Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Les humeurs de Violette

Les humeurs de Violette

Menu
Incurable

Incurable

data-p78b4v9r-hyj7vzr0fc.jpgDéjà le week-end dernier il y avait des signes laissant présager une rechute.

En tirant mes rideaux, les arbres avaient tous changé de couleur.

En une nuit me semblait-il, leurs feuilles étaient passées du vert de fin d'été aux teintes flamboyantes de l'automne.

 

Et que me rappelle invariablement l'automne, sinon "When Harry met Sally"?

Ou le film que j'ai vu le plus regardé dans ma vie.

Et le pire, c'est qu'à chaque fois je découvre de nouveaux détails qui m'avaient échappés jusqu'alors...

(je devrais peut-être me lancer dans la rédaction d'une thèse à ce sujet... reconversion à étudier)

 

Quand j'avais sept ans, je le regardais en VHS quand j'étais malade (cela m'absorbait tellement que je ne répondais même pas au téléphone, ce qui avait fort inquiété ma maman une fois).

Ça m'amusait beaucoup, même si je ne comprenais jamais pourquoi leur première nuit jetait un tel froid entre eux.

(j'étais alors jeune et ignorante de ces choses-là)

J'imaginais que quand je serai grande je serai permanentée, avec une super manucure bois de rose et un joli brillant à lèvres rose nacré.

 

Quand j'étais ado, je le regardais toujours en VHS (la bande commençait d'ailleurs à être franchement usée), ces longues après-midi de vacances scolaires où je me plaisais à m'ennuyer savamment.

Ça m'amusait encore, même si je ne comprenais pas encore vraiment pourquoi leur permière nuit était un fiasco.

(j'étais encore innocente et persuadée que l'amour ne pouvait être que rose)

(même si, grâce à Dawson et Hartley coeurs à vif, je commençais à réaliser que l'amour pouvait aussi être rose grisé, mais bon ça restait quand même rose)

J'imaginais que moi aussi j'irais un jour faire carrière à New-York, que je ferais du fitness comme Meg et que je me marierais avec Billy Cristal.

(et également: j'imitais très bien LA scène du film, même si à l'époque il s'agissait d'un travail purement imaginatif)

 

Quand j'étais étudiante, j'ai investi dans le DVD (et dans la BO aussi, la totale...). J'ai découvert les vraies voix de Meg et Billy, je mettais les sous-titres en anglais pour faire genre j'améliore mes compétences linguistiques (toujours mieux que "je regarde toujours le même film depuis dix ans, et alors?").

(à l'époque je n'assumais pas trop)

(contrairement à aujourd'hui, ndlr)

Ça m'amusait toujours, je m'identifiais à mort à Meg Ryan. L'avenir me semblait tracé: je partirai à Paris en voiture avec mon Billy, on se recroiserait comme par hasard et on finirait par se marier (évidemment).

 

Hum.

 

Aujourd'hui, je ne suis pas permanentée, je n'ai pas de manucure bois de rose (plutôt crever), et je ne mets plus de brillant rose nacré depuis la fin du lycée.

Deux fois par an en moyenne (des fois j'alterne avec Frankie&Johnny, Bridget Jones ou des films à plus haute teneur lacrymale), je rechute. Sauf que maintenant je ne mets plus les sous-titres parce que de toutes façons je connais tous les dialogues par coeur je suis devenue bilingue (ben oué, je suis une working girl).

(à défaut de fitness, je suis une addict à la gym suédoise)

(même que Sally n'aurait pas renié mes Reebok montantes)

Et force est d'admettre que j'adore ce film, qu'en dépit de tous ces visionnages (dont je n'arrive même pas à estimer le nombre - en même temps c'est peut-être mieux ainsi), la magie opère toujours, et en plus maintenant je comprends tout!

 

Je vais donc écouter Harry Connick Junior toute la semaine, les pieds dans les feuilles mortes...

Soooo romantic!