Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
19 mai 2015 2 19 /05 /mai /2015 21:51
Une semaine à l'heure chinoise

 

Une semaine à chercher le sommeil dans des draps d'hôtel toujours trop froids.

Une semaine à tenter de dominer la climatisation, de percer la logique des circuits électriques dans les hôtels, passer les trois quarts du temps à appuyer sur tous les interrupteurs en priant pour que la lumière du fond, oui, celle qui ne sert à rien à part peut-être nous empêcher de rejoindre Morphée dans ces draps décidément bien trop froids, s'éteigne cette fois.

Une semaine à compter les heures passées dans les bouchons.

Une semaine à scruter le ciel en se demandant s'il peut être un tout petit peu bleu, parfois.

Une semaine à jouer à une autre, le soir, lorsque la portière de la voiture est claquée et qu'ils sont tous partis. Être cette autre qui ne craint pas, le soir, de se mêler à la foule d'inconnus croisés en bas. Cette autre qui, le soir, face à ces tours, se brûle les yeux.

 

Repost 0
Published by leshumeursdeviolette - dans Pérégrinations
commenter cet article
2 septembre 2013 1 02 /09 /septembre /2013 06:32

J'avais prévu de programmer quelques articles,

j'avais prévu de m'organiser,

j'ai finalement décidé de tout débrancher,

en faisant des jeux de mollets;

on se retrouvera à ma rentrée.

 

large.jpg

 

Repost 0
Published by leshumeursdeviolette - dans Pérégrinations
commenter cet article
1 mai 2013 3 01 /05 /mai /2013 19:12

tumblr_mltftxBeUA1s7f3fyo1_1280.jpg

Hong Kong, November 1934 - Photograph by W. Robert Moore, National Geographic

 

Constater la disparition des frisettes dans mes cheveux. 

(après une semaine de défaite face à l'humidité asiatique, je commençais à peine à m'habituer à mon nouveau visage

(ayant l'espoir secret et fou d'une transformation)

 

Apprendre dans le Michael Connelly de circonstance (Les neuf dragons) qu' "il est de notoriété publique que les trois quarts des compagnies de taxi engagent des membres des triades."

En faire la déduction qui s'impose.

 

Ouvrir sa fenêtre.

Ne pas le faire car ici il fait trop froid.

Mais la possibilité seule me satisfait; enfin, de l'air!

 

Prendre conscience de la lenteur de son ascenseur.

A Paris le temps nécessaire pour se rendre au huitième étage permettrait de monter jusqu'au cent-vingtième à Hong-Kong.

Ici il n'y a même pas de bar au premier étage.

 

Chercher son chauffeur le lendemain matin.

Ah non, il faut prendre le train.

 

Repost 0
Published by leshumeursdeviolette - dans Pérégrinations
commenter cet article
22 avril 2013 1 22 /04 /avril /2013 07:01

En faisant ma valise je n'ai pas pu m'empêcher d'y penser.

Et si cette fois était la bonne?

Je n'ai pas pris mon maillot, j'espère ne pas désespérement chercher le sommeil, l'ascenseur tintera certainement du même dong, j'aurai sans aucun doute de magnifiques chaussons et je siroterai un gin tonic (mes goûts ont légèrement évolué en trois ans) (trois ans!) au bar de l'hôtel peuplé d'européens en décalage.

Comme moi.

 

tumblr_md8te6nKZh1r9ouy2o1_500_large.png

Repost 0
Published by leshumeursdeviolette - dans Pérégrinations
commenter cet article
26 décembre 2012 3 26 /12 /décembre /2012 13:28

La famille Tarot s'est chamaillée trois heures durant à propos d'obscures histoires d'atout.

(non, je ne sais pas jouer au tarot)

(oui, on a déjà essayé de m'apprendre)

(d'autres questions?)

(non?)

(bien)

 

La famille Tarot a descendu plusieurs paquets de chips de 18h à 20h30 le soir du 25 décembre.

(alors que la France entière est en phase de digestion)

(et sans même parler de notion de faim, comment peut-on avoir envie de chips de la voiture bar après deux jours d'agapes foie grasesques?)

(un métabolisme hors du commun, je ne vois que ça)

 

La famille Tarot s'est émerveillée sur la taille du parking d'Avignon pendant au moins une demi-heure.

("non mais il est iiimmense!")

("tu as vu? il s'étend jusqu'à perte de vue")

("il est plus grand qu'à Carrefour")

("non mais il est iiiiiimmense, c'est in-croy-able")

(et la boucle recommençait)

 

C'est à ce moment-là que j'ai décidé de me réfugier dans le sommeil.

(en priant pour ne pas rêver d'immensités chipsiennes où le valet de coeur me poursuivrait)

 

tumblr_ly00q4hBF81qbl1z7o1_500_large-copie-3.jpg

Repost 0
Published by leshumeursdeviolette - dans Pérégrinations
commenter cet article
24 mai 2011 2 24 /05 /mai /2011 08:00

en bon provincial qui se respecte, rentre à Paris le dimanche soir en TGV.

