Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
16 janvier 2014 4 16 /01 /janvier /2014 06:45

ravages-de-violette-leduc-946694405_ML.jpg

 

Depuis que j'ai vu Violette, j'avais la ferme intention de découvrir le travail de Violette Leduc, et c'est sur Ravages que j'ai jeté mon dévolu lors d'un passage en librairie.

L'écriture de Violette Leduc est aussi épidermique que son personnage dans le film de Provost. Epidermique et tranchante, profondément dérangeante, à l'image du personnage principal de ce roman, Thérèse, en qui on ne peut que voir un double de l'auteur (relations compliquées avec sa mère, impossibles avec les autres).

Ravages n'est pas une lecture facile, on est souvent irrité, désarçonné, poussé dans ses retranchements par une Thérèse qui n'a de cesse de se faire aimer, tout en aimant si mal. Ce personnage n'a rien de sympathique, ni même de compréhensible au début, et pourtant son chemin douloureux, ravagé, est captivant.

L'écriture de Violette Leduc, violente et âpre, impressionne par son économie et sa lucidité. En une phrase, en une simple phrase, elle raconte toute une vie.
"Une heure dix à l'horloge ronde périclitait. Pendant ce temps-là, la noce que Marc avait photographiée s'abreuvait, le tulle se salissait."

Ravages est un livre dont l'on sort exsangue et sonné, une pointe d'amertume au fond du gosier.

 

Repost 0
Published by leshumeursdeviolette - dans Lu
commenter cet article
28 novembre 2013 4 28 /11 /novembre /2013 06:56

9782264051783.JPG800 pages.
800 et quelques pages qui ont souvent voyagé dans ma valise. Chine, Réunion, Provence...
800 pages que j'ai prêtées deux fois.
Sans les avoir lues.
Non, je n'avais pas envie de lire Les voix du Panamo. Vexée par un libraire idiot, j'avais fait un véritable blocage.

Et puis un dimanche de Novembre je me suis lancée, comme ça, pour voir. Dès lors il m'a été pratiquement impossible de le lâcher. Les 800 pages ont voyagé à nouveau, ont pris le métro jusqu'au bureau, et ont même gravi quotidiennement la centaine de marches qui conduisent à ma porte (mon ascenseur était en panne) (depuis cet épisode douloureux on me surnomme Iron Butt).

Les débuts sont un peu déroutants, voire même difficiles, la narration de Jaume Cabré est irrégulière (byzantine comme ils diraient au Masque), n'obéit à aucune règle temporelle ni spatiale mais est soumise à un souffle impétueux, urgent. Il faut donc s'habituer à ces aller-retours entre passé et présent, ces dialogues croisés, ces enchevêtrements de scènes, le changement de point de vue à chaque chapitre. Mais on est rapidement complètement happé par ce stupéfiant récit qui mêle grande et petite histoire, éclairant une facette de l'histoire que l'on connaît mal (l'Espagne franquiste aux prises avec les maquisards républicains), à travers une galerie de personnages dépeints avec une grande finesse que l'on a du mal à aimer comme à détester tant ils sont terriblement humains, avec comme décor la Catalogne, de Barcelone aux villages perdus des Pyrénées.

Jaume Cabré a effectué un véritable travail d'orfèvre: les pièces du puzzle se rassemblent petit à petit, s'emboîtant mal parfois pour mieux nous surprendre. De la première à la dernière page on est tenu en haleine - du grand art.

Impossible d'en dévoiler davantage sans déflorer le récit: il faut lire Les voix du Panamo!

 

Repost 0
Published by leshumeursdeviolette - dans Lu
commenter cet article
8 novembre 2013 5 08 /11 /novembre /2013 06:38

9782021134858.jpg

 

Si vous avez aimé l'exposition consacrée à Valloton au Grand Palais, si comme moi vous avez été transporté par son trait si graphique et moderne, ses couleurs et la force évocatrice de ses toiles, alors il faut lire Valloton est inadmissible.

A l'heure où je flânais entre les cartes postales, les différents ouvrages et les marque-pages, passage obligé à la fin de chaque exposition, on me mit entre les mains ce petit ouvrage, m'en recommandant chaudement la lecture.

Je dévorai d'une traite la quarantaine de pages qu'il recèle. Jamais je n'avais lu de texte aussi juste sur le ressenti d'une oeuvre, sur l'impact qu'un artiste peut avoir sur notre vie, comment il peut la transfigurer à tout jamais et nous ouvrir des perspectives dont on ne soupçonnait pas l'existence.

Evidemment il vaut mieux avoir encore en tête la peinture de Valloton pour être totalement emporté par ce récit, mais il est également universel dans le sens où il s'agit aussi d'une histoire d'art et de vie, d'un artiste qui a su toucher une enfant, puis une femme, la force de l'art au-delà de la mort.

Un ouvrage précieux.

 

Repost 0
Published by leshumeursdeviolette - dans Lu
commenter cet article
6 novembre 2013 3 06 /11 /novembre /2013 06:52

1437675-gfC'est la photo sur la couverture qui m'a donné envie de repartir avec ce livre.
Un choix peut-être absurde, voire peut-être même occulte pour certains; en tous cas pas nullement sérieux. J'ai tout de même parcouru la tant décriée quatrième de couverture avant de me décider - absurde peut-être, mais pas totalement inconsciente non plus!

Paula Fox, âgée de 82 ans lorsqu'elle rédigea ce court texte, retrace son voyage en Europe en 1946, juste après la Seconde Guerre Mondiale. Chargée de diverses missions journalistiques, elle passera cette année-là par (entre autres) Londres, Paris, Varsovie, Prague et Madrid. 
Il faut d'abord restituer à cette entreprise son audace qui n'est pas forcément évidente pour nous aujourd'hui, à l'heure où le (long) voyage sac au dos est un passage presque obligé pour tous les jeunes occidentaux du monde entier. A l'époque où Paula Fox décide de quitter son New York natal, on traversait l'Atlantique en ferry plus qu'en avion, et les jeunes femmes de vingt-deux ans partant en solitaire n'étaient pas légion. 
Le texte débute et s'achève aux Etats-Unis, dans ce New York si insupportable pour elle avant ce voyage. C'est imaginant que "[ses] difficultés disparaîtraient" avec son départ que Paula s'embarque pour l'Angleterre, "sur un navire qui, pendant la guerre, avait transporté des troupes américaines à travers l'Atlantique." Elle découvrira pendant son voyage une Europe libérée, certes, mais encore marquée par la guerre, et des survivants fracassés et meurtris.

Au-delà de ce tableau d'une Europe qui essaie de se relever, au-delà de l'Histoire, c'est le récit de l'expérience initiatique que constitue ce voyage pour la jeune femme sans attaches qu'est alors Paula Fox.

"La Seconde Guerre Mondiale avait dévasté l'Europe, des millions et des millions de gens avaient été massacrés, et en me montrant à moi aussi qu'il y avait autre chose que ma vie, l'année où j'y avais voyagé m'avait libérée de chaînes dont je n'avais même pas conscience."

 

 

Repost 0
Published by leshumeursdeviolette - dans Lu
commenter cet article
27 septembre 2013 5 27 /09 /septembre /2013 06:37

large.jpg

 

"C'était un été étrange et étouffant. L'été où ils ont électrocuté les Rosenberg. Je ne savais pas ce que je venais faire à New York."

Esther, jeune fille de dix-neuf ans, est lauréate d'un concours qui lui offre un mois de travail dans un magazine new-yorkais, ainsi que de nombreux cadeaux et sorties.

"J'étais censée être on ne peut plus heureuse."

J'ai collé aux pas d'Esther dès les premières pages, fascinée par ce personnage autant que par l'écriture de Sylvia Plath dont la sagacité m'impressionne.

Le malaise sous-jacent prend de plus en plus de place dans la vie d'Esther qui sombre dans la dépression à son retour de New York. S'enchaînent alors tentatives de suicide, progrès, rechutes à une époque (les années cinquante) où l'on soigne cette maladie à coup d'électrochocs - voire parfois par une lobotomie. On pense forcément à tous ces individus défaits d'eux-mêmes par ces traitements traumatisants, et à toutes ces femmes que l'on a envoyées en clinique car elles ne rentraient pas dans le moule étriqué de leur époque.

Cette deuxième partie est particulièrement éprouvante et en même temps passionnante car le personnage d'Esther, même si son regard déforme parfois la réalité, est une observatrice sans pareille de ses pairs et de son environnement, et la plume de Sylvia Plath m'a autant retournée qu'à la lecture d'Ariel.

Encore plus lorsque j'ai (re)découvert que les événements du roman sont directement inspirés de la vie de son auteur, qui avait fini par se donner la mort un mois après sa parution.

 

Je préfère garder en tête ces lignes pleines d'un espoir qui lui aura finalement fait défaut:

"J'ai respiré un grand coup et j'ai écouté le vieux battement de mon coeur.

Je vis, je vis, je vis."

 

Repost 0
Published by leshumeursdeviolette - dans Lu
commenter cet article
13 août 2013 2 13 /08 /août /2013 07:17

photo-copie-15.JPGUn beau cadeau de Missbouquin, qui connaît mon penchant pour Michèle Lesbre depuis Le canapé rouge

Un an s'est écoulé depuis ma découverte de cet auteur, et j'ai à nouveau été touchée, un peu pour les mêmes raisons. Le sentiment aussi qu'elle a pris le relais de Nuala.

Alors, oui, certains passages m'ont moins touchée que d'autres, certains paragraphes m'ont semblé de trop, mais les mots de Michèle Lesbre m'ont embarquée malgré tout, m'ont attachée aux pas de son héroïne où j'ai - une fois de plus - retrouvé un peu de moi. Cette fébrilité m'a portée de bout en bout de ma lecture, comme l'héroïne au bout de sa nuit.

Et si celle-ci estime que "les mots ne sont pas toujours à la hauteur", cela ne vaut pas pour ce roman, dont je suis encore toute imprégnée.

"Quelque chose me dérangeait soudain, quelque chose qui ressemblait à ma vie rituelle et monotone que les murs me renvoyaient. [...] Toute cette vaisselle, tous ces échafaudages d'objets inutilisés, accumulés au fil du temps, me ressemblaient peut-être."

"c'est un sourire ambigu, plein de cette appréhension que j'ai toujours eue dans les moments heureux."

"J'affirmais alors qu'il te manquerait toujours de ne pas avoir vu la maison des étés de mon enfance avant qu'elle ne soit vendue, que tu ne pouvais prétendre me connaître sans avoir fait le chemin jusqu'à elle, et donc jusqu'à moi."

 

Repost 0
Published by leshumeursdeviolette - dans Lu
commenter cet article
9 août 2013 5 09 /08 /août /2013 06:18

Plus d'un an après la rétrospective au jeu de Paume,  j'ai enfin pris le temps de lire Une chronologie, sans doute encore dans l'élan photographique qui m'a pris depuis mon passage aux RIP.

C'est donc la tête pleine des photos des autres que j'ai commencé cet ouvrage, composé d'extraits des journaux de Diane Arbus autant que de sa correspondance, regroupés chronologiquement avec en parallèle quelques repères biographiques.

Ce qui n'était pas plus mal finalement, car j'ai pu me concentrer sur la personnalité de Diane Arbus, sa vie personnelle et professionnelle. Son écriture m'a embarquée dans ses interrogations, ses recherches théoriques et pratiques (ses différents appareils photo), ses amitiés, sa famile l'évolution de son travail - c'était la première fois pour moi que je suivais de si près le cheminement d'un artiste.

Un témoignage rare et intelligent, une personnalité particulièrement attachante, dont la mort m'a semblée brusque et soudaine, et m'a laissée hébétée.

 

diane-arbus-self-portrait-1945.png

Autoportrait - 1945

 

"Je suppose que la liberté est angoissante. C'est ce que je veux mais quelque chose en moi essaie de me faire croire que je ne peux pas. Et il y a tant de choses à faire qu'il y a des moments où je m'arrête et où je regarde autour de moi, et tout paraît trop dur pour continuer. Ce n'est pas vrai, évidemment. Mais c'est pourquoi les gens ont des emplois et paient des chèques [...] cela leur permet d'éluder des questions sans réponses."

Lettre à Carlotta Marshall, Novembre 1969

 

Repost 0
Published by leshumeursdeviolette - dans Lu
commenter cet article
20 juin 2013 4 20 /06 /juin /2013 07:12

9782221131152.jpg

 

Easter parade retrace la vie de deux soeurs, Sarah et Emily, du divorce de leurs parents en 1930 jusqu'aux années 1960. Deux parcours de vie bien distincts l'un de l'autre: Sarah ne travaillera pas, se mariera et aura des enfants; Emily ira à l'université, travaillera, mènera une vie indépendante.

J'ai été emportée totalement par ces deux trajectoires, surtout celle d'Emily aux côtés de laquelle on passe plus de temps. S'agissant de Richard Yates on se doute bien que le happy end ne sera pas de rigueur, et il est vrai que la vie des soeurs Grimes est finalement loin d'être heureuse. Mais pas totalement ratée non plus si l'on y regarde à deux fois. La vie en fait, ses coups d'éclat imprévus, sa banale injustice, ses mauvais revers; la vie triviale, la vie profonde, sa simplicité, sa complexité; la vie normale.

Yates n'a pas son pareil pour décrire les comportements humains les plus subtils, perçant nos mécanismes peu glorieux comme nos incohérences apparentes. Le personnage d'Emily lui permet de mettre à nu nos mensonges vis-à-vis de nous-mêmes comme des autres, nos petits arrangements avec nos consciences, la manière dont chacun s'accomode de la vérité. Mais Easter parade lui permet aussi d'explorer ces liens si complexes qui unissent les familles: amour, encombrement, énervement, attachement, embarras, souvenirs... Son analyse si juste du genre humain, et sa capacité à le mettre en scène et à la formuler d'une manière apparemment si simple confirment le talent de cet écrivain demeuré si longtemps méconnu.

Easter parade est une lecture qui ne nous ménage pas, mais qui fascine et questionne à la fois, qui nous retourne aussi par moments. Un livre sur la vie des soeurs Grimes, un livre sur nos vies ausssi.

 

Repost 0
Published by leshumeursdeviolette - dans Lu
commenter cet article
27 mai 2013 1 27 /05 /mai /2013 07:17

photo-copie-1.JPGDe Joan Didion je n'avais lu que L'année de la pensée magique, qui en plus de me bouleverser, m'avait donné l'envie de découvrir les autres écrits de cet auteur dont l'intelligence m'avait impressionnée.

Démocratie n'est pas un roman évident. Allers-retours incessants entre présent et passé, ellipses, dialogues décousus, interventions de l'auteur, réflexion sur le roman, il est facile de perdre le fil du récit et de ne plus rien saisir.

Mais l'atmosphère que crée Joan Didion, mélange de moiteur tropicale d'Hawaï ou d'Asie, de piscines de grands hôtels et de greens de golfs, de vols aériens au-dessus du Pacifique, d'appartement à Central Park et de maison dans les Hamptons, la force qu'elle parvient à insuffler à ses personnages en si peu de mots, nous emportent dans le sillage d'Inez Victor, qui conservera son mystère entier de bout en bout.

L'histoire d'une femme issue d'une famille insulaire, dont les différents acteurs torturés ne peuvent que nous fasciner (à l'image d'une certaine famille Kennedy), qui épousera un homme politique briguant la présidence des Etats-Unis et se pliera à l'exercice des apparences. Campagnes électorales, hommes de l'ombre, voyages luxueux à l'étranger, réceptions mondaines, Joan Didion décrit toutes les facettes d'un milieu politique et mondain, où un article sur la décoration d'un appartement peut avoir autant d'impact qu'un discours à la convention démocrate, le tout avec la guerre du Vietnam en toile de fond.

Joan Didion est également scénariste à Hollywood, et on le comprend sans mal tant on peut imaginer le film qui serait tiré de son récit. Mais l'on ne saurait réduire Démocratie à un script idéal, tant ce récit est maîtrisé, tant son écriture est fine et aiguisée, pleine de sagacité de d'acuité.

Au-delà de la trajectoire si particulière d'Inez, c'est le tableau de l'hypocrisie et l'opportunisme d'une classe politique, de l'ennui et la vacuité d'une classe sociale étouffée par ses propres conventions, que Joan Didion dépeint ici.

Une certaine Amérique qui commence à se fissurer.

 

Repost 0
Published by leshumeursdeviolette - dans Lu
commenter cet article
24 avril 2013 3 24 /04 /avril /2013 07:16

41m3wZFj4PL._SL500_AA300_.jpg

 

Le 30 décembre 2003, après avoir passé l'après-midi au chevet de leur fille unique hospitalisée en soins intensifs depuis cinq jours, Joan Didion et son mari s'apprêtent à dîner lorsque ce dernier meurt subitement d'une crise cardiaque.

Face à un tel acharnement du sort, on pourrait s'attendre à des débordements inévitables; il n'en est rien. L'année de la pensée magique, récit de cette année si particulière, ne fait preuve d'aucun apitoiement ni d'aucune complaisance.

Des débuts où l'absence de l'autre s'impose violemment au moment où le deuil commence vraiment, Joan Didion décortique son comportement, ses pensées, essaie de les comprendre, de les identifier, cherche des pistes dans des essais scientifiques, fait marche arrière dans ses souvenirs, fait l'apprentissage de la solitude, se pousse à ne pas passer " le reste de [sa] vie à être un cas particulier, une invitée, quelqu'un qui ne peut pas fonctionner toute seule." Tout passe au crible de sa plume: les pensées irrationnelles - "Je ne pouvais pas donner le reste de ses chaussures [...] il aurait besoin de ses chaussures, s'il revenait" -, les souvenirs qu'elle n'embellit pas, les regrets, la survie et ses tactiques, le temps que met "la réalité de la mort" à "pénétrer la conscience", la prise de conscience aiguëe que "la vie change vite."

Ce texte est si dépouillé qu'il n'en est que plus fort, et l'absence d'aucun sentimentalisme accroît l'écho qu'il trouvera forcément en chacun de nous.

"La vie change dans l'instant.

On s'apprête à dîner et la vie telle qu'on la connaît s'arrête."

 


Repost 0
Published by leshumeursdeviolette - dans Lu
commenter cet article

LeshumeursdeViolette sur Twitter

LeshumeursdeViolette sur Instagram

Instagram

LeshumeursdeViolette sur Pinterest

LeshumeursdeViolette sur Hellocoton

Suivez-moi sur Hellocoton