Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Les humeurs de Violette

Les humeurs de Violette

Menu
Transports adolescents

Transports adolescents

 

we-rose-up-slowly-1964.jpg

We rose up slowly de Roy Lichtenstein, qui illustrait la couverture de Pour toujours de Judy Blume, que j'ai adoré... en quatrième.

 

Un matin de novembre, sur une mini-ligne vers 8h45, le wagon est infesté d'ados.

(je penche pour une classe de quatrième)

(vous savez cette classe qu'on a tous détestée)

(même Ophelia, la bombasse du collège qui sortait pourtant avec tous les beaux gosses)

 

Deux filles discutent:

(par avance, pardon pour la ponctuation)

(mais, dans un souci d'approche naturaliste du sujet, je me suis efforcée de retranscrire les dialogues au plus près de la réalité)

(les notes entre crochets sont des ajouts de la traductrice pour une meilleure compréhension des événements)

- "Non mais tu vois alors je prenais ma douche, et genre son pote, tu vois, un pote un peu gros mais avec un beau visage, tu vois, moi j'aime bien les beaux visages, son pote il me voit et il l'appelle quoi, mais vraiment pas discret tu vois?

- Hinhin;

- Et là du coup il arrive il me regarde en train de me doucher tu vois < la scène se déroulait à la piscine, pas de panique >, alors du coup je me suis trooop bien lavée tu vois? <mimes> (c'est vrai que sa copine a l'air débile, elle ne sait certainement pas comment on se lave, pardon comment on se lave troooop bien)

- Hinhinhinhin;

- Ah oué j'étais trop fière de moi, hein, (quoi? mais fière de quoi? toutes ces luttes féministes pour ça???!!!???) et après je suis allée dehors avec ma serviette, et ils jouaient au ballon tu vois?

- Hinhin;

- Et ils faisaient trooooop exprès de faire tomber le ballon juste à côté de moi, et à un moment il m'a demandé si je voyais le ballon, et si je pouvais lui rendre;

- Hinhinhinhin;

- ... (mon esprit a décroché, je repensais à sa fierté à la douche; ça me tracassait) Mais comme il avait dix-sept ans tu vois il travaillait tout l'été." (non mais est-ce qu'au moins il avait un scooter?)

Là j'avoue j'ai complètement décroché quand j'ai réalisé que depuis quinze minutes elle racontait un épisode qui s'était déroulé l'été dernier...On est en novembre, la rentrée est passée depuis longtemps!

Déjà que c'est long et violent au niveau du langage, alors si en plus il n'y a même pas de sensationnel...

 

 

Le même jour, vers 19h sur un quai relativement vide (si si, ça arrive parfois) (tout dépend de la ligne).

Dans le coin qu'un distributeur de friandises à la peinture écaillée forme avec le mur d'une couleur douteuse, un jeune couple entrelacé se roule soigneusement de grosses galoches dans le sens des aiguilles d'une montre.

Le métro arrive, la fille monte dans la rame, il quitte le quai; ils ne se disent pas au revoir.

 

 

Du wagon au quai d'une autre ligne, deux garçons discutent:

- "Nan mais t'as vu moi j'connais du monde!

- Mais tu veux la pécho ou pas?

- Nan mais moi je connais du monde, mon gars;

- Mais tu veux la pécho ou bien?

- Nan mais moi...."

 

 

J'ai remis mes écouteurs.