Quel bonheur en effet, que de marcher le long du quai jusqu'au Train bleu, en tirant une valise pleine à craquer (de confitures diverses et variées, d'huiles d'olive et de calissons), pour s'engouffrer ensuite dans ce bon vieux métro, à l'air saturé de relents divers et variés (poètes du dimanche soir...).

Quel bonheur de retrouver ce bon vieux stress, les pots d'échappement, et mon beau volume parisien (ha ha ha, à partir de 10 mètres carré on a le droit à l'AOC" beau volume") (et uniquement si on a des toilettes chez soi).

Quel bonheur de vider ma valise, d'aligner mes pots de confiture dans ma cuisine (je vous avais bien dit que j'avais un beau volume), de retrouver mon ciel parisien...

Je suis peut-être fada, mais j'aime toujours autant rentrer à Paris!

Repost 0
Published by leshumeursdeviolette - dans Pérégrinations
commenter cet article
6 septembre 2010 1 06 /09 /septembre /2010 20:24

Ni la pluie.

Ni les grèves de la RATP.

Ni cette lumière automnale qui s'installe à Paris dès septembre.

 

 

Après une semaine passée à ne rien faire.

Du tout.

A part lire.

(au prochain épisode: ma relation tumultueuse avec Proust)

Flâner.

Ecouter la radio.

Se demander s'il fait assez chaud pour aller à la rivière.

Ne pas trouver de réponse.

Peut-être plus tard... ou pas.

En même temps la lumière y est si belle...

Mais à pied ça fait loin.

Suivre la course du soleil sur la terrasse.

(heureusement qu'il n'y avait personne en face pour voir mes pathétiques avancées en chaise longue)

Et la nuit, écouter les chouettes et regarder les étoiles.

(mais pas trop longtemps quand même, ça fait un peu peur des fois la campagne, surtout quand on a encore Orange Mécanique dans la tête)

 

 

Et puis une autre semaine où j'ai beaucoup marché, la journée, et beaucoup ri, la nuit.

Sans jamais regarder l'heure.

(ou presque, histoire de savoir si l'apéro est proche ou pas)

Aller se coucher à l'heure du premier appel à la prière.

Se perdre dans les rues pleines de chats.

(vive le manugel)

Avoir quatorze ans, parfois.

 

 

Et tout le temps, me dire que c'est tellement bon les vacances!

 

Clap de fin.

 

Repost 0
Published by leshumeursdeviolette - dans Pérégrinations
commenter cet article
14 juillet 2010 3 14 /07 /juillet /2010 13:26

Ce qui est bien avec les longs courriers... c'est qu'on a une couverture et un oreiller.

Et qu'on peut regarder plein de films débiles (au moins deux, voire trois si on est vraiment insomniaque).

 

Des films débiles qu'on n'aurait jamais osé aller voir au cinéma - le même genre que ceux qu'on regarde les dimanches soirs de novembre sur TF1, quand l'espoir se meurt.

Des films débiles où de simples livreurs de fleurs habitent de jolies villas à Venice Beach (si j'avais su, je serais devenue livreuses, en plus j'aurais eu une belle casquette rose), où les héros ont beaucoup de coeur mais aucun goût (beurk la bague de fiançailles en forme de papillon, re-beurk le coeur "be my valentine" qui avance en sautillant, re-re-beurk les décos d'intérieur).

Des films débiles où l'amour finit toujours par triompher (même si Dr Mamour est un goujat, même si Dr Glamour est gay), ce qui est parfait pour mon moral.


(celui qui devine quel film j'ai regardé a le droit de me filer un gage)

 

Le pire c'est que ces films débiles me font un effet boeuf. Est-ce juste dû à l'euphorie du voyage vers une destination lointaine, ou parce que je m'autorise alors ce que je m'interdis toute l'année?

Quoi qu'il en soit, je ris, et même parfois je pleure (dans mon oreiller, bien évidemment) quand les héros finissent (enfin!) par s'embrasser - parce que bon, eux ne le savaient pas, mais moi, Violette Dubois, je le savais depuis le début !

 

D'ailleurs à propos de duboisisme, quand je suis partie en Chine sans emmener de baskets je me suis dit: "Violette ma fille il va t'arriver un truc au pied et tu vas le regretter toute ta vie". Et ben ça a pas loupé: un escalier chinois a décapité le bout de mon orteil. Alors bon d'accord je ne pense pas que je vais le regretter toute ma vie mais j'ai failli mourir de honte et mon pied a été défiguré (enfin, façon de parler) pendant une semaine... Le monde est fou.

 

Que d'émotions.

(Je re-situe: l'amour finit toujours par triompher).

 

Mais c'était sans compter le coup de grâce final. J'ai découvert dans les dernières heures du vol de retour qu'on pouvait aussi regarder des séries (oué oué je sais, mais déjà j'avais mis du temps à comprendre comment fonctionnait cette foutue télécommande; enfin je n'avais surtout pas compris qu'on pouvait la détacher du dossier, du coup je n'allais jamais dans le bon sens avec les flèches, bref).

C'est comme ça que j'ai pu passer mes dernières heures en l'air avec mes experts chéris (Las Vegas, ça va sans dire, et avec leurs vraies voix en anglais et tout; d'ailleurs Nick a vraiment une voix de Ken us, c'est tragique).  A moi les épisodes de la saison 10 inédite quand...


Ô stupeur...


roulement de tambour


Sarah est de retour.

 

...


Et oui.


Et non, je ne sais pas pourquoi.


Soit l'amour n'a finalement pas triomphé, soit Grissom est mort.

 

C'est horrible à dire, mais en ces temps modernes où la précarité sentimentale est de mise, mon petit coeur sensible et moi on préfèrerait qu'il soit mort.

Repost 0
Published by leshumeursdeviolette - dans Pérégrinations
commenter cet article
14 juillet 2010 3 14 /07 /juillet /2010 12:55

Je n'ai pas vraiment l'habitude du luxe (c'est mon coté protestant). Enfin, je ne l'avais pas. Mais maintenant, tout a changé (tout se perd, mais je ne suis pas encore devenue papiste pour autant). J'y ai goûté, et j'ai bien aimé.

Car dans ma chambre (qui était beaucoup plus grande que mon nid parisien), j'avais à ma disposition: les beaux chaussons de Bill Murray (à défaut de sa compagnie), plusieurs peignoirs (ok, la chambre était prévue pour deux personnes, mais même si on avait été deux on en aurait eu plusieurs chacun), la possibilité de me faire cirer les chaussures tous les jours, des préservatifs, plein de bouteilles d'eau gratos, une bouilloire, la clim bien évidemment, plein plein d'échantillons, des peignes, des brosses à dents, un rasoir, plein plein plein de serviettes de toutes les tailles (et je n'en ai volé aucune, alors moi je dis bravo- bon ok, ma valise était déjà bourrée d'échantillons)... Bref, limite plus (voire beaucoup plus) de choix qu'à la maison.

Mais le clou du spectacle, c'était les toilettes. Panasonic s'il vous plaît. Avec tout plein de boutons. En chinois, bien entendu.
chinesewc.jpg

Premier usage, première angoisse. Comment tirer la chasse?

J'essaie plein de boutons: les voyants s'allument, clignotent, un tube en aluminium se téléscope pour laisser échapper un mince filet d'eau (... j'ai compris plus tard que son but était de rafraîchir les fesses!)... mais toujours pas de chasse d'eau.

Après 10 minutes d'angoisse où j'implorai l'esprit tout-puissant de Mac Gyver de ne pas m'abandonner, où je fouillai mes poches à la recherche d'un malabar salvateur, j'ai trouvé.


C'était comme chez nous en fait.

Un bête levier métallique sur le côté.

Hum.


J'étais finalement sauvée.


Le hic, c'est que dans mes tentatives désespérées j'avais complétement déréglé cet engin de malheur.


C'est comme ça que j'ai passé trois jours avec une lunette chauffante (très chauffante).

Repost 0
Published by leshumeursdeviolette - dans Pérégrinations
commenter cet article
10 juillet 2010 6 10 /07 /juillet /2010 21:06

 

J'avais imaginé que ça ressemblerait à Lost in Translation.


J'avais emmené mon maillot, je voulais tester la piscine.

Je me voyais déjà au bar de l'hôtel, siroter une vodka-tonic en attendant désespérement le sommeil.

J'étais prête à croiser Bill Murray, on aurait erré ensemble dans les longs couloirs de l'hôtel, et on aurait terminé la soirée échoués devant d'incompréhensibles émissions chinoises...

 

...


Quand je suis arrivée à l'hôtel, une pancarte m'informait de la fermeture exceptionnelle de la piscine cette semaine.

Et puis je n'ai pas eu à attendre désespérement le sommeil, bizarrement.

Et puis il n'y avait que des chinois dans cet hôtel, aucun occidental à l'horizon alors Bill Murray, hein...

 

...


Heureusement, l'ascenseur faisait le même "dong" que dans le film.

Et j'avais les mêmes chaussons que Bill Murray.


nicefeet.jpg


Autrement je me serais sentie vraiment lésée.

 


Repost 0
Published by leshumeursdeviolette - dans Pérégrinations
commenter cet article

LeshumeursdeViolette sur Twitter

LeshumeursdeViolette sur Instagram

Instagram

LeshumeursdeViolette sur Pinterest

LeshumeursdeViolette sur Hellocoton

Suivez-moi sur Hellocoton