes, les associations graphiques, les proportions électriques... Tout ce qui constitue l'essence même de la marque est là, tout ce qui me rebutait parfois dans les collections précédentes (des coupes trop étranges, des contrastes trop durs) est ici magnifié, aiguisé, repoussé dans les retranchements d'un extrême raffinement.

On pourrait croire à un assagissement raisonnable et tempéré - on aurait tort.
Âge d'or en vue chez Proenza Schouler, pour le prochain été.

Proenza Schouler, Printemps-Eté 2017
Repost 0
Published by leshumeursdeviolette - dans Histoires de chiffons
commenter cet article
17 février 2016 3 17 /02 /février /2016 16:53

Illustration by René Gruau, Brigitte Bardot with a red hat.:
René Gruau

 

Ce chapeau, je l'ai posé négligemment sur mon mannequin. La tête penchée et de travers, un peu comme si je l'y lançais là tous les soirs depuis l'entrée.
Comme si j'ouvrais la porte d'un coup de talon, comme si j'entrais triompheusement, suintant la poussière et le feu, l'odeur métallique du sang et la fatigue des chevaux.
Comme si mes bottes claquaient sur le plancher, et que le whisky coulait tout seul à ma seule apparition.

C'est un chapeau à prix modeste - je l'ai même acheté soldé -, mais il est fait en Italie! Quand j'y pense j'oublie le whisky, le désert, c'est le Campo dei Fiori que je préfère.

Ce chapeau, il m'a fait un mal de chien. Au cou, aux trapèzes, et même jusqu'aux nerfs optiques! C'est qu'il me force à regarder loin devant.

Ce chapeau, je l'ai voulu, puis je l'ai eu, je l'ai porté, au sommet de ma tête, du bout des doigts et sur la pointe des pieds, mais je ne l'ai pas encore usé.

Repost 0
Published by leshumeursdeviolette - dans Histoires de chiffons
commenter cet article
20 octobre 2015 2 20 /10 /octobre /2015 08:36

Afficher l'image d'origine

 

Elles entrent l'une après l'autre.

Une note par fille - et des talons aiguille.

Des bodys noirs sur des collants, un ruban noir à la taille, les cheveux noués, lissés, bouclés.

Certains visages que l'on reconnaît.

Les jambes se délient, se croisent élégamment, les filles s'assoient sur des chaises neutres que leurs poses transforment en méridienne.
Leurs beautés animales réveillent ces sièges de fortune; elles se regardent, elles nous regardent.

Chacune à son tour, en solo, en duo, en tableau, raconte.
Un corset chez Jean-Paul Gaultier, le smoking Saint Laurent, les chaussures impossibles chez Dior époque Galliano, ou encore le verdict sans appel de Mme Grès.

Ces filles à qui l'on ne demande jamais rien prennent la parole et racontent les robes qui les ont portées, le temps d'une photo, d'un essayage ou d'un défilé.
Elles ont connu les grandes heures, ont côtoyé des génies, ont traversé des décennies - femmes Monuments de la Mode.

Et sans que l'on comprenne bien pourquoi, nous voilà emplis d'une émotion intense.
Est-ce la musique, ou bien les gestes qu'elles délient; est-ce leur phrasé, leur accent, leurs enjambées?

C'est déjà l'heure des saluts, elles regagnent les coulisses à grandes enjambées.

Dans l'air, un soupçon de chic, de nostalgie, et de la beauté.
 

Afficher l'image d'origine

 

Repost 0
Published by leshumeursdeviolette - dans Histoires de chiffons
commenter cet article
7 octobre 2015 3 07 /10 /octobre /2015 08:16

Nina Ricci | Spring 2016 | Look 38:

 

La lumière est rousse et les beautés fauves.

Un éclairage comme un feu de signalisation, les cheveux vibrants comme devant les phares des voitures, les beautés claquent et les couleurs s'enchaînent.

Cuirs brillants et chemises décolletées, les talons qui martèlent le podium, les jambes des filles s'entrecroisent sur ce trottoir-spectacle.

Des beautés volées, oiseaux de nuits sortis de leurs cages, une sensualité extrême qui affleure, avant de se répandre lentement, onctueusement, avec une délectation suprême, comme une flaque d'huile qui contrasterait avec leurs déhanchements pressés.

Repost 0
Published by leshumeursdeviolette - dans Histoires de chiffons
commenter cet article
9 septembre 2015 3 09 /09 /septembre /2015 12:31

SJP’s Shoe Collection Will Make You Miss Sex and the City via Brit + Co.:

 

Celles qui nous aident à affronter le gris et ces sales journées, celles qui nous réconcilient avec nos placards blasés.

Les miennes sont rouges cette année (car oui, à chaque année son cru). Rouges, avec un talon haut juste comme il faut, un talon pailleté, et une bride à la cheville.

J'ai couru dans tout Paris pour les trouver: trépigner dans le métro, espérer arriver avant que le magasin soit fermé, y entrer échevelée, chercher du regard le modèle tant convoité (car repéré avant les congés), ne pas le trouver, "oh non c'est pas vrai...", se précipiter sur une vendeuse, lui décrire l'objet tant convoité, ne pas entendre sa réponse lorsqu'elle me dit que non, ils n'ont pas ce modèle, désolée, "mais vous pouvez aller voir à Châtelet", repartir d'un pas pressé, maudire les feux rouges et les piétons trop lents, prier pour que l'autre boutique ait en stock mes précieux souliers, pour qu'il reste ma pointure, entrer échevelée, chercher du regard les précieux souliers, (repérés avant les congés), ne pas les trouver, "oh non c'est pas vrai", oh si, les voilà, mais en noir, moi j'en voulais des rouges, se mordre la lèvre, avoir envie de pleurer, "je savais bien qu'elle était pourrie, cette satanée journée", oh mais non les voilà en rouge, oh elles sont plus foncées que dans mon souvenir, auront-ils ma pointure, cela sera-t-il joli sur mon pied? les essayer fiévreusement, affronter le miroir, exprimer mon soulagement à une vendeuse fatiguée qui attendait l'heure de s'en aller, tout en admirant mes pieds nouvellement chaussés, à la caisse finir par payer.

Ouf! Voilà ce que j'ai enduré pour avoir mes chaussures de rentrée!
 

Repost 0
Published by leshumeursdeviolette - dans Histoires de chiffons
commenter cet article

LeshumeursdeViolette sur Twitter

LeshumeursdeViolette sur Instagram

Instagram

LeshumeursdeViolette sur Pinterest

LeshumeursdeViolette sur Hellocoton

Suivez-moi sur Hellocoton