Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Les humeurs de Violette

Les humeurs de Violette

Menu
L'amour est une chose bien peu commode

L'amour est une chose bien peu commode

la-princesse-de-montpensier-affiche_301698_31396.jpgSi ces dernières semaines Bernard Giraudeau m'avait transportée avec son romantisme fou, la Princesse de Montpensier a clairement refroidi mes ardeurs.

 

Amère désillusion.

 

Je savais bien que ce De Guise était trop beau pour être honnête.

Trop de passion, trop de fossettes, trop de cheveux ...

Mais j'avais bien trop envie d'y croire.

Qui peut résister au charme d'un homme mal coiffé, balafré, prêt à se battre en duel pour vous? Franchement???

 

Il était tellement plus attrayant qu'un Prince trop propret, trop poli, et à la longue beaucoup trop jaloux.

En même temps, en face de Gaspard Ulliel, qui ne le serait pas, hein?

 

Je me suis cependant laissée tourner la tête par le Duc d'Anjou, et sa perle à l'oreille.

Depuis mon plus jeune âge, je trouve les perles à l'oreille terriblement sexys.

Bien évidemment, dans le contexte de la Renaissance, hein, tous les Usher à diamants me laissent de marbre. Mais un gentilhomme de la Renaissance légèrement pervers avec fraise et perle...................

Bon c'est sûr, les culottes bouffantes à crevés et les collants cassent un peu le reste, mais si le gentilhomme en question est Raphaël Personnaz je le prends même avec ses bas et ses culottes si peu flatteuses (car il va de soi qu'il ne les gardera pas longtemps, mais là je m'égare totalement)

 

Mais bon il avait quand même du khôl et moi le khôl c'est pas franchement ma tasse de thé.

Allez savoir pourquoi un oeil fardé me refroidit plus qu'un bas... Sûrement parce que c'est moins sexy à enlever.

Hum.

 

Et puis il y avait aussi Lambert Wilson, l'amour platonique le plus attrayant de la planète.

Le plus intelligent, le plus érudit, le plus fin.

Je veux bien apprendre des poésies par coeur s'il est mon professeur.

 

Mais à mon âge (que je veux jeune encore) on préfère encore la totale déraison au contentement (raisonnable, cela va de soi) de l'âme.

 

Et je savais bien que tout cela allait mal finir, je savais bien que ce cher comte avait raison.

Mais quand il s'agit d'amour on se plaît souvent à foncer droit dans le mur, allez savoir pourquoi.

Le masochisme n'est pas une réponse acceptable, je préfère la thèse de l'éternel retour, aux accents beaucoup plus tragiques à mon sens.

C'est plus romanesque, on a l'impression de vivre plus fort lorsqu'on est sur la corde raide.

 

Et c'était tellement plaisant d'y danser, sur cette corde, avec la belle Mélanie Thierry.

En renouant avec ma passion pour les capes et les épées, les duels, le sang versé.

Les paysages lumineux et sensuels.

Les scènes de bal inévitables.

Et les amours malheureuses, fatalement.

 

Les passions contrariées (pléonasme?) sont souvent les plus belles, pour mon plus grand bonheur une fois de plus